Criminalité : Trois ressortissants étrangers, résidant aux États-Unis d’Amérique, auraient financé l’assassinat de Jovenel Moïse, selon la Police nationale d’Haïti

P-au-P., 21 juill. 2021 [AlterPresse] --- Trois ressortissants étrangers, résidant aux États-Unis d’Amérique, auraient participé dans le financement de l’assassinat, le mercredi 7 juillet 2021, du président de facto, Jovenel Moïse, en sa résidence privée à Pèlerin 5 (à l’est de la capitale, Port-au-Prince), fait savoir la Police nationale d’Haïti (Pnh), lors d’une déclaration de presse, le mardi 20 juillet 2021, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

« Nous avons trois ressortissants étrangers, qui vivent aux États-Unis, qui ont essentiellement participé dans le financement. Nous demandons au Federal bureau of investigation (Fbi) et aux autres entités, qui collaborent avec nous, de nous aider à les retracer », demande Léon Charles, directeur général ad intérim de la Pnh.

Léon Charles déclare souhaiter, avec l’aide du gouvernement américain, appréhender ces personnes et retracer leur source de financement, à travers leurs contacts.

La Pnh continue de rassembler des informations sur la compagnie Worlwide capital lending group, qui aurait collecté de l’argent, au profit du pasteur Christian Emmanuel Sanon (âgé de 63 ans), arrêté en tant que l’un des auteurs intellectuels présumés de l’assassinat de Jovenel Moïse.

Le nom du pasteur Christian Emmanuel Sanon a été mentionné dans cette affaire par plusieurs personnes détenues, avait déclaré le chef de la police nationale.

La Pnh annonce avoir procédé à trois nouvelles arrestations et à la saisie d’environ une soixantaine d’armes à feu, entre autres, dans le cadre de l’enquête relative à l’assassinat de Jovenel Moïse.

59 armes à feu ont été saisies, dont 45 fusils et 14 pistolets, dont certains appartiennent à la Pnh.

Des centaines de cartouches de divers calibres, un drone, trois grenades et des gilets pare-balles ont été également retrouvés dans ces résidences.

Les trois personnes arrêtées sont les policiers nationax Boni Grégoire et Clifton Hyppolite ainsi que le citoyen Dominick Cauvain, qui aurait été présent dans toutes les réunions de planification concernant cet assassinat, selon la Pnh.

Ces réunions se seraient tenues dans la résidence de Reynaldo Corvington.

Des mandats d’amener ont été lancés contre Mario Antonio Palacios, l’un des assaillants qui est en cavale, Ashkard Joseph Pierre, un ancien diplomate qui devait accueillir les assaillants, soit à l’aéroport soit à la frontière.

Ce dernier se serait déjà réfugié aux États-Unis, ajoute Léon Charles.

Badio Joseph Félix, (qui aurait exécuté, commandité et supervisé l’opération), Rodolphe Jaar, John Joël Joseph, (soupçonné d’être l’un des planificateurs de l’assassinat) et Gordon Phénil Désir sont également recherchés par la police.

Parallèlement, 15 résidences ont été perquisitionnées, dans le cadre de cette enquête.

Il s’agit, entre autres, de deux résidences de l’ancien sénateur du département de l’Ouest, John Joël Joseph, de trois résidences de Joseph Félix Badio, d’une résidence de Reynaldo Corvington, d’une entreprise appartenant à la famille Jaar, de deux hôtels, dont Maxime Boutique hôtel et Villa host.

Au niveau administratif, l’inspection générale de la Pnh a déjà réalisé 45 auditions et pris 23 mesures conservatoires contre des policiers nationaux, dont 7 ont été placés en isolement, comme Dimitri Hérard, le chef de l’unité de sécurité générale du Palais national (Usgpn), Boni Grégoire, Clifton Hyppolite, Jean Charles Élie, Conrad Bastien, Fontus Renord et Jeanty Hubert, indique Léon Charles. [mj emb rc apr 21/07/2021 14:20]