#AssassinatJovenelMoïse

Haïti : Le gouvernement de facto démissionnaire rend hommage, le 20 juillet 2021, à l’ancien président Jovenel Moïse


mardi 20 juillet 2021

P-au-P, 20 juill. 2021 [AlterPresse] --- Une cérémonie d’hommage a été organisée, ce mardi 20 juillet 2021, par le gouvernement de facto démissionnaire, au Musée du Panthéon national haïtien (Mupanah), en vue de rendre hommage à l’ancien président Jovenel Moïse, assassiné le mercredi 7 juillet 2021, en sa résidence privée, à Pèlerin 5 (périphérie est de la capitale, Port-au-Prince), selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

Ont pris part, à cette cérémonie d’hommage, le nouveau premier ministre de facto nommé, Ariel Henry, plusieurs officiels du gouvernement de facto démissionnaire, des parlementaires ainsi que des ambassadeurs étrangers.

La disparition brutale de Jovenel Moïse marque un coup d’arrêt dans la lutte contre la corruption, déclare le premier ministre de facto sortant, Claude Joseph, alors que Jovenel Moïse a été soupçonné d’avoir utilisé « des stratagèmes de détournement de fonds publics », selon les rapports d’audit de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (Cscca) relatifs au dossier de dilapidation de plusieurs milliards de dollars du programme PetroCaribe.

D’aucuns considéraient aussi la nouvelle Constitution de Jovenel Moïse comme un mécanisme pour protéger les dilapidateurs des fonds PetroCaribe.

Claude Joseph a tenu aussi à souligner la détermination du président défunt à résoudre définitivement la crise politique, tandis que les faits prouvent combien Jovenel Moïse a contribué, non seulement à exacerber la crise par l’adoption de plusieurs décrets inconstitutionnels et illégaux, mais aussi le climat de criminalité et d’insécurité à travers sa fédération des gangs armés.

« Le pays est en train de pleurer son président, qui était d’une sensibilité extrême pour les masses populaires », déclare Claude Joseph, tout en signalant qu’une couche saine de la population continue de réclamer justice pour Jovenel Moïse.

« Vous avez tué Jovenel, mais vous ne pouvez pas tuer le Jovenelisme, parce que c’est une idée, c’est le courage et la détermination de combattre les oligarques de ce pays »

Avec cet assassinat, Claude Joseph estime que la lutte pour l’égalité a subi une effroyable défaite face aux forces obscurantistes, qui n’hésitent pas à semer le deuil dans les familles haïtiennes.

Le président de facto Jovenel Moïse a été assassiné pour ses convictions politiques et sociales, pour ses idées de changement et pour sa vision du développement durable, lâche le premier ministre sortant, tout en appelant à éviter que de telles atrocités se reproduisent sur le sol haïtien.

Les assassins, les auteurs intellectuels et les complices doivent être poursuivis et traqués dans leurs derniers retranchements, arrêtés et jugés conformément à la loi, exige-t-il.

Dans le cadre du dossier d’assassinat de Jovenel Moïse, 23 personnes ont été arrêtées, dont 18 Colombiens et cinq Haïtiens-Américains, tandis que trois Colombiens ont été tués durant les opérations de la police.

Des mesures conservatoires ont été prises contre 24 agents et chefs des unités de sécurité chargés de protéger Moïse, dont cinq sont en isolement, selon les derniers chiffres disponibles.

Le chef du gouvernement de facto démissionnaire invite les forces politiques de l’opposition à enterrer, une bonne fois pour toutes, la hache de guerre, afin d’adresser sereinement les vrais problèmes de la nation, en vue d’y apporter des solutions viables. [emb rc apr 20/07/2021 14:20]