Documents

Crimes d’État en Haïti : 81 personnes assassinées par balles au Bel Air d’août 2020 à mai 2021, 44 personnes assassinées par balles à Cité Soleil de janvier à mai 2021, révèle un rapport du Rnddh

Des blindés et tubes de gaz lacrymogène de la police mis au service des gangs proches du pouvoir
dimanche 23 mai 2021

« Alors que le pays est truffé de gangs armés et que les actes attentatoires aux vies et aux biens les plus spectaculaires sont perpétrés chaque jour, le gouvernement haïtien de facto recherche, auprès des partenaires de la communauté internationale, un appui en vue de mettre en œuvre le plan stratégique de la Commission nationale de désarmement démantèlement et réinsertion (Cnddr), cette commission qui a avoué avoir invité les gangs armés à se fédérer.

Le G-9 an Fanmi e Alye a été créé, en juin 2020, pour servir de socle au pouvoir en place, en vue de la réalisation du référendum inconstitutionnel, planifié pour le 27 juin 2021, et de l’organisation des élections. Cette coalition de gangs armés permet aux autorités de facto d’avoir le contrôle des principaux quartiers défavorisés du département de l’Ouest, où l’électorat est important. Le département de l’Ouest représente à lui-seul 40 % de l’électorat national. Avoir le contrôle des quartiers défavorisés, c’est donc avoir le contrôle d’un fort pourcentage de cet électorat ».

Par le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh), 20 mai 2021

Transmis à AlterPresse le 21 mai 2021

Résumé

1. Le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh) a enquêté sur les dernières attaques armées, enregistrées à Bel Air et à Cité Soleil, depuis la fin de l’année 2020. Les informations, qui ont été recueillies au cours de ces différentes investigations, sont utilisées pour l’élaboration du présent rapport, par le biais duquel le Rnddh partage ses constats, commentaires et recommandations avec ceux et celles que la question intéresse.

2. Le document est divisé en 9 points, qui passent en revue notamment le bilan des attaques enregistrées à Bel Air d’août 2020 à mai 2021, le bilan des attaques enregistrées à Cité Soleil de janvier à mai 2021, les interventions des autorités policières et les entretiens avec les autorités judiciaires.

3. Pour les périodes couvertes par ce rapport, le bilan de ces attaques armées virulentes, enregistrées dans ces 2 zones, est très lourd :

• A Bel Air, 81 personnes au moins ont été assassinées par balles, dont 12 femmes. 36 personnes ont été tuées, d’août à décembre 2020 et 45 autres, de mars à mai 2021. 24 sont portées disparues et 18 autres ont été blessées par balles. 165 maisons ont été incendiées,13 autres ont été pillées,rendant sinistrées 262 personnes qui étaient soit propriétaires, soit locataires. 296 enfants sont devenus orphelins d’au moins un de leurs parents ;

• A Cité Soleil, 44 personnes ont été assassinées par balles, dont 11 femmes. 7 personnes sont portées disparues, 15 autres ont été blessées et 1 femme violée. 3 maisons ont été incendiées.132 enfants sont devenus orphelins à la faveur de ces événements sanglants.

4. Aujourd’hui encore, les attaques sont en cours, tant à Bel Air qu’à Cité Soleil, et encore une fois le mutisme des autorités étatiques prouve leur désintéressement total vis-à-vis des violations massives et systématiques des droits à la vie, à la sécurité physique, à la propriété privée des personnes, qui vivent dans ces quartiers défavorisés, où des crimes odieux ont été perpétrés : Des personnes ont été brûlées vives, des maisons ont été incendiées avec les maigres biens que possèdent les victimes, des véhicules ont été détournés et au moins une femme a été violée.

5. Appelés en renfort par des survivants-tes de ces massacres, des agents de la Police nationale d’Haïti (Pnh) ont affirmé n’avoir pas reçu l’ordre de leurs supérieurs d’intervenir et les autorités judiciaires ont affirmé au Rnddh que les victimes n’ayant pas porté plainte, elles ne sont pas intervenues dans les zones concernées par ce rapport, même pour dresser des procès-verbaux de constat des faits relatés par les survivants-tes.

6. Il a encore une fois été rapporté au Rnddh que des matériels policiers –blindés, tubes de gaz lacrymogène – ont été utilisés par les bandits armés dans la perpétration de ces attaques.

7. De 2018 à nos jours, au moins 12 massacres et attaques armées ont été perpétrés dans les quartiers défavorisés de Port-au-Prince. Pour les 10 premiers cas, les survivants-tes ont porté plainte par devant les autorités judiciaires contre leurs agresseurs, pour la plupart, des bandits armés notoires et des autorités étatiques connues. Cependant, aucune poursuite judiciaire sérieuse n’a été enregistrée.

8. Fort de tout ce qui précède, le Rnddh demande instamment aux autorités étatiques, en général, et au Conseil supérieur de la police nationale (Cspn), en particulier, de : mettre fin à l’utilisation des maigres ressources de la Pnh en vue de renforcer les gangs armés, qui terrorisent la population haïtienne ; sanctionner tous ceux qui facilitent aux bandits l’utilisation des matériels policiers dans les différents massacres et attaques armées ; mettre fin aux massacres et attaques armées à Bel Air et à Cité Soleil en particulier et dans les quartiers défavorisés en général ; arrêter et transférer aux autorités judiciaires tous les bandits armés, qui sèment la terreur au sein de la population.

I. INTRODUCTION

1. Depuis août 2020, le quartier de Bel Air est en proie à une grande tension. Si une certaine accalmie a été enregistrée au début de l’année en cours, les hostilités ont recommencé en mars 2021. De même, Cité Soleil, ravagée en 2020 par des attaques armées ayant duré plusieurs mois, retient, encore une fois, l’attention depuis janvier 2021, en raison des rivalités hégémoniques qui ont recommencé. Tant à Bel Air qu’à Cité Soleil, les blessures ainsi que les pertes humaines et matérielles sont énormes.

2. Le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh) n’a pas cessé de recevoir des alertes sur ces zones, car des survivants-tes de ces violences armées dénoncent régulièrement les attaques qu’ils subissent ainsi que l’inertie des autorités en place.

3. Le caractère alarmant des informations, collectées par le Rnddh, ainsi que le nombre élevé de blessures et de pertes humaines et matérielles, portent l’organisation à partager aujourd’hui, avec l’opinion publique, ce rapport qui retrace les derniers événements sanglants enregistrés à Bel Air, d’août 2020 à mai 2021, et à Cité Soleil, de janvier à mai 2021.

II. METHODOLOGIE

4. Ce rapport retrace trois (3) périodes différentes : la première période concerne les attaques enregistrées à Bel Air du 28 août au 20 décembre 2020. La deuxième période porte sur les attaques survenues toujours à Bel Air, du 31 mars au 15 mai 2021 et la troisième période est relative aux attaques armées, enregistrées à Cité Soleil du 28 janvier au 7 mai 2021.

