Haïti-Crise : La planification de l’assassinat de Jovenel Moïse a eu lieu à Santo Domingo en République Dominicaine, selon la police

P-au-P., 15 juil. 2021 [AlterPresse] --- L’assassinat du président Jovenel Moise, perpétré le 7 juillet dernier, en sa résidence à Pèlerin (banlieue est) a été planifié lors d’une réunion dans un hôtel de Santo Domingo, affirme la police.

Le directeur général de l’institution policière, Léon Charles, a présenté, à la presse, dans la soirée du 14 juillet, une photographie de cette réunion au cours de laquelle les présumés cerveaux de l’assassinat et les responsables financiers d’un supposé réseau international auraient planifié l’attentat.

Le principal responsable du complot serait le Dr Christian Emmanuel Sanon, un médecin vivant aux États-Unis, dont l’arrestation a été annoncée le 11 juillet.

A la réunion, outre Sanon, cinq autres personnes ont participé, dont le Vénézuélien Antonio Emmanuel Intriago Valera, directeur de la société CTU Security, soupçonné d’avoir engagé les mercenaires colombiens qui auraient perpétré l’attentat.

Étaient également présents Walter Veintemilla, patron du cabinet de conseil Worldwide Capital Lending Group, désigné comme la société qui a financé l’opération, l’ex-sénateur John Joël Joseph, actuellement recherché, l’agent exécutif intérimaire de Jacmel (sud-est), Marky Kessa, et James Solages, arrêté avec les mercenaires colombiens et soupçonné d’assurer la liaison avec la CTU.

Pour le moment, 23 personnes ont été arrêtées, dont 18 Colombiens et cinq Haïtiens-Américains, tandis que trois Colombiens ont été tués durant les opérations de la police.

Les autorités ont également pris des mesures conservatoires contre 24 agents et chefs des unités de sécurité chargés de protéger Moise, dont quatre sont en isolement.

Mais, toujours plus d’interrogations

Ce compte-rendu de la police ne dissipe pas le scepticisme qui persiste au niveau de l’opinion publique, d’autant que les informations disponibles dans la presse, notamment internationale, suscitent des questionnements.

A travers particulièrement des médias colombiens, de nouveaux éléments sont introduits à tout moment dans le débat public, avec pour toile de fond la nécessité de faire la lumière sur les commanditaires de l’assassinat et le mobile réel du crime. Une attente que les éléments avancés risquent, pour le moment, de ne pas combler. [apr 15/07/2021 09 :00]