Perspectives

Haïti-Criminalité : La population indignée et inquiète face à une nouvelle démonstration de force, le 1er juillet 2021, de la fédération des gangs G9 et alliés


jeudi 1er juillet 2021

P-au-P, 1er juillet 2021 [AlterPresse] --- Une démonstration de force, organisée, ce jeudi 1er juillet 2021, à La Saline et à la station de Gonaïves (Port-au-Prince, non loin de la grande agglomération de Cité Soleil, par la fédération des gangs dénommée G9 an fanmi e alye, provoque indignation et inquiétude au sein de la population haïtienne, selon les témoignages recueillis par l’agence en ligne AlterPresse.

Aux environs de 1:00 pm locale (17:000 gmt), un mouvement de panique a été observé dans divers endroits, sur la route de Delmas, à l’annonce du démarrage de la démonstration de force, qui a rassemblé plusieurs centaines de personnes, dont des civils lourdement armés.

Les commerçantes et commerçants à Delmas se sont empressés de ramasser leurs marchandises, exposées sur les trottoirs, alors que des propriétaires de véhicules tentaient rapidement à mettre à l’abri leurs véhicules.

Rassemblées en petits groupes, des riveraines et riverains, les yeux rivés en direction du bas de Delmas, cherchaient à contrôler la situation.

Plusieurs centaines de personnes, dont des civils lourdement armés et encagoulés, ont pris part à cette démonstration de force, qui a démarré au quartier de La Saline (bidonville, centre-ville de Port-au-Prince).

Cette manœuvre armée a été annoncée par le chef de file du groupe G9 an fanmi e alye, l’ancien policier Jimmy Chérizier alias Barbecue, que la Police nationale d’Haïti (Pnh) déclare rechercher, depuis plusieurs années, mais dont la complicité avec des unités spécialisées de la Pnh est sans cesse dénoncée par les organismes haïtiens de droits humains.

Les membres de gangs armés étaient accompagnés, ce jeudi 1er juillet 2021, d’un mobile sonore, qui permettait au chef de gang Jimmy Chérizier d’y passer des instructions.

Le groupe G9 an fanmi e alye, qui a été fédéré, suite aux propositions de la Commission nationale de désarmement, démantèlement et réinsertion (Cnddr), a réclamé le départ du président de facto Jovenel Moïse au pouvoir.

Il a aussi prétendu exiger des comptes sur les fonds du référendum inconstitutionnel et illégal, reporté à deux reprises, sur la Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (Cirh) mise en place après le terrible tremblement de terre du mardi 12 janvier 2010 et la coopérative Cœurs-unis, qui avait fait faillite en 2003.

La police a tenté de disperser, au niveau de la station Gonaïves de Port-au-Prince, la manœuvre des gangs armés, en usant de gaz lacrymogènes.

« Cette manœuvre armée, organisée, ce jeudi 1er juillet 2021, par le groupe G9 et Jovenel Moïse, viserait à oublier les actes d’assassinats, commis sur Antoinette Duclaire, sur Diego Charles, ainsi que sur toutes les autres personnes, tuées à Delmas 32, Croix-des-Bouquets et Fontamara », réagit le porte-parole du Secteur démocratique et populaire (Sdp), Me. Michel André, sur son compte twitter.

Cette situation démontre clairement combien Jimmy Chérizier est lié avec Jovenel Moïse, qui est le chef du G9, estime le Secteur démocratique et populaire.

Dans la nuit du mardi 29 au mercredi 30 juin 2021, des bandits armés ont assassiné à Delmas 32 et Christ Roi (Port-au-Prince), plus d’une quinzaine de personnes, dont le journaliste de Radio Télé Vision 2000, Diego Charles, et Marie Antoinette Duclaire, militante féministe et porte-parole de l’organisation sociopolitique Matris Liberasyon.

Ces crimes ne resteront pas impunis, a réaffirmé le premier ministre de facto ad intérim Claude Joseph, qui a laissé tomber des larmes, en conférence de presse ce jeudi 1er juillet 2021. [mj emb rc apr 01/07/2021 15:45]