5. Pour les trois (3) enquêtes différentes, qui ont été menées par le Rnddh, la saisine a toujours été la même : les premières informations, véhiculées par les médias, ont porté l’organisation à s’enquérir des événements. Par la suite, des victimes et proches de victimes des deux (2) zones, concernées par ce rapport, se sont présentés au bureau du Rnddh, où ils ont dénoncé les attaques subies.

6. Dans le cadre de ces différentes investigations, le Rnddh s’est entretenu avec :

Deux-cent-cinquante-deux (252) victimes et proches de victimes de Bel Air

• Un juge suppléant au tribunal de paix de Bel Air

Soixante-dix-huit (78) victimes et proches de victimes de Cité Soleil

• Un juge suppléant au tribunal de paix de Cité Soleil

• Le responsable du Commissariat de Cité Soleil

7. De plus, le Rnddh s’est rendu, à plusieurs reprises, dans certaines zones de Bel Air et de Cité Soleil, où il a pu constater certains faits avancés par les survivants-tes de ces attaques et s’entretenir avec certaines victimes qui ne s’étaient pas présentées à son bureau.

III. PRESENTATION DE BEL-AIR ET DE CITE SOLEII.

8. Bel Air constitue l’un des quartiers de Port-au-Prince et l’une des seize (16) collines qui entourent cette commune.Il est desservi par le tribunal de paix de Port-au-Prince, section Nord, et par le Commissariat de Port-au-Prince.

9. Cité Soleil, pour sa part, est l’une des vingt (20) communes du département de l’Ouest. Elle compte un tribunal de paix, une mairie, un office de l’état civil et six (6) postes de police.

10. A Bel Air et à Cité Soleil vit une grande partie de la population haïtienne, qui patauge dans la misère et don’t la situation s’est dégradée avec le séisme du12 janvier 2010.

11. Nombreuses de ces personnes habitent dans des taudis sales, non aérés et/ou construits avec des morceaux de tissus et de tôles usagées, des bâches et des morceaux de planches. Elles évoluent dans un environnement insalubre, présentant un risque élevé pour leur santé.

12. Les infrastructures sont inexistantes ou dysfonctionnelles dans ces zones, notamment en raison des nombreuses attaques armées qui y sont régulièrement enregistrées.

IV. RAPPEL DES ATTAQUES ESSUYEES PAR BEL AIR ET CITE SOLEIL EN 2019 ET AU DEBUT DE 2020

13. Bel Air et Cité Soleil ont été, en 2019 et 2020, le théâtre d’attaques armées, au cours desquelles des actes graves, attentatoires aux vies et aux biens, ont été enregistrés.

14. En effet, le 4 novembre 2019, des riverains, qui se rendaient à leurs activités journalières, ont été surpris par des bandits lourdement armés, qui ont semé la terreur dans la zone. Rappelons qu’à l’époque, toutes les activités sociales, politiques et économiques étaient pratiquement bloquées dans le pays, particulièrement à Port-au-Prince et dans les zones avoisinantes. Cette énième opération de verrouillage du pays a été menée en vue de dénoncer la gestion du pouvoir par les autorités étatiques et exiger le départ du président Jovenel MOÏSE.

15. Des barricades avaient été installées à Bel Air, ce qui rendait la circulation impossible. Pour les faire lever, les autorités étatiques avaient alors décidé d’y déléguer un commando armé. Ce commando a été repoussé par d’autres individus armés évoluant dans le quartier en question. Il s’en est suivi une lutte acharnée, du 4 au 8 novembre 2019. Celle-ci a débouché sur l’assassinat de vingt-quatre (24) personnes. Cinq (5) autres ont été blessées par balles et vingt-huit (28) maisons ont été incendiées.

16. De mai à juillet 2020, le quartier de Nan Brooklyn, localisé à Cité Soleil, dont le gang armé est dirigé par Gabriel JEAN PIERRE, alias Ti Gabriel ou Gabo, a été assiégé et toutes les routes, donnant accès à Nan Brooklyn, ont été coupées et surveillées par des membres des gangs armés opérant à Nan Belekou et à Nan Boston, dirigés respectivement par Iscard ANDRICE et Mathias SAINTIL. Ils avaient été aidés dans leurs forfaits par leurs alliés. Il en est résulté un massacre, ayant occasionné l’assassinat de cent-quarante-cinq (145) personnes. Quarante-huit (48) autres personnes sont portées disparues. Vingt-huit (28) ont été blessées par balles et/ou à l’arme blanche. Dix-huit (18) femmes et filles ont été victimes de viols collectifs. De plus, cent-quatre (104) maisons ont été incendiées.

17. Depuis ces attaques, survenues tant à Bel Air qu’à Cité Soleil, la situation n’est jamais redevenue normale. La population civile de ces zones évolue dans un climat de peur, aggravé avec la fédération, en juin 2020, des gangs armés proches du pouvoir, car, les quartiers de Bel Air et de Nan Brooklyn, intensément attaqués, n’ont pas voulu et ne veulent toujours pas intégrer le G-9 an Fanmi e Alye.

V. DEROULEMENT DES ATTAQUES ENREGISTREES A BEL AIR ENTRE AOUT 2020 ET MAI 2021

18. Selon les informations, recueillies auprès des survivants-tes de ces attaques, le 27 août 2020, à l’angle des avenues John Brown et Christophe, Michel SAIEH a été assassiné par des individus lourdement armés, montés à bord de motocyclettes, qui avaient criblé son véhicule de balles. En s’enfuyant après leur forfait, ces derniers ont emprunté la rue Dr. Aubry prolongée pour se rendre à leur fief, la Base Krache Dife, située à Dèyè Lakwa.

19. Ce jour-là, l’agent IV Williamson PIERRE était posté devant la cathédrale de Port-au-Prince. Les bandits, qui venaient de perpétrer le crime, pointaient leurs armes dans sa direction. Arrivés à sa proximité, ils lui ont tiré dessus. Le policier Williamson PIERRE a riposté. Maxime THEOGENE, alias Maxino, membre de la Base Krache Dife, a été touché et en est décédé.

20. Le même jour, ayant appris ce qui s’est passé, Jimmy CHERIZIER, alias Barbecue, a décidé de venger Maxime THEOGENE, alias Maxino. Et déjà, dans la soirée du 27 août 2020, des tirs nourris d’armes à feu ont été entendus à la ruelle Mayard. Il s’agissait d’une attaque, orchestrée par des membres de la Base Krache Dife, renforcés par les gangs armés du G-9 an Fanmi e Alye.

21. Ces attaques sporadiques, qui ont continué tout au cours des 28 et 29 août 2020, se sont, cependant, intensifiées le 31 août 2020. En effet, ce jour-là, vers 13 heures, un blindé de couleur crème a été positionné à proximité de l’ Église Notre Dame du Perpétuel Secours. Parallèlement, un autre blindé, toujours de couleur crème, a été placé à l’angle des rues Dr. Aubry et Macajoux. A 16 heures, une vingtaine de motocyclettes, transportant chacune deux (2) personnes lourdement armées, se sont dirigées vers les quartiers de Bel Air, en tirant dans toutes les directions, et blessant les habitants-tes de la zone. Arrivés tout près du premier blindé, ils l’ont encerclé et c’est alors que la porte arrière s’est ouverte pour laisser descendre Jimmy CHERIZIER, alias Barbecue, Micanor ALTES, connu encore sous le nom de Monel FELIX, alias Roi Mikanò, chef de gang opérant à Wharf de Jérémie, Ezekiel ALEXANDRE, chef de la Base Pilate opérant de grand-rue de Port-au-Prince jusqu’à Martissant, et plusieurs autres chefs de gangs proches du G-9.

