Haïti-Justice : Près d’un mois après, le dossier d’assassinat de Jovenel Moïse, transféré début août 2021 au cabinet d’instruction

P-au-P, 05 août 2021 [AlterPresse] --- Près d’un mois après l’assassinat, le mercredi 7 juillet 2021, du président de facto Jovenel Moïse, le parquet de Port-au-Prince vient de déférer le dossier au décanat du tribunal civil de Port-au-Prince, pour être transmis au cabinet d’instruction, selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

Le nom du juge d’instruction, qui devrait se charger de ce dossier, n’est pas encore été rendu public, dans la matinée du jeudi 5 août 2021.

Le juge sera désigné, ce 5 août 2021, lors d’une assemblée des juges, a informé, dans la presse, le doyen du tribunal civil de Port-au-Prince, Me. Bernard Sainvil.

« Les deux juges, contactés pour instruire cette affaire, se sont montrés un peu réticents », a confié le doyen au journal « Le Nouvelliste ».

Près d’un mois après l’assassinat de Jovenel Moïse, le parquet de Port-au-Prince a déjà auditionné plus de 45 personnes, informe-t-il.

La veuve de Jovenel Moïse, Martine Joseph Moïse, a été auditionnée par la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj), avant de quitter le pays pour les États-Unis d’Amérique.

« 26 jours après l’assassinat, le dossier ne devrait être pas entre les mains de la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj), mais plutôt entre les mains d’un juge d’instruction. 26 jours après, un commissaire du gouvernement ne peut envoyer des mandats d’amener et émettre des interdictions de départ à l’encontre des gens », avait indiqué à AlterPresse, Pierre Espérance, directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (Rnddh).

Le commissaire du gouvernement près le tribunal civil de Port-au-Prince, Me. Bed-Ford Claude, a déjà décerné plusieurs mandats d’amener contre plusieurs personnalités, dont la juge Wendelle Coq Thélot de la Cour de Cassation, les pasteurs Gérard Forges et Gérald Bataille, l’homme d’affaires Samir Handal et les dirigeants politiques Paul Denis et Liné Balthazar, dans le cadre de ce dossier d’enquête.

Le mandat d’amener du commissaire du gouvernement contre la juge Wendelle Coq Thélot a été dénoncé par ses avocats, qui ont déjà manifesté leur volonté de l’attaquer en annulation devant le tribunal des référés.

Des mandats d’amener ont été également lancés contre Mario Antonio Palacios, l’un des présumés assaillants qui est en cavale, Ashkard Joseph Pierre, un ancien diplomate qui devait accueillir les assaillants, soit à l’aéroport soit à la frontière.

Ashkard Joseph Pierre s’est déjà réfugié aux États-Unis d’Amérique, a fait savoir Léon Charles, le directeur général ad intérim de la Police nationale d’Haïti (Pnh), lors d’un point de presse, le mardi 20 juillet 2021.

Joël Félix Badio, John Joël Joseph, Rodolphe (Dodof) Jaar, Gordon Phenil Désir, Mario Antonio Palacios, Ashkard Pierre Joseph et Wendelle Coq Thélot sont activement recherchés par la Pnh.

La police a déjà procédé à l’arrestation de 44 personnes, dont 18 Colombiens et 2 Haïtiano-Américains, dans le dossier d’enquête sur l’assassinat de l’ancien président de facto.

13 résidences ont été fouillées, dans lesquelles 59 armes à feu retrouvées ont été saisies ainsi que des matériels et munitions.

Des partis politiques, organisations de droits humains et religieuses dénoncent une machination politique, visant à brouiller les pistes.

L’émission de mandats d’amener contre les dirigeants des partis politiques Paul Denis d’Inifòs et Liné Balthazar du Parti haïtien tèt kale (Phtk) ne serait que des manœuvres de persécution politique, condamnent le parti politique Organisation du peuple en lutte (Opl), la Direction politique de l’opposition démocratique (Dirpod) et le Phtk. [mj emb rc apr 05/08/2021 13:39]