Haïti-Crise : L’assassinat du Président Jovenel Moïse fermement condamné au niveau international

P-au-P., 7 juil. 2021 [AlterPresse] --- L’assassinat du Président Jovenel Moïse est condamné fermement à l’échelle de la planète , selon les informations rassemblees par l’agence en ligne AlterPresse.

Réagissant à la nouvelle, la République Dominicaine a ordonné mercredi la fermeture immédiate de la frontière de 380 kilomètres qui la sépare d’Haïti sur l’île d’Hispaniola, selon une porte-parole du ministère de la Défense.

Ce crime est une attaque contre l’ordre démocratique d’Haïti et de la région, a réagi le président Luis Abinader sur Twitter.

Selon le journal Listin Diario, le président Abinader a convoqué les officiers supérieurs de l’armée pour un cabinet de sécurité afin d’évaluer la situation.

Le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (Onu) est profondément choqué par l’assassinat du Président Jovenel Moïse, a déclaré son président en exercice, l’ambassadeur français Nicolas de Rivière, qui a aussi évoqué la tristesse du Conseil.

Selon des sources diplomatiques, le Conseil de sécurité tiendra jeudi une réunion d’urgence, à la demande des États-Unis et du Mexique.

Claude Joseph a lui-même demandé une réunion du Conseil de sécurité et l’ouverture d’une enquête internationale sur l’assassinat.

Après y avoir longtemps déployé des Casques bleus, l’Onu n’entretient plus en Haïti, depuis fin 2019, qu’une mission d’appui politique.

Le Bureau intégré des Nations unies en Haïti (Binuh) est chargé de conseiller et d’épauler le gouvernement haïtien dans ses efforts pour renforcer la stabilité politique et la bonne gouvernance du pays.

Le Secrétaire Général de l’Onu condamne dans les termes les plus forts l’assassinat du Président Jovenel Moïse de la République d’Haïti. Les auteurs de ce crime doivent être traduits en justice. Le Secrétaire Général présente ses plus sincères condoléances au peuple et au Gouvernement haïtiens ainsi qu’à la famille de feu le Président.

Le Secrétaire général appelle tous les Haïtiens à préserver l’ordre constitutionnel, à rester unis face à cet acte odieux et à rejeter toute violence. L’ONU continuera d’être aux côtés du Gouvernement et du peuple haïtien.

L’Union européenne s’est inquiétée d’une spirale de la violence par la voix de son chef de la diplomatie Josep Borrell.

Le président Joe Biden a exprimé sa consternation en ses termes : « Nous sommes choqués et attristés d’apprendre l’horrible assassinat du président Jovenel Moïse et l’attaque contre la première dame d’Haïti, Martine Moïse. Nous condamnons cet acte odieux, et j’adresse mes vœux les plus sincères de rétablissement à la première dame Moïse ». Joe Biden ajoute que les États-Unis étaient prêts à apporter leur aide, affirmant que cet assassinat était un signe « inquiétant » pour la nation des Caraïbes.

L’ambassade des États-Unis à Port-au-Prince a décidé de garder ses portes closes pour la journée de mercredi en raison de la situation sécuritaire en cours.

L‘Organisation des États américains (Oea), condamne également l’assassinat du Président Jovenel Moïse.

« Nous condamnons dans les plus forts termes cet acte criminel survenu ce mercredi, l’assassinat du Président Jovenel Moise. Cette attaque est un affront contre l’ensemble de la communauté des nations démocratiques représentées à l’Oea. Nous déplorons cette tentative de saper la stabilité institutionnelle du pays avec la plus grande véhémence », lit-on dans un communiqué de l’Oea.

La France a dénoncé le « lâche assassinat » du président haïtien, demandant par la voix de son ministre des affaires étrangères que « toute la lumière » soit faite sur un événement dont les détails restent encore inconnus « Je condamne fermement ce lâche assassinat », a déclaré Jean-Yves Le Drian, faisant état de sa « stupeur » dans un communiqué. « Toute la lumière devra être faite sur ce crime qui intervient dans un climat politique et sécuritaire très dégradé » à Haïti, ajoute-t-il.

Réaction similaire du Canada qui est prêt à soutenir la population d’Haïti et lui offrir toute l’aide dont elle pourrait avoir besoin, indique le Premier ministre Justin Trudeau sur Twitter.

« Mes pensées accompagnent l’ensemble du peuple haïtien. Je suis de tout cœur avec la communauté haïtienne du Québec », a écrit, pour sa part, le premier ministre du Québec François Legault sur Twitter.

Sur Twitter, le premier ministre britannique, Boris Johnson, s’est dit « choqué et attristé par la mort du président Moïse ». « C’est un acte odieux et j’appelle au calme », a-t-il ajouté, présentant ses condoléances à la famille du président et à la population haïtienne.

Le président colombien, Ivan Duque, a appelé l’Organisation des États américains à envoyer d’urgence une mission à Haïti pour « protéger l’ordre démocratique ». « C’est un acte lâche et barbare contre l’ensemble du peuple haïtien », a-t-il déclaré.

Les membres du Core group (les Ambassadeurs d’Allemagne, du Brésil, du Canada, d’Espagne, des États-Unis d’Amérique, de France, de l’Union Européenne, le Représentant spécial de l’Organisation des États Américains et la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies) condamnent fermement le lâche assassinat du Président de la République Jovenel Moïse et demandent que ses auteurs soient recherchés et traduits en justice. Ils présentent de plus leurs sincères condoléances à la famille du Président et à ses proches.

Alors qu’Haïti fait face à une situation très dangereuse, les membres du Core Group appellent tous les acteurs à la plus grande retenue et au respect des principes de l’état de droit. Ils les engagent fermement à s’abstenir de tout recours à la violence et de toute initiative qui porterait atteinte à la stabilité du pays et à la paix civile.

Dans ces moments difficiles, les membres du Core Group se tiennent aux côtés du peuple haïtien ainsi que des institutions et autorités du pays. [apr 07/07/2021 20 :00]