22. Ils se sont entretenus pendant quelques minutes et ont décidé de se diviser en trois (3) groupes distincts :

Un (1) premier groupe a pris la direction de la ruelle Mayard ;

Un (1) deuxième groupe a pris la direction de la rue des Fronts-Forts ;

Un (1) troisième est resté sur place avec Jimmy CHERIZIER, alias Barbecue.

23. Pour sa part, le blindé, qui se trouvait à l’angle des rues Dr. Aubry et Macajoux, s’est déplacé à 16 heures et s’est rendu dans la localité Lavoix. Un bus de couleur jaune est arrivé sur les lieux, quelques minutes plus tard. Il transportait des individus lourdement armés, tous vêtus de blanc.

24. Après y avoir déposé les individus susmentionnés, le bus a poursuivi sa route en direction de la Rue Tiremasse, où il s’est arrêté à côté d’une base dénommée Team Mafia d’Haïti (Team TMH) créée en 2014 par un groupe de policiers habitant la zone. Plusieurs individus armés y ont aussi été déposés.

25. Ces individus armés étaient accompagnés de femmes, vêtues aussi de blanc et munies de marteaux et de masses.

26. Les attaques ont lieu jusque tard dans la soirée du 31 août 2020. Feu a été mis à plusieurs maisons, dont la plupart ont été saccagées avant d’être incendiées. Les bandits armés ont tiré à hauteur d’homme. De plus, plusieurs survivants-tes, en provenance des rues Saint Com, Tiremasse, des Césars et de la ruelle Mayard, ont tous affirmé au Rnddh que du gaz lacrymogène a été utilisé à outrance dans le cadre de ces attaques armées.

27. Le jour-même, de nombreux résidents-es de Bel Air s’étaient réfugiés au Champ-de-Mars, en vue d’échapper à la terreur qui régnait dans la zone. Cependant, ayant été poursuivis et agressés, le 1er septembre 2020, ils ont dû quitter la place.

28. Le 2 septembre 2020, avec le concours des blindés 01 et 02 de la Pnh, des attaques armées ont, encore une fois, été perpétrées contre la population de Bel Air vivant à la Ruelle Mayard, à la Rue Candio et à la rue Saint Com. Le premier blindé a été posté à l’angle des rues Monseigneur Guilloux et des Césars. L’autre a été placé à l’angle des Rues Macajoux et des Pucelles. Selon l’avis de plus d’un, en occupant ces positions stratégiques, ces véhicules de la Pnh ont servi de couverture aux membres du G-9 an Fanmi e Alye.

29. Parallèlement, le 2 septembre 2020, sur la route de l’aéroport, non loin de la zone dénommée Trois Mains, Stevenson ALBERT, alias Jouma ou Zouma, chef de gang de Simon Pelé, a été arrêté. Quelques jours plus tard, soit le 8 septembre 2020, Jimmy CHERIZIER, alias Barbecue, a procédé à son remplacement par Gwo Junior et Israël ainsi connus.

30. Le 19 septembre 2020, des membres des gangs armés, en provenance de Nan Barozi et de la Base Krache dife, dont des femmes qui avaient en leur possession des sacs à dos et des enfants lourdement armés, se sont postés à l’angle des rues Montalais et des Miracles, rançonnant toute personne fréquentant le périmètre. De plus, peu avant 14 heures, trois (3) groupes d’individus lourdement armés ont fait irruption dans la zone :

• Le premier, en provenance de Madan Kolo, s’est dirigé vers l’ Église Notre Dame du Perpétuel Secours de Bel Air ;

• Le second groupe a marché sur la rue des Fronts-Forts, en progression vers la Base On The Move ;

• Le troisième groupe est parti de la Base Krache Dife et s’est dirigé vers la rue Saint Com, où un (1) véhicule a été incendié.

31. Leur fusionnement à la rue Macajoux, à proximité de l’ Église Notre Dame du Perpétuel Secours, a occasionné des dégâts considérables dans la zone.

32. En réaction à ces attaques, des résidents-es de la rue des Césars, zone haut Bel-Air, ont fait usage d’armes à feu et de pierres pour repousser leurs attaquants. Ils en ont occasionné de nombreuses victimes, dont les cadavres ont été emportés par les membres du G-9 an Fanmi et Alye. Cependant, les informations font état de trois (3) membres de gangs, appartenant au G-9, qui ont été assassinés et de huit (8) autres qui ont été blessés par balles.

33. Le 20 septembre 2020, peu avant 12 heures, des individus armés, en provenance de Nan Barozi, ont fait irruption à la rue des Césars, où ils ont ouvert le feu en direction du Complexe Éducatif de Bel Air.

34. Le 21 septembre 2020, à la rue des Miracles, plusieurs personnes ont été atteintes de balles.

35. Le 24 septembre 2020, des bandits armés de la Base Krache Dife ont fait irruption à la rue Monseigneur Guilloux. Des tirs nourris ont été entendus dans la zone pendant des heures ainsi qu’au milieu de la nuit. Des maisons ont aussi été incendiées.

36. Le 4 octobre 2020, les quartiers du Bel Air ont subi une nouvelle attaque armée des membres de la Base Krache Dife. Plusieurs personnes en sont sorties victimes.

37. Dans la nuit du 8 au 9 octobre 2020, un mur a été érigé à la rue des Césars par les hommes de la Base Krache Dife, dans l’objectif, ont-ils laissé croire, de fortifier leur territoire.

38. Le 15 octobre 2020, des véhicules de marque Toyota Land Cruiser ont transporté des individus armés dans différents points d’accès au Bel Air, dont à l’angle des rues du Peuple et Macajoux. Ce jour-là, des tirs nourris d’armes à feu ont été entendus.

39. Le 16 octobre 2020, vers 4 heures du matin, une attaque armée a eu lieu à Bel Air, au cours de laquelle au moins trois (3) personnes ont été assassinées.

40. Le 20 octobre 2020, lors d’une attaque perpétrée par des membres de la Base Krache Dife, à la rue Macajoux et à la rue des Césars, plusieurs personnes ont été tuées.

41. Du 21 octobre au 20 décembre 2020, des raids sporadiques et inattendus ont été menés par des membres de la Base Krache Dife. De nombreuses personnes ont été assassinées et plusieurs maisons ont été incendiées.

42. Du 21 décembre 2020 au 30 mars 2021, des tirs ont été entendus dans la zone, mais aucune perte humaine ou matérielle n’est à déplorer pour cette période. Cependant, la population de Bel Air était convaincue que cette relative paix n’était qu’apparente, en raison des nombreuses rumeurs qui circulaient déjà sur de probables raids en préparation.

