Perspectives

Criminalité : Une marche organisée, ce mercredi 28 juillet 2021, pour réclamer justice pour les victimes des massacres en Haïti

Le premier ministre de facto Ariel Henry promet, à nouveau, de rétablir la sécurité
mercredi 28 juillet 2021

P-au-P, 28 juill. 2021 [AlterPresse] --- Plusieurs dizaines de personnes ont participé, ce mercredi 28 juillet 2021, à une marche, en mémoire des victimes, notamment celles de la tuerie perpétrée, dans la nuit du mardi 29 au mercredi 30 juin 2021, à Delmas 32 et Christ Roi, dans la capitale, Port-au-Prince, à l’occasion du 106e anniversaire de la première occupation américaine d’Haïti, a observé l’agence en ligne AlterPresse.

« Justice pour toutes les victimes du régime du Parti haïtien tèt kale (Phtk), libérez les prisonniers politiques » figuraient parmi les messages, véhiculés, au son de musique d’ambiance rara, par beaucoup de protestataires, qui arboraient des maillots de couleur blanche.

La marche a démarré au niveau du carrefour de Delmas 32, longeant la route jusqu’à la rue Dessalines, où plusieurs personnes ont été tuées, lors du massacre perpétré par de gangs armés, dans la nuit du mardi 29 au mercredi 30 juin 2021.

Au total, 19 personnes, dont une femme Marie Antoinette (Netty) Duclaire ont été assassinées par balles et une autre blessée, dans la nuit du mardi 29 au mercredi 30 juin 2021, à Delmas et Christ-Roi (Port-au-Prince) avait révélé le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh).

Les protestataires ont défilé jusqu’à la rue Acacia, située à Christ Roi, où le journaliste Diego Charles de Radio Vision 2000 a été abattu devant sa résidence ainsi que la militante féministe Marie Antoinette (Netty) Duclaire, qui le raccompagnait.

« Nous sommes là pour célébrer la vie de ces personnes, qui ont été tués. Elles sont mortes, mais leurs œuvres, leurs rêves demeurent. Nous sommes là également pour donner un signal clair au monde entier et à toutes celles et tous ceux, qui pensent pouvoir induire en erreur et faire passer Jovenel Moïse pour un innocent », déclare un militant, qui a pris la parole devant la résidence de Diego Charles, une bougie à la main.

Le parcours, emprunté par la marche, est, en effet, le dernier lieu, où un massacre a été planifié par ce pouvoir dans un quartier populaire, poursuit-il, dénonçant les massacres dans les quartiers populaires, la corruption dans les institutions de l’État et la fédération des gangs, orchestrés par le régime de Jovenel Moïse.

Au terme de cette marche, une cérémonie vodou a été tenue devant la résidence du défunt journaliste Diego Charles, à la rue Acacia (Port-au-Prince).

Parallèlement, à l’appel de plusieurs organisations se réclamant de l’opposition, des citoyennes et citoyens ont aussi manifesté dans les rues de Port-au-Prince, en vue de dénoncer l’ingérence américaine dans les affaires internes d’Haïti.

« Jovenel Moïse ne sera jamais un héros. Il restera un assassin, un criminel » a renchéri, pour sa part, Me. Michel André, porte-parole du Secteur démocratique et populaire, qui prenait part à la marche en mémoire des victimes des massacres, sous le régime tèt kale en Haïti.

Le Secteur démocratique et populaire dit rester attaché aux revendications populaires, comme rendre justice aux victimes des massacres et réaliser le procès PetroCaribe de l’aide vénézuélienne à Haïti.

Il rejette le gouvernement actuel du premier ministre de facto, Ariel Henry, installé sous la dictée du gouvernement américain et du Core group [1].

Le Secteur démocratique et populaire exige un gouvernement de consensus, pour rétablir la sécurité sur le territoire national et organiser de bonnes élections.

Lors d’un point de presse, tenu ce mercredi 28 juillet 2021, le premier ministre de facto Ariel Henry, installé sous la pression internationale, le mardi 20 juillet 2021, a rappelé la mission de son gouvernement, qui consiste à préparer les conditions nécessaires « à la réalisation, le plus rapidement possible, d’élections libres, honnêtes et transparentes, avec une large participation de la population ».

Depuis plusieurs mois, les forces vives en Haïti rejettent toute participation à des élections avec un organisme électoral controversé, dans un contexte de criminalité, entretenue par les gangs armés, qui bénéficient de la complicité d’officiels du régime tèt kale.

La sécurité sur tout le territoire national est indispensable pour créer cet environnement, déclare Ariel Henry, promettant, malgré son déficit de confiance au sein de la population, de faciliter la libre circulation des personnes, restaurer l’autorité de l’État, rétablir la confiance dans la justice, la stabilisation sociale et le respect des droits de la personne.

Jusqu’à date, les actes de criminalité continuent d’être perpétrés, en toute impunité, par les gangs armés, sur le territoire national.

Quoi qu’il en soit, Ariel Henry appelle à un dialogue permanent et structuré entre l’État et la population, à un consensus entre les forces politiques et la société civile dans les meilleurs délais. [mj emb rc apr 28/07/2021 17:00]

[1Le Core Group est composé des ambassadeurs d’Allemagne, du Brésil, du Canada, d’Espagne, des États-Unis d’Amérique, de France, de l’Union européenne (Ue), du représentant spécial de l’Organisation des États américains (Oea) et de la représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies.