Économie/Conjoncture : L’Adih s’alarme face à l’aggravation de la crise socio-politique et économique d’Haïti

P-au-P, 29 juin 2021 [AlterPresse] --- L’Association des industries d’Haïti (Adih) lance un cri d’alarme par rapport à la dégradation de la situation sécuritaire, le manque de dialogue et la perte de contrôle progressive de certaines zones géographiques, dont Martissant (sud de la capitale, Port-au-Prince), Bas de Delmas, Cité Soleil (nord), Port-au-Prince, Croix-des-Bouquets (nord-est).

Livré aux mains de gangs armés, devenus terroristes qui sèment la terreur au sein d’une population désespérée, le pays est plongé dans un chaos sans précédent, déplore l’Adih.

Elle encourage à entamer un dialogue inclusif sans délai, afin d’éviter d’éventuelles émeutes de la faim, des attaques effrénées et ciblées ainsi que des guerres entre différentes franges de la société.

Une tentative d’ajustement à la hausse des prix des produits pétroliers avait déjà provoqué, les vendredi 6 et samedi 7 juillet 2018, des émeutes, dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince.

Jusqu’à présent, le pays n’arrive toujours pas à gérer la rareté fréquente des produits pétroliers, qui persiste, depuis plusieurs semaines, sur le territoire national.

De surcroit, les actes de banditisme et de criminalité, face auxquels les autorités policières sont impuissantes, perturbent le fonctionnement des activités globales dans la capitale, notamment Martissant, Bas de Delmas et Cité Soleil, qui ont été, depuis quelques temps, le théâtre d’affrontements armés entre gangs rivaux.

Dans ce contexte, l’Adih relève la faillite d’un ensemble d’entreprises, faute de moyens logistiques, sécuritaires et financiers.

Cette situation oblige ces entreprises à renvoyer leurs personnels, plaçant ainsi des centaines de familles dans des conditions très précaires et aggravant la situation de pauvreté globale, déplore-t-elle.

5 mille emplois ont été perdus, en 2020, au niveau de l’industrie textile, le plus grand pourvoyeur d’emplois du secteur privé formel, suite à la fermeture de H&H Apparel S.A à Carrefour, Ellansia S.A et Interamerican Wovens S.A. à Port-au-Prince.

L’industrie textile vient encore de perdre, cette semaine, 2 mille 200 emplois dans le pays. D’autres usines risquent, incessamment, de devoir interrompre leurs activités, en raison de l’insécurité et de la pénurie récurrente de produits petroliers.

Plusieurs petites et moyennes entreprises ont aussi déploré l’impact des violences armées sur les activités économiques en Haïti.

L’organisation internationale Médecins sans frontières (Msf) annonce la suspension temporaire de ses activités dans la zone de Martissant, après que son centre d’urgence a été la cible d’une attaque armée, dans l’après-midi du samedi 26 juin 2021.

Les conditions sécuritaires au niveau de la sortie sud de la capitale et la pénurie de produits pétroliers, qui empêchent la livraison d’une cargaison de diesel, attendue depuis plus de 10 jours, pour renflouer les stocks de réserve de sa centrale, risquent de perturber les activités des hôpitaux Saint-Luc et Saint-Damien, qui abritent, entre autres, le plus grand centre Covid-19 (le nouveau coronavirus) dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, a prévenu, pour sa part, la Fondation Saint-Luc. [emb apr 29/06/2021 16:45]