43. Le 31 mars 2021, les hostilités ont repris. En effet, ce jour-là, à la Rue Saint Martin, des membres de la Base Krache Dife, dirigée par Wilson PIERRE, alias Ti Sonson, ont tenté d’enlever un personnage qui se trouvait à bord de son véhicule. Il s’est réfugié dans la zone du haut Bel Air, où des résidents-es lui sont venus en aide, faisant échec à la tentative d’enlèvement. Au moins sept (7) personnes ont été assassinées ce jour-là.

44. Le 1er avril 2021, vers dix (10) heures du matin, Lisa Nathanaël SAINT FORT, née le 10 janvier 2001, résidente de Delmas 6, accompagnée d’un individu, roulait à bord d’un véhicule de marque Mitsubishi Montero DID, de couleur grise, immatriculée BB 80497 et aux vitres teintées. A proximité de l’Asile communal de Delmas 2, des bandits lourdement armés ont intimé l’ordre au conducteur de s’arrêter. Celui-ci n’ayant pas obtempéré, les bandits ont ouvert le feu en direction du véhicule. Lisa Nathanaël SAINT FORT a été touchée et est morte immédiatement. Le même jour, dans l’après-midi, la Base Krache Dife, dirigée par Wilson PIERRE, alias Ti Sonson, le gang armé opérant à Nan Belekou, dirigé par Iscard ANDRICE, et le gang armé dirigé par Micanor ALTES, alias Roi Mikanò opérant à Wharf Jérémie, ont assiégé le haut Bel Air, en marchant sur les Rues Macajoux, Monseigneur Guilloux et des Fronts Forts, prenant la population de la zone en sandwich. Au moins six (6) personnes ont perdu la vie et plusieurs maisons ont été incendiées.

45. Dans l’après-midi du 15 avril 2021, des membres de la Base Krache Dife ont, une fois de plus, marché sur les rues des Fronts-Forts et des Césars. Au coucher du soleil, ils ont apporté des projecteurs pour éclairer les rues susmentionnées, menant toutes au haut Bel Air et ont tiré en direction des maisons.

46. Le 10 mai 2021, vers 11 heures, une attaque armée a été menée par les membres de la Base Krache Dife, faisant au moins sept (7) morts, dont trois (3) à la rue Tiremasse et quatre (4) à la rue des Césars.

47. Le 14 mai 2021, vers 23 heures, des membres de la Base Krache Dife ont installé des projecteurs dans plusieurs rues de Bel Air, avant de les attaquer. Ce soir-là, des tirs nourris ont été entendus jusque vers 3 heures du matin. Plusieurs personnes ont été tuées.

48. En représailles, des individus armés du haut Bel Air, ont, à leur tour, mené un raid dans plusieurs localités, ou seraient cachés des membres des gangs armés du G-9 an Fanmi e Alye, qui les attaquent continuellement. Ils se sont donc rendus à Nan Barozi, où ils ont saccagé plusieurs maisons à Carrefour 3, zone Delmas 4. Ils ont ensuite pris la direction de Nan Raboto, zone Delmas 2, où ils ont incendié plusieurs maisons. Il s’en est suivi un affrontement, au cours duquel au moins quatre (4) individus armés ont été tués.

49. Le15 mai 2021, vers 11 heures du matin, trois (3) blindés de couleur noire de la Police nationale d’Haïti (Pnh), ont pris position simultanément dans des rues de Bel Air : Le premier, à l’angle des rues Dr. Aubry et des Fronts-Forts, le deuxième, à l’angle des rues Macajoux et du Peuple, devant la statue de Madan Kolo, et le troisième en patrouille, sillonnait les rues Pavée et Montalais. Leur positionnement a facilité le déploiement de trois (3) groupes d’individus armés, membres du G-9 an Fanmi e Alye.

50. Le premier groupe était composé de plusieurs individus armés, tous habillés en noir et rouge. Ils se sont rendus à l’angle des rues Dr. Aubry et des Fronts-Forts. Ils ont progressé, en tirant des balles létales et des tubes de gaz lacrymogène dans toutes les directions. Ils ont aussi tenté de mettre feu à l’ Église de Dieu en Christ. Les résidents-es attaqués ayant riposté, trois (3) d’entre eux ont perdu la vie.

51. Le deuxième groupe comptait des individus armés, habillés en noir, en blanc ou en noir et blanc. Arrivés devant l’ Église Notre Dame du Perpétuel Secours, ils ont affronté des résidents-es de la zone. A l’instar du premier groupe, ils ont fait usage de balles létales et de tubes de gaz lacrymogène. Plusieurs personnes ont été tuées.

52. Le troisième groupe était lui-même composé d’individus, montés à bord de motocyclettes. Ils sont passés par la rue Pavée, pour atteindre la rue Lamarre, où ils ont tiré en l’air. Ils ont été repoussés par des résidents-es de la zone. Peu de temps après, huit (8) motocyclettes, transportant chacune trois (3) individus lourdement armés, sont arrivés à l’intersection des rues Monseigneur Guilloux et Pavée. Ils ont tiré en direction d’un véhicule de marque Toyota, de couleur grise, qui avait, à son bord, des hommes encagoulés. Ces derniers ont riposté. Plusieurs personnes ont été tuées.

A. Bilan des attaques enregistrées à Bel Air entre août 2020 et mai 2021

53. Le bilan des nombreuses attaques, décrites plus haut,est lourd. Au moins quatre-vingt-une (81) personnes ont été assassinées. Il s’agit de :

Trente-six (36) personnes tuées d’août à décembre 2020, dont sept (7) femmes au moins.

Quarante-cinq (45) personnes tuées de mars à mai 2021, dont au moins cinq (5) femmes.

54. Vingt-quatre (24) personnes sont portées disparues et dix-huit (18) autres ont été blessées par balles. De plus, cent-soixante-cinq (165) maisons ont été incendiées et treize (13) autres pillées. Conséquemment, deux-cent-soixante-deux (262) sinistrés-es se sont retrouvés, du jour au lendemain, dans les rues, sur des places publiques ou dans des espaces communs ne leur offrant aucune protection.

i) Personnes assassinées à Bel Air entre août 2020 et mai 2021

• Le 27 août 2020, à la rue Montalais, Jeffrey CHARLES, né le 11 juillet 1990, a reçu plusieurs balles. Ses proches l’ont conduit à l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti (Hueh). Il est décédé devant la barrière d’entrée. Le juge suppléant Carmin BAPTISTE du tribunal de paix de Port-au-Prince, section Sud, a procédé au constat du cadavre et ordonné le transport du cadavre à la morgue ;

• Le 27 août 2020, à la rue des Fronts-Forts, au dos du bâtiment accueillant provisoirement la Cathédrale de Port-au-Prince, des bandits ont tué Wisler SYLVESTRE, né le 11 février 1997. Le constat de son cadavre a été réalisé par le juge de paix Jean Brunet NOËL du tribunal de paix de Port-au-Prince, section Nord. Il vivait chez ses parents au Bel Air ;

• Le 27 août 2020, Jean-Charles CHARLEUS, né le 18 mars 1985, a été atteint d’une balle à la poitrine, côté gauche. Il a été conduit à l’hôpital Médecins Sans Frontières de Martissant, avant d’être transféré à l’hôpital Médecins Sans Frontières de Tabarre. Il est décédé quelques jours plus tard chez lui ;

• Le 29 août 2020, à la faveur d’échanges de tirs, provoqués par une dispute entre les membres de la Base Cameroun, au moins quatre (4) personnes de la population civile ont été tuées. Il s’agit de Lalane, Peter, Madan Ulrick et Pierre-Richard ainsi connus.

