Español English French Kwéyol

Haïti-Criminalité : Le Coddemir dénonce le laxisme des autorités face aux actes de barbarie du gang 400 mawozo

Nouvelles promesses de doter la Police nationale de nouveaux matériels, pour traquer les bandits

P-au-P, 28 juin 2021 [AlterPresse] --- Le Collectif des organisations de défense des droits des migrants et rapatriés (Coddemir) critique la passivité des autorités étatiques, face aux actes de violences du gang 400 mawozo qui opèrent dans la commune de la Croix-des-Bouquets (nord-est de la capitale), dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Une dizaine de véhicules ont été incendiés. Des pertes en vie humaine ont été également rapportées, lors de vives tensions, créées, le samedi 26 juin 2021, dans la commune de la Croix-des-Bouquets, par des bandits du gang 400 mawozo, rappelle le Coddemir.

Aucune action concrète n’est entreprise, par les autorités en place, pour freiner ces dérives et exactions, déplore le Collectif des organisations de défense des droits des migrants et rapatriés, dénonçant la propagande du gouvernement de facto qui laisse la population seule face à la barbarie des gangs armés.

La situation de terreur et de violences, qui règne au niveau de la troisième circonscription de Port-au-Prince, à Martissant (périphérie sud de la capitale), depuis le début du mois de juin 2021, a contraint plusieurs centaines de compatriotes, dont des femmes, des enfants, à fuir leurs demeures, sans avoir aucune destination.

« Le pouvoir exécutif et le haut-commandement de la police nationale restent les bras croisés. (…) Le pouvoir en place, avec la bénédiction de la communauté internationale (…), a fédéré une dizaine de gangs pour faire avancer ses projets ».

Comment ne pas les pointer du doigt, lorsqu’on sait que ces autorités détiennent la liste des principaux importateurs d’armes dans le pays ? Pourquoi ne réagissent-ils pas ?, se demande le Coddemir, appelant à un sursaut patriotique.

Suite aux tensions, qui ont éclaté le samedi 26 juin 2021, à Croix-des-Bouquets, où des hommes lourdement armés du groupe 400 mawozo ont tiré plusieurs coups de feu et incendié une dizaine de véhicules, dans les parages de l’église de Dieu Béthel, des unités spécialisées de la police y ont été déployées, en renfort aux policiers administratifs de la juridiction.

« Les malfrats ont été repoussés et pour l’instant le calme est rétabli. Aucune des installations de police (commissariat et sous-commissariat) n’ont été l’objet d’attaques », indique la Police nationale d’Haïti (pnh).

La Pnh entend prendre toutes les mesures pour identifier ces individus, en vue de les mettre hors d’état de nuire.

La police serait prochainement dotée de nouveaux matériels, pour traquer les bandits armés, a fait savoir l’inspectrice Marie Michelle Verrier, porte-parole de ladite institution, en conférence de presse le vendredi 25 juin 2021.

Le premier ministre par intérim, Claude Joseph, et le directeur général ad intérim de la Pnh, Léon Charles, devraient accélérer les commandes, qui ont été placées pour renforcer l’institution policière.

Cette demande a été formulée par le président de facto Jovenel Moïse, dont le mandat a pris fin depuis le 7 février 2021, lors d’un point de presse, le dimanche 20 juin 2021, après sa participation à un Forum international de la diplomatie, qui s’est déroulé dans la quatrième ville de Turquie, Antalya.

Des opérations policières ont été également menées à Laboule 12, commune de Pétionville (à l’est de la capitale), pour démanteler le gang appelé Makak, qui y opérait.

« 3 bandits ont été stoppés dans des échanges de tirs avec les agents de la Pnh. 2 armes à feu et des bonbonnes de gaz lacrymogènes ont été saisies. La police a aussi procédé à l’arrestation de 6 individus. Deux véhicules ont été confisqués », informe la Pnh.

Le chef du gang, communément appelé Makak, qui a été blessé, serait activement recherché.

Dans la localité dénommée Nan Zonbi, à hauteur de Camp-Fort, Cap-Haïtien, dans le département du Nord, plusieurs bandits ont été mortellement blessés, tandis que deux personnes ont été interpellées.

Trois armes à feu et des munitions ont été saisies, y compris des objets comme longue vue, marteaux, machettes, ciseaux.

Ces groupes armés étaient spécialisés dans des actes d’assassinats, d’enlèvements et de séquestrations, vol à mains armées, incendie, dans le Nord d’Haïti, explique la Pnh. [mj emb rc apr 28/06/2021 14:30]