Haïti–Social : Décès, à 75 ans, du Père Miguel Jean-Baptiste (19 septembre 1945 – 11 juillet 2021), fondateur du Foyer Maurice Sixto

Par le Foyer Maurice Sixto (Fms)

Transmis à AlterPresse le 18 juillet 2021

Carrefour, le 18 juillet 2021

Père Miguel Jean-Baptiste, fondateur du Foyer Maurice Sixto (Fms) nous a quittés

Le Père Miguel Jean-Baptiste, prêtre de l’Archidiocèse de Port-au-Prince, directeur-fondateur du Foyer Maurice Sixto (Fms), est mort le dimanche 11 juillet 2021, suite à une longue maladie courageusement supportée.

Ses funérailles auront lieu le mardi 20 juillet 2021 à partir de 8:00 du matin en l’Eglise du Christ-Roi (Bourdon), où le corps sera exposé, avant la messe.

L’inhumation aura lieu au cimetière des Petits Frères de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, à Rivière Froide, Carrefour, juste à côté du local du Foyer Maurice Sixto.

Père Miguel Jean-Baptiste était considéré comme le prêtre des enfants sans famille, des enfants maltraités et oubliés, particulièrement celles et ceux qui vivent en domesticité.

En 1989, il a fondé le Foyer Maurice Sixto (Fms) pour répondre, disait-il, à la question posée par Maurice Sixto à la fin de l’histoire de Ti Saintaniz, où le conteur a demandé Kilès k ap wè Ti Saintaniz nan gwo liv la ?

Pendant plus de trente ans, le Père Miguel est allé partout en Haïti et à l’étranger, dans des conférences, des concerts, des prédications sur les paroisses et chapelles, pour dénoncer la réalité des enfants en domesticité et rappeler à la société combien les enfants ont des droits, qu’ils vivent ou non dans leurs familles biologiques.

Voilà pourquoi le slogan, qu’il a adopté pour le Fms, est le suivant Tout timoun se timoun, tout timoun gen menm dwa (« Tous les enfants sont des enfants, tous les enfants ont les mêmes droits »).

Dans un pays, où de nombreuses familles, surtout du milieu rural, vivent dans la pauvreté extrême, le Père Miguel a toujours prêché la solidarité envers les enfants.

« Oui à la Solidarité. Non à la Domesticité », aimait-il répéter.

Il a mené de nombreuses actions pour porter les familles, qui hébergent, sous leurs toits, des enfants issus de familles pauvres, à changer de comportements et à comprendre que le fait de donner à manger à un enfant ne les autorise guère à en faire leur esclave.

Père Miguel croyait en l’éducation comme stratégie pour libérer les enfants de la domesticité.

Dès la fondation du Fms, il a créé une école pour donner accès à une éducation de qualité aux enfants en domesticité et/ou à risque de l’être, et il a aidé plusieurs d’entre eux à apprendre un métier.

Père Miguel a voulu que les enfants, qui arrivent au Foyer Maurice Sixto, y trouvent un espace de paix, de répit et d’amour, pour surmonter les souffrances et traumatismes endurés tous les jours.

Voilà pourquoi, en plus de l’école, il a créé une unité d’accompagnement des enfants et mis en place de nombreuses activités d’appui psychosocial, à travers le jeu, la musique, la danse, etc.

Le départ du Père Miguel Jean-Baptiste laissera un grand vide parmi les défenseuses et défenseurs des droits des enfants. Son travail continuera à travers ses œuvres, avec le soutien de toutes celles et de tous ceux qui l’ont aimé et appuyé.