• Le 31 août 2020, Sonson ainsi connu, un bandit membre de la Base Krache Dife a été tué de plusieurs balles à la ruelle Mariella, à l’entrée du corridor de l’Église Pentecostale de Bel Air ;

• Le 31 août 2020, Simon Mercidieu CHARLES, alias Tchaly, né le 23 mars 1958, résident de la rue Candio, a été atteint d’une (1) balle au niveau de la hanche. Il est décédé des suites de ses blessures, le 3 septembre 2020, à l’hôpital Médecins Sans Frontières (Msf) de Tabarre ;

• Le 31 août 2020, à la rue Mayard, Enock PIERRE, âgé de vingt-quatre (24) ans, a été atteint de balle, alors qu’il tentait de s’enfuir de la maison de sa mère. Son corps n’a pas été retrouvé, les bandits l’ayant emporté ;

• Le 2 septembre 2020, le policier Lucson THERAMAUX, Alias Kòf, issu de la 25e promotion de la Pnh, affecté au Corps d’intervention et de maintien d’ordre (Cimo), a reçu plusieurs balles à la ruelle Félix ;

• Le 3 septembre 2020,Angelo SERAPHIN, né le 15 novembre 1986, a été tué et son corps emporté par des bandits armés ;

• Le 19 septembre 2020, Frenel CREPIN, né le 27 juin 1984, a été tué d’une balle à la tête. Après constat légal, dressé par le juge suppléant du tribunal de paix de Port-au-Prince, section Nord, son corps a été transporté à la morgue Sainte Claire ;

• Le 4 octobre 2020, Willy JOSEPH, né le 15 octobre 1988, se trouvait à la rue Rouille, zone de l’ Église Notre Dame du Perpétuel Secours de Bel Air, lorsqu’il a reçu une balle à la tête. Il a été transporté à l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti (Hueh). Quelques jours après y avoir été admis, il a été transféré à l’Hôpital de Mirebalais. Revenu à Port-au-Prince, il est décédé le 27 octobre 2020 ;

• Le 5 octobre 2020, Lexinord GEORGES, né le 10 octobre 1940, a été tué à la rue Tiremasse. Il avait reçu une balle à la tête ;

• Le 9 octobre 2020, aux environs de 12 heures, Ley JEAN-BAPTISTE, chauffeur de taxi moto, né le 26 mai 1995, a reçu une balle au front. Il se trouvait à l’angle des rues Tiremasse et Lavoix. Son cadavre ainsi que la motocyclette qu’il conduisait, ont été emportés ;

• Le 9 octobre 2020, un passant a été tué par balle par les individus armés, qui surveillaient de nuit le mur construit à la rue des Césars. Le cadavre a été emporté par un autre individu, lui-même monté à bord d’une motocyclette ;

• Le 16 octobre 2020, Darling ainsi connue a reçu une balle à la tête, au moment où elle tentait de traverser la rue des Fronts-Forts ;

• Le 16 octobre 2020, Samuel ainsi connu a été tué de plusieurs balles, alors qu’il se trouvait dans sa maison située à la rue des Césars ;

• Le 16 octobre 2020, Kettia ainsi connue a été tuée par balle à l’angle de laruelle Mariella et de la rue Tiremasse ;

• Le 20 octobre 2020, Harry PIERRE-LOUIS, âgé de quarante (40) ans, a été tué de plusieurs balles à la poitrine. Il était père de trois (3) enfants ;

• Le 20 octobre 2020, Tirogène DANIEL, âgé de trente-quatre (34) ans, a été tué de deux (2) balles au cou ;

• Le 20 octobre 2020, Marie Yvette JEAN, âgée de vingt-neuf (29) ans, a été atteinte de trois (3) balles au ventre. Elle était enceinte ;

• Le 21 octobre 2020, Myrtha PIERRE, née le 11 mai 2001, a reçu deux (2) balles, dont une au dos et l’autre à la tête. Elle se trouvait à la rue des Césars, non loin du Complexe Nazaréen ;

• Le 21 octobre 2020, Florence ALEXANDRE a reçu trois (3) balles, dont deux (2) au niveau des côtes et une (1) à la tête. Elle se trouvait à la rue Dr. Aubry ;

• Le 21 octobre 2020, Serginio LOUIS a été atteint d’une balle à la tête, alors qu’il se trouvait à la rue des Fronts-Forts ;

• Le 21 octobre 2020, Manacé ADOLPHE a reçu plusieurs balles, alors qu’il se trouvait à la rue Macajoux ;

• Le 28 octobre 2020, Jude MADHER, alias Ti Jude, membre du gang armé opérant à Wharf Jérémie, dirigé par Micanor ALTES, alias Roi Mikanò, a rendu visite à ses deux (2) enfants. Il a reçu deux (2) balles à la poitrine. Ses restes ont été carbonisés le même jour ;

• Le 15 décembre 2020, au bas Bel Air, une femme avancée en âge et une jeune fille passaient, lorsqu’elles ont été criblées de balles. Au lendemain, soit le 16 décembre 2020, leurs corps ont été carbonisés par les mêmes bandits, avant qu’on les eût identifiées ;

• Le 31 mars 2021, Wanitho NIZARD, âgé de soixante-neuf (69) ans, a été tué de plusieurs balles, alors qu’il a été acheter du pain. Son corps a été emporté à proximité du marché en fer, où il a été carbonisé ;

• Le 31 mars 2021, Marie Patricia DELAIRE, âgée de trente-trois (33) ans, Elvina JEAN-BAPTISTE et Bernadette CREPSAC ont été tuées par balles ;

• Le 31 mars 2021, Ezekiel, Matizo et Davidson ainsi connus ont été tués par des individus armés, alors qu’ils menaient un raid à Bel Air. Ils étaient membres de gangs armés du G-9 an Fanmi e Alye ;

• Le 1er avril 2021, vers dix (10) heures du matin, Lisa Nathanaël SAINT FORT, née le 10 janvier 2001, a été tuée à proximité de l’Asile communal de Delmas 2 ;

• Le 1er avril 2021, Christa PIERRE, âgée de cinquante (50) ans, et son conjoint Jean-Claude JOSEPH se trouvaient dans leur maison, située à la rue Monseigneur Guilloux, à l’arrière de la Boulangerie Sténio Voltaire, quand des gangs du G-9 ont envahi la zone. Ils se sont barricadés chez eux et les bandits ont mis feu à leur maison, où ils ont été brulés vifs ;

• Le 1er avril 2021, Ronald DESIR, âgé de trente-sept (37) ans, a été tué à l’entrée de sa maison, à la Rue Macajoux. Son corps a été emporté par les membres de la Base Krache Dife ;

