Dépêches

Politique : Le rapport de la mission de juin 2021 de l’Oea sur la crise en Haïti, attendu dans deux semaines


vendredi 11 juin 2021

P-au-P, 11 juin 2021 [AlterPresse] --- Après avoir rencontré pendant trois jours (du mardi 8 au jeudi 10 juin 2021), les différents protagonistes en Haïti, les ambassadeurs de l’Organisation des états américains (Oea) ont promis de soumettre, dans un délai de deux semaines, leur rapport sur la crise en Haïti, au président du Conseil permanent de l’Oea, dans une déclaration en date du jeudi 10 juin 2021, dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse

Ce rapport sera constitué des constatations, conclusions et recommandations y relatives, précise la mission de l’Oea.

Durant leur séjour, les ambassadeurs ont rencontré le président de facto Jovenel Moïse, des partis et regroupements de l’opposition et des membres de la société civile.

Jovenel Moïse indique avoir sollicité le support de l’Oea dans le cadre de l’organisation des élections, notamment sur le plan sécuritaire, dans un tweet.

Il estime que l’implication de l’Oea dans le processus sera capitale.

« Avec la mission de l’Oea, j’ai eu une 2e rencontre, au cours de laquelle ont été passées en revue les positions affichées par les secteurs de la société. Lors de cet entretien j’ai rappelé à l’Oea que les élections restent la voie incontournable pour la survie de notre démocratie ».

L’objectif de la mission de l’Oea serait de faciliter un dialogue politique, qui permettrait la réalisation d’élections libres et crédibles dans le pays.

La solution à la crise politique actuelle doit passer obligatoirement par la démission du président de facto Jovenel Moïse, dont le mandat a expiré le dimanche 7 février 2021, a soutenu, pour sa part, la Direction politique de l’opposition démocratique (Dirpod), lors d’une rencontre avec la délégation de l’Oea.

Le président de facto, Jovenel Moïse, constitue le principal obstacle à l’organisation des élections en Haïti, souligne l’un des porte-parole du Secteur démocratique et populaire, Me. Michel André, qui a boudé l’invitation de l’organisation hémisphérique.

« Les conditions techniques, politiques et sécuritaires ne seront jamais réunies pour des élections avec ce pouvoir ».

La mission de bons offices de l’Oea a rencontré « plus de 50 interlocuteurs, issus d’un large éventail d’acteurs de la société civile et politiques ».

Elle affirme avoir sollicité des parties prenantes leur engagement en faveur de la démocratie représentative, en vertu de la Charte démocratique interaméricaine, des élections législatives et présidentielles libres et équitables en 2021.

Ces rencontres ont permis d’échanger sur les défis, auxquels fait face Haïti, et de renouveler l’engagement des parties prenantes en Haïti à un processus démocratique inclusif, conduisant à des élections libres et équitables dans les prochains mois.

Les membres de la mission de l’Oea ont aussi souhaité un engagement en faveur d’un processus électoral transparent, avec la contribution de toutes les parties prenantes, qui sera crédible pour le peuple haïtien, d’un accord de compromis pour parvenir à un accord politique, du respect des droits humains et contre la violence politique et contre l’impunité. [mj emb rc apr 11/06/2021 13:40]