Dépêches

Crise : Le parti politique Fusion dénonce une « manœuvre grossière » du régime de facto, consistant à diaboliser ses opposants politiques en Haïti


mercredi 9 juin 2021

P-au-P, 09 juin 2021 [AlterPresse] --- Le parti politique Fusion des sociaux-démocrates haïtiens (Fusion) dénonce une « manœuvre grossière du régime de facto, consistant à diaboliser ses opposants en leur faisant porter le chapeau des conséquences de son incompétence et de son comportement irresponsable face aux gangs armés », dans une prise de position dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Le parti politique Fusion qualifie de mensongères les accusations du premier ministre de facto, Claude Joseph, concernant les événements violents, enregistrés, ces derniers jours, dans le pays.

Les adversaires politiques du régime de facto auraient lancé ces opérations, à la veille de l’arrivée, le mardi 8 juin 2021, à Port-au-Prince, d’une délégation du Conseil permanent de l’Organisation des états américains (Oea), en vue de faire échouer la mission, laisse entendre Claude Joseph.

Des affrontements armés entre gangs rivaux ont fait récemment plusieurs personnes tuées et blessées à Martissant, Fontamara (périphérie sud de la capitale), Delmas 2,4, 6 et La Saline (non loin du bord de mer de la capitale).

8 policiers nationaux ont été aussi tués dans des attaques de gangs armés du groupe dénommé G-9, perpétrées entre les samedi 5 et dimanche 6 juin 2021, dans la capitale, Port-au-Prince, informe le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh).

« Il est de notoriété publique que les gangs armés qui sévissent, kidnappent, violent et massacrent, en toute impunité, dans divers quartiers de la capitale et dans certaines régions du pays, bénéficient de la complaisance et du soutien financier et matériel du pouvoir », dénonce le parti politique Fusion.

Ces gangs ont été fédérés par le régime de facto, pour s’assurer du contrôle total des quartiers populaires et intimider leurs adversaires politiques, dans la perspective des prochaines élections irrégulières.

Le parti politique Fusion condamne les menaces de représailles, faites par le régime de facto vis-à-vis de ses adversaires politiques, « qui ont toujours refusé la violence et ont choisi les modes d’expression, reconnus par la Constitution et par les lois de la république ». [emb rc apr 09/06/2021 12:25]