• Le 1er avril 2021, Franck MOLEON, âgé de soixante-dix-huit (78) ans, a été brûlé vif dans sa maison, située à la rue Monseigneur Guilloux ;

• Le 1er avril 2021, Mackenson POLYNICE, âgé de vingt-huit (28) ans, a été tué à la rue Monseigneur Guilloux et son cadavre a été emporté à Nan Chòy ;

• Le 1er avril 2021, Ken ST CYR, alias Ti Joël, né le 15 octobre 1999, a été tué à la rue des Césars. Son cadavre a été emporté par les membres de la Base Krache Dife ;

• Le 1er avril 2021, Ozinson RETTEVIL alias Toto, né le 26 février 1985, a été tué à la rue Saint Com. Son corps a été emporté par les membres de la Base Krache Dife ;

• Le 1er avril 2021, Jasmine JOSEPH, née le 23 juillet 1934 à Thomonde, se trouvait chez elle, à la rue Monseigneur Guilloux, quand des bandits armés l’ont jetée de l’étage de sa maison et traînée dans la rue. Après avoir été emmenée à l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti (Hueh), elle est rentrée chez elle, où elle est décédée le 13 avril 2021 des suites de ses fractures ;

• Le 13 avril 2021, Riterdo JEAN, alias Tonton, né le 4 décembre 1987, a été capturé à la rue Saint Martin, puis traîné à l’angle des rues Dr. Aubry et des Césars, où il a été criblé de balles. Feu a été mis à son cadavre.

• Le 10 mai 2021, trois (3) personnes ont été assassinées à la rue Tiremasse. Il s’agit de : Frantzo AUGUSTIN, Dieutifort PETIT-FERE et Maxo AUGUSTIN.

• Le 10 mai 2021, quatre (4) personnes ont été assassinées à la rue des Césars. Il s’agit de : Olda HYACINTHE, Vladimir JEAN, Yolène JEAN-BAPTISTE et Anold CHERESTIN.

• Le 15 mai 2021, au moins vingt (20) personnes ont été assassinées, parmi elles :

o Jimmy ALEXANDRE, âgé de vingt-trois (23) ans. Il a reçu une balle à la bouche. Il se trouvait à la rue des Fronts-Forts ;

o Enel JILOT, né le 4 juin 1978. Il a été atteint de plusieurs balles, dont au ventre, au cou et à l’estomac. Son corps n’a pas pu être récupéré par ses proches ;

o Ronald JEAN LOUIS, âgé de cinquante-quatre (54) ans. Il a été tué d’une balle à la tête, à la rue Macajoux, alors qu’il rentrait chez lui, après l’église. Il était père de trois (3) filles ;

o Alex PAUL, âgé de trente-trois (33) ans. Il a été tué par balles à la rue des Césars. Il revenait de chez un ami, à qui il avait rendu visite. Son corps a été emporté par les bandits de la Base Krache Dife. Il était père d’un (1) garçon.

O Renel, ainsi connu. Vendeur de Borlette, il a été assassiné à la rue Pavée.

O Donald ainsi connu a été atteint d’une balle à la tête. Il est mort en route vers l’hôpital ;

O Toto ainsi connu, chauffeur de moto, âgé de trente-deux (32) ans, a été tué par des membres de la Base Krache Dife. Il était père d’une fille de dix (10) ans.

O Au moins quatre (4) individus armés ont été tués au niveau de Nan Raboto ;

ii) Personnes disparues à Bel Air entre août 2020 et mai 2021

55.Tel que susmentionné, vingt-quatre (24) personnes sont portées disparues. Voici les informations qui ont été fournies au Rnddh les concernant :

• Le 12 septembre 2020, Nathalie JEAN, Simon OSIAS et Cherby JEAN-PAUL ont été capturés par des membres de la Base Krache Dife. Ils ne sont pas rentrés chez eux ;

• Le 20 octobre 2020, Carole AUGUSTE, commerçante d’occasion, a été capturée à la rue Dr. Martelly SEIDE. Ses proches n’ont plus de ses nouvelles ;

Sept (7) personnes, parmi celles qui ont été forcées de quitter leurs maisons, sont portées disparues ;

• Le 1er avril 2021, Junior JOSEPH, âgé de vingt-sept (27) ans, Sherline PIERRE et Vanessa CYPRIEN se trouvaient à proximité de l’Église Notre Dame du Perpétuel Secours, quand des bandits de la Base Krache Dife ont envahi la zone. Ils ont été capturés et conduits à la base. Depuis, leurs proches n’ont aucune nouvelle d’eux ;

• Le 1er avril 2021, Bernado Lens ALEXIS, Fanfan EXILUS, John FELIXET, Vital KEBREAU sont portés disparus.

• Le 15 mai 2021, six (6) personnes sont portées disparues. Il s’agit de :

o Wilter MICHEL, âgé de dix-neuf (19) ans. Il a été capturé par des membres de la Base Krache Dife, puis emmené par ces derniers. Depuis, ses proches n’ont aucune nouvelle de lui ;

o Kerlin ALEXIS, âgé de dix-neuf (19) ans. Il a été capturé à la rue Tiremasse, tout près de sa maison. Selon ses proches, des membres de la Base Krache Dife l’ont tué à Dèyè Lakwa ;

o Bruno MILIEN, âgé de vingt-cinq (25) ans. Il a été capturé par la Base Krache Dife pour être conduit à leur fief, Dèyè Lakwa. Ses proches n’ont plus de ses nouvelles ;

o Jean-Louis DEVIL, âgé de cinquante-trois (53) ans. Il a été capturé, alors qu’il rentrait chez lui, à la rue des Césars. Les membres de la Base Krache Dife l’ont conduit à leur fief. Il est le père de quatre (4) enfants ;

o Fritznel JEAN LOUIS, âgé de vingt-huit (28) ans. Il a été enlevé à la rue Saint Com. Il est père de trois (3) enfants ;

o Rudson JULES, âgé de dix-huit (18) ans.

iii) Personnes blessées à Bel Air entre août 2020 et mai 2021

56. Vingt-trois (23) personnes sont blessées par balles, dans les circonstances ci-après relatées au Rnddh :

• Le 31 août 2020, Jeff MEDIEN, âgé de vingt-trois (23) ans, a été atteint d’une balle à la fesse droite ;

• Le 31 août 2020, Drouk Stanley PIERRE, né le 14 septembre 1994, tentait de s’enfuir de la rue Candio, quand il a été capture par des individus armés. Il a été forcé par Jimmy CHERIZIER, alias Barbecue, de s’allonger sur la passerelle donnant accès au Lycée Daniel Fignolé. Des tirs nourris ont obligé Jimmy CHERIZIER à se mettre à l’abri. Ceci a permis à Drouk Stanley PIERRE de s’enfuir. Alors qu’il prenait la direction du Carrefour Péan, il a reçu une balle au genou gauche. Il a été conduit à l’hôpital Médecins Sans Frontières de Tabarre.

