Haiti-Criminalité : Appel à la mise en place de dispositions sécuritaires pour le retour, au Bel Air, des familles déplacées victimes des violences de gangs armés

P-au-P, 23 juin 2021 [AlterPresse] --- Des voix s’élèvent au Bel Air, quartier du centre de la capitale, meurtri par la terreur des gangs, pour demander aux autorités de mettre en place des dispositions sécuritaires pour faciliter le retour des familles déplacées.

Les rues demeurent désertes, surtout les zones qui ont été saccagées lors des attaques armées du gang krache dife de la fédération G9 an fanmi ak alye, selon les témoignages recueillis par l’agence en ligne AlterPresse.

Depuis lors, plusieurs habitantes et habitants se sont retranchés dans quelques rues, alors que de nombreux autres ont fui le Bel Air, où les activités restent jusqu’à présent paralysées, déplore un habitant contacté par AlterPresse.

Les gangs armés ont détruit les petites entreprises des gens, qui ont passé plusieurs années à les mettre sur pied. Des personnes, ayant passé plus de 20 ans pour construire une maison, au Bel Air, se retrouvent maintenant à dormir chez de bons samaritains, se désole-t-il.

Il appelle l’institution policière à se ressaisir et à se mettre au service de la population, et non d’un pouvoir délinquant, qui supporte des gangs.

Au Bel Air, au moins treize (13) personnes ont été assassinées soit sept (7) d’entre elles, le 31 mars 2021 et six (6) autres, le 1er avril 2021, lors des attaques de la fédération de gangs G9 an Fanmi ak alye, selon un bilan dressé par le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh).

Le Rnddh fait état de quatre-vingt-une (81) personnes assassinées par balles, dont 12 femmes, à Bel Air, soit trente-six (36) d’août à décembre 2020 et quarante-cinq (45) autres, de mars à mai 2021, dans un rapport intitulé « Massacres à Bel Air et à Cité Soleil sous le regard indifférent des autorités étatiques ». [kap emb apr 23/06/2021 16:20]