Dépêches

Élections : La Fédération des barreaux d’Haïti rejette une invitation du Cep controversé, pour former d’éventuels tribunaux référendaires et électoraux


lundi 26 juillet 2021

P-au-P, 26 juill. 2021 [AlterPresse] --- La Fédération des barreaux d’Haïti (Fbh) rejette la demande du Conseil électoral provisoire (Cep) controversé, l’invitant à soumettre deux listes d’avocats, pour la formation des tribunaux référendaires et électoraux, dans une correspondance en réponse au dit Conseil, dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

L’actuel Cep controversé ne jouit d’aucune légitimité pour organiser les prochaines échéances électorales, rappelle la Fbh.

Malgré le rejet des forces vives en Haïti, dans un contexte de criminalité entretenue par les gangs armés sur le territoire national, le Conseil électoral provisoire a fixé, au 26 septembre 2021, la tenue d’un premier tour des élections présidentielle et législatives ainsi que le référendum, voulu par le pouvoir de facto pour changer illégalement la Constitution, à travers un nouveau calendrier rendu public, dans la soirée du 28 juin 2021.

Le référendum constitutionnel controversé était initialement prévu le 25 avril 2021 et avait été reporté au 27 juin 2021.

Ce report était intervenu suite à des « recommandations techniques » des Nations unies, qui assistent le Cep dans la mise en œuvre de ce processus, qu’elles estiment, pourtant, peu transparent et pas suffisamment inclusif.

« Le Cep, formé de manière inconstitutionnelle et en dehors de tout consensus, n’a pas prêté le serment d’usage devant les juges de la Cour de Cassation de la république », souligne la Fédération des barreaux d’Haïti.

La Fbh se dit surprise de voir la volonté du Cep controversé de poursuivre l’échéancier électoral, malgré la dégradation du climat sécuritaire du pays ayant conduit à l’assassinat de l’ancien président de facto Jovenel Moïse, dans sa résidence privée le mercredi 7 juillet 2021.

« La disparition tragique de Jovenel Moïse ne saurait apporter, de surcroît, de légitimité à cette institution, qui fait, à l’évidence, partie du problème et non de la solution ».

La Fbh appelle tout le monde à faire un dépassement de soi, au profit de l’intérêt général.

L’ancien président Jovenel Moïse avait installé, au Palais national, les 9 membres du Cep, jugé anticonstitutionnel et illégal par divers secteurs, sans qu’ils aient prêté serment devant la Cour de Cassation.

Dans une note de presse, en date du 21 juillet 2021, le Cep a informé que la période d’enregistrement et de confirmation des partis et groupements politiques a été prolongée jusqu’au vendredi 28 juillet 2021.

Une centaine de partis politiques et groupements politiques auraient déjà manifesté leur intention de participer aux prochaines joutes électorales, tente de rassurer le Cep controversé.

Par ailleurs, l’Office de la protection de la citoyenne et du citoyen (Opc) vient de demander au premier ministre de facto Ariel Henry d’engager la poursuite, sans délai, de l’adoption de la nouvelle Constitution irrégulière et la réalisation des élections dans le pays, dans une correspondance datée du 26 juillet 2021.

Il s’agirait d’une série de dossiers importants, visant à établir l’état de droit et consolider la démocratie, estime l’Opc. [mj emb rc apr 26/07/2021 16:15]