• Le 31 août 2020, Widna SAINTUS, âgée de onze (11) ans, a été atteinte d’une (1) balle à la cuisse droite. Elle a été conduite à l’hôpital. La balle a été extraite ;

• Le 31 août 2020, à la rue Mayard, Ronaldo ainsi connu, âgé de vingt (20) ans, a été blessé par balle ;

• Le 31 août 2020, à la rue Saint Com, un jeune garçon non identifié a été atteint de deux balles à la jambe droite ;

• Le 31 août 2020, à la rue Tiremasse, Louise ainsi connue a été atteinte d’une balle aux fesses ;

• Le 2 septembre 2020, Immalia VERNE, une dame âgée d’une quarantaine d’années, a été capturée par des bandits armés, qui l’ont aspergée de gaz, avant de lui mettre le feu dessus. Secourue par des habitants de la zone, une bonne partie de son corps est grièvement brûlée ;

• Le 17 septembre 2020, Yvenite MENEIDE, âgée de vingt-six (26) ans, a reçu une balle au dos, côté droit. Elle a été transportée à l’hôpital Médecins Sans Frontières (Msf) de Tabarre. La victime a rapporté que sa maison, située à la rue Tiremasse, a été incendiée le même jour ;

• Le 17 septembre 2020, Davinsky MOLENE, fils de Yvenite MENEIDE, âgé de trois (3) ans, a été blessé par balle ;

• Le 19 septembre 2020, Pedro PYRAM, alias Champion, né le 12 octobre 1980, a été atteint d’une balle à la poitrine. Il a été conduit à Médecins sans Frontières (Msf) de Martissant, puis a été transféré à Médecins Sans Frontières de Tabarre ;

• Le 20 septembre 2020, Nicolin Vladimir ADOLPHE, né le 9 mai 1985, a reçu deux (2) balles, dont une (1) à la mâchoire côté droit et une (1) à l’épaule droite ;

• Le 21 septembre 2020, Thelusma RIGAUD a été atteint de trois (3) balles, dont deux (2) au bras gauche et une (1)au dos, au niveau de sa colonne vertébrale ;

• Le 7 octobre 2020, Joseph HUBERT a reçu trois (3) balles, respectivement au dos, à la hanche droite et à la main. Il est devenu paraplégique par suite de ses blessures.

• Le 1er avril 2021, Samuel SIDELCA, né le 22 février 1993, se trouvait à proximité de sa maison, quand des membres du G-9 ont attaqué la rue Macajoux. En tentant de s’échapper, il a reçu une balle à l’arrière de la tête. Il est tombé en syncope. Quelque temps plus tard, revenu à lui, il est passé par un corridor, puis s’est rendu à l’hôpital, où il a subi une intervention chirurgicale, le 3 avril 2021, au cours de laquelle la balle a été extraite ;

• Le 1er avril 2021, Fedner BAZILE, né le 17 mai 1981, père d’un garçon de sept (7) ans, se trouvait chez lui, à la Rue Macajoux, quand il a été atteint de deux (2) balles, l’une au bras gauche et l’autre au flanc gauche. Transporté d’urgence à l’hôpital Médecins sans frontières (Msf) de Tabarre, il a subi une intervention chirurgicale le 2 avril 2021 ;

• Le 1er avril 2021, Edithe BLEMUR a été brûlée. Elle a été projetée par son fils sur le toit d’une maison partiellement en feu. Ce dernier tentait de la sauver des flammes de sa propre maison, où son conjoint Franck MOLEON a été brûlé vif ;

• Le 1er avril 2021, Esther PIERRE, née le 26 décembre 1974, se trouvait chez elle, avec ses trois (3) enfants, quand des bandits armés, membres du G-9, ont investi sa maison. Après avoir menacé de les brûler vifs, Esther PIERRE a été giflée, puis battue sévèrement, avant d’être invitée à abandonner la zone avec ses enfants ;

• Le 1er avril 2021, Lovita JOSEPH, âgée de quarante-neuf (49) ans, se trouvait chez elle et tentait de fermer sa porte, quand des bandits de la Base Krache Dife ont investi sa maison. Elle a été frappée à la tête et partout sur le corps, à l’aide d’un bâton de baseball. Par la suite, les bandits lui ont permis de partir.

• Le 1er avril 2021, Stanley ELUSMA, né le 17 juin 1998, a été atteint d’une balle au pied droit, alors qu’il se trouvait devant la maison de ses parents à la rue Rouille ;

• Le 1er avril 2021, Jean Wisguens VIXAMAR, âgé de trente-et-un (31) ans, se trouvait dans la maison de ses parents, quand des membres de la Base Krache Dife ont mis feu à la maison. Il a été brûlé au dos, côté gauche ;

• Le 1er avril 2021, Jumy PIERRE, né le 6 octobre 2017, a été brûlé au bras droit, quand feu a été mis à la maison de ses parents à la rue Tiremasse.

• Le 15 mai 2021, Esténio AUGUSTE a été atteint d’une balle à l’épaule gauche, alors qu’il se trouvait à la rue Saint Com ;

• Le 15 mai 2021, Linda JOSEPH a été atteinte d’une balle au flanc droit. La balle est ressortie à son dos. Elle se trouvait à la rue des Fronts-Forts ;

• Le 15 mai 2021, Jude FILS-AIME a été atteint d’une balle au pied gauche, alors qu’il se trouvait à la rue des Fronts-Forts ;

• Le 15 mai 2021, Hercule ainsi connu a été blessé par balle ;

• Le 15 mai 2021, Maxime JEAN, âgé de quarante-trois (43) ans, a été atteint d’une balle au ventre, alors qu’il se trouvait à la rue des Césars. Il a été conduit à l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti (Hueh), qui l’a référé à Médecins Sans Frontières (Msf) de Tabarre, où, le 17 mai 2021, il a subi une intervention chirurgicale. La balle a été extraite ;

iv) Maisons incendiées entre août 2020 et avril 2021

57. Au cours de ces événements sanglants, enregistrés à Bel Air, cent-soixante-cinq (165) maisons ont été incendiées et treize (13) autres pillées. Au moins deux-cent-soixante-deux (262) locataires et/ou propriétaires sont devenus sinistrés. Voici les informations recueillies par le Rnddh :

• A la rue Félix, une (1) maison a été incendiée

• A la rue Borgella, une (1) maison a été incendiée

• A la rue des Pucelles, une (1) maison a été incendiée

• A la rue Dr. Aubry, deux (2) maisons ont été incendiées

• A la rue Rouille, trois (3) maisons ont été incendiées

• A la rue Mayard, trois (3) maisons ont été incendiées

•A la rue Mariella, trois (3) maisons ont été incendiées

• A la rue Péan, trois (3) maisons ont été incendiées

• A la rue Macajoux, quatre (4) maisons ont été incendiées

• A la rue Tiremasse, dix (10) maisons ont été incendiées, dont celle de Raynold MONTILAS, âgé de cinquante-quatre (54)ans

• A la rue Saint Com, neuf (9) maisons ont été incendiées

• A la rue des Fronts-Forts, neuf (9) maisons ont été incendiées, dont celle de Joseph Alberto LAGUERRE, qui est né le 19 juin 1942

