Dépêches

Crise : Le président de facto Jovenel Moïse, principal obstacle à l’organisation des élections en Haïti, dixit le Secteur démocratique et populaire


jeudi 10 juin 2021

P-au-P, 10 juin 2021 [AlterPresse] --- Le président de facto Jovenel Moïse constitue le principal obstacle à l’organisation des élections en Haïti, souligne, à l’attention du secrétaire d’État américain Antony Blinken, l’un des porte-parole du Secteur démocratique et populaire, Me. Michel André, dans un tweet, consulté par l’agence en ligne AlterPresse.

« Les conditions techniques, politiques et sécuritaires ne seront jamais réunies pour des élections avec ce pouvoir », insiste Michel André.

Lors d’une rencontre, sur le budget du département d’État devant la commission des affaires étrangères, le secrétaire d’État américain a estimé qu’il y aurait une possibilité et une opportunité, pour pouvoir organiser les élections haïtiennes, si les étapes appropriées sont mises en place.

Par ailleurs, il a également affirmé que l’administration du président américain Joe Biden « s’oppose » au projet de référendum constitutionnel de Jovenel Moïse.

Le référendum inconstitutionnel et illégal et les élections (prévus cette année 2021) seront une réalité pour Haïti, prétend, pour sa part, le ministre de facto, chargé des questions électorales, Mathias Pierre.

Le référendum inconstitutionnel et illégal, fixé préalablement au dimanche 27 juin 2021, a été reporté sine die, par le Conseil électoral provisoire (Cep) contesté, dans la soirée du lundi 7 juin 2021, en raison du renouvellement de l’état d’urgence sanitaire par l’exécutif le 31 mai 2021.

Une délégation de l’Organisation des états américains (Oea) en visite de trois jours en Haïti, du mardi 8 au jeudi 10 juin 2021, a rencontré Jovenel Moïse ainsi que des partis et regroupements politiques, autour de la crise en Haïti.

L’objectif de la mission de l’Oea serait de faciliter un dialogue politique, qui permettrait la réalisation d’élections libres et crédibles dans le pays.

La solution à la crise politique actuelle doit passer obligatoirement par la démission de Jovenel Moïse, dont le mandat a expiré le dimanche 7 février 2021, a réaffirmé la Direction politique de l’opposition démocratique (Dirpod), lors d’une rencontre avec la délégation de l’Oea. [emb rc apr 10/06/2021 12:45]