Dépêches

Criminalité : Le photojournaliste Dieu-Nalio Chéry contraint de laisser Haïti, suite aux menaces persistantes de groupes armés


lundi 21 juin 2021

P-au-P, 21 juin 2021 [AlterPresse] --- Le photojournaliste Dieu-Nalio Chéry a été contraint de laisser Haïti, le vendredi 18 juin 2021, suite aux menaces persistantes des groupes armés, dénommés Fantom 509 et G9 an fanmi ak alye, informe l’Association des journalistes haïtiens (Ajh), dans une note dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Ces bandes armées reprochent au journaliste d’avoir pris et publié des photos d’actes de vandalisme et de pillages, perpétrés le 17 mars 2021 à Delmas et sur la route de l’aéroport international de Port-au-Prince.

L’Ajh continue de demander aux autorités de prendre des dispositions, pour sécuriser les journalistes et les médias, et de garantir la pleine jouissance de la liberté de la presse en Haïti.

Dieu-Nalio Chéry a photographié, à Delmas, particulièrement au commissariat de police de Delmas 33, des gens se réclamant de Fantom 509, en train de libérer de force des policiers en garde à vue, rapporte l’Association des journalistes haïtiens.

Sur la route de l’aéroport international de Port-au-Prince, le photojournaliste Dieu-Nalio Chéry a été témoin et a pris des photos des actes de vandalisme et de pillage contre la maison de vente d’automobiles « Universal Motors ».

Il a également pris des clichés de cadavres et de blessés, enregistrés lors de cette attaque armée.

Recherché, depuis lors, par Fantom 509 et G9 an fanmi ak alye, Dieu-Nalio Chéry s’était mis à couvert pendant environ deux mois, relate l’Ajh, exhortant tous les journalistes à la prudence et à la vigilance.

Le photojournaliste Dieu-Nalio Chéry a été blessé à plusieurs reprises, notamment lors d’une manifestation, le mercredi 10 février 2021, d’étudiantes et d’étudiants de l’Université d’État d’Haïti (Ueh) contre la dictature en Haïti.

En deux ans, Haïti a perdu 25 places dans le classement mondial de la liberté de la presse, établi, chaque année, par Reporters sans frontières (Rsf), passant de la 62e place en 2019 à la 87e place dans le rapport de 2021. [mff emb rc apr21/06/2021 17:10]