• A la rue des Césars, quatorze (14) maisons ont été incendiées, dont celles de :

o Bernadette NERE, née le 15 novembre 1966

o Claudia GERMAIN, née le 9 mai 1970 (maison construite par la victime)

• A la rue Monseigneur Guilloux, trente-huit (38) maisons ont été incendiées, dont celles de :

o Jasmine JOSEPH, née le 23 juillet 1934, décédée le 13 avril 2021

o Yneriese QUETANT, née le 9 aout 1943

o Edithe BLEMUR, conjointe de Franck MOLEON, âgée de 73 ans

o Belony Jean RAYNOLD, né le 16 juillet 1964

o Lucienne ANATHY, née le 29 novembre 1964

o Yolène PHIDELHOMME, âgée de 54 ans

o Joseph Moise BRUTUS, né le 19 mars 1968

o Jn Robert MERILUS, né le 17 mars 1970

o Claudia GERMAIN, née le 9 mai 1970 (maison héritée de la mère de la victime)

• A la rue Mayard, soixante-six (66) maisons, dont vingt (20) appartenant à des personnes âgées de cinquante (50) ans et plus, ont été incendiées.

58. De plus, treize (13) maisons ont été pillées, dont cinq (5)appartenant à des personnes ayant cinquante (50) ans et plus.

VI. DEROULEMENT DES ATTAQUES ENREGISTREES A CITE SOLEIL EN 2021

59. Depuis le début de l’année 2021, plusieurs attaques sporadiques ont été enregistrées à Cité Soleil.

60. Le 28 janvier 2021, Ti Watson ainsi connu, chef du gang localisé à Pyè 6, proche du G-9 an Fanmi e Alye, a attaqué la localité de Bois 9, contrôlée par Gabriel JEAN PIERRE, alias Ti Gabriel ou Gabo. Selon les informations recueillies par le Rnddh, cette attaque s’inscrit dans la volonté du gang d’élargir son territoire. Au moins deux (2) personnes ont été assassinées ce jour-là.

61. Le 25 février 2021, une nouvelle attaque a occasionné l’assassinat de trois (3) personnes. Plusieurs autres ont aussi été blessées.

62. Le 25 avril 2021, Stevens CHARLES, alias Bebe, a été assassiné par balles. Il était posté sur le toit du bâtiment accueillant le complexe du pasteur Seung DON KHIM. Stevens CHARLES, alias Bebe, était membre du gang armé basé à Ti Zile, une localité du quartier de Nan Boston, placé sous le contrôle du chef de gang Mathias SAINTIL,membre du G-9 an Fanmi e Alye.

63. En représailles, le 26 avril 2021, les membres du gang dirigé par Mathias SAINTIL, accompagné de leurs alliés de Nan Belekou, se sont postés sur le toit de l’immeuble du pasteur Seung Don KHIM. Ils ont ouvert le feu sur trois (3) camionnettes de transport en commun, qui revenaient du centre-ville à destination de Nan Brooklyn.

64. Toute personne ou véhicule, qui tentait ce jour-là de rentrer à Nan Brooklyn, en empruntant la rentrée principale de Soleil 9, était devenuune cible des gangs de Nan Belekou, de Nan Boston et de leurs alliés. De plus, ils ont attaqué quotidiennement le quartier de Nan Brooklyn et ont mis feu aux maisons.

65. En effet, le 26 avril 2021, deux (2) camionnettes de transport en commun, se dirigeant vers le centre-ville, ont été capturées sur la route de Soleil 9. Les femmes, qui s’y trouvaient, ont été autorisées à partir et les hommes ont d’abord été conduits dans la localité de Pyè 6, pour être ensuite gravement mutilés à coups de machettes par les membres des gangs armés de Nan Boston et de Nan Belekou. Trois (3) parmi les victimes ont été relâchées et ont pu repartir, malgré leurs graves blessures. Mais, aucune nouvelle des autres, à date, n’est encore communiquée.

66. Le 1er mai 2021, une autre attaque armée a été enregistrée à Nan Brooklyn, dans le périmètre du bâtiment logeant le Konbit Bibliyotèk Site Solèy. Elle a été conduite par les gangs armés de Nan Belekou et de Nan Boston. Plusieurs personnes ont été tuées, d’autres ont été blessées et au moins un (1) cas de viol a été recensé. Des personnes, qui se trouvaient dans des véhicules de transport en commun, ont encore une fois été prises pour cibles.

67. Le 11 mai 2021, Mathias SAINTIL, chef du gang armé opérant à Nan Boston, célébrait son anniversaire dans son fief. Des membres du gang de Nan Brooklyn, dirigé par Gabriel JEANPIERRE, alias Ti Gabriel ou Gabo, se sont positionnés à proximité de Nan Boston et ont ouvert le feu en direction de Nan Boston. Au lendemain, soit le 12 mai 2021, Jimmy CHERIZIER, alias Barbecue, s’est rendu à Nan Boston. Ayant appris sa présence sur les lieux, Gabriel JEAN PIERRE a attaqué le chef du G-9 an Fanmi e Alye. Dans l’affrontement, qui s’en est suivi, Jimmy CHERIZIER, alias Barbecue, a été atteint de plusieurs projectiles et trois (3) membres de son gang ont été tués par balles.

68. Deux (2) membres du gang de Nan Brooklyn ont aussi été assassinés et un (1) autre a reçu une balle au genou droit. De plus, dix (10) personnes ont été tuées par balles. Certaines d’entre elles se trouvaient chez elles, lorsqu’elles ont été assassinés.

A. Bilan des attaques enregistrées à Cité Soleil en 2021

69. Le bilan des attaques, enregistrées à Cité Soleil, de janvier à mai 2021, est lourd. Au moins quarante-quatre (44) personnes ont été assassinées par balles, dont onze (11) femmes, sept (7) sont portées disparues, quinze (15) ont été blesses et une (1) femme a été violée. Trois (3) maisons ont été incendiées. Cent-trente-deux (132) enfants sont devenus orphelins à Cité Soleil, suite à ces violentes attaques.

i) Personnes assassinées à Cité Soleil en 2021

70. Les informations, relatives aux personnes assassinées à Cité Soleil, recueillies par le Rnddh, sont les suivantes :

• Le 28 janvier 2021, Ivencia PIERRE, née le 14 septembre 2001, élève au Nouveau Secondaire 4, a été atteinte d’une (1) balle au dos. Elle revenait de l’école et était accompagnée de ses camarades de classe. Elle est décédée sur place ;

• Le 28 janvier 2021, une des camarades de Ivencia PIERRE, qui l’accompagnait, a aussi été atteinte d’une balle au flanc gauche. Elle a été conduite au Centre de Santé Sainte Catherine, où elle est décédée trois (3) jours plus tard ;

• Le 3 février 2021, Jameson PIERRE, âgé de vingt-huit (28) ans, se trouvait tout près de sa maison, à Soleil 17, lorsqu’il a reçu une (1) balle à la tête. Il était allé se procurer de la nourriture. La victime était père de deux (2) enfants ;

• Le 25 février 2021, Alfred DOLCINE, né le 23 décembre 1977, a été atteint d’une (1) balle à la poitrine, alors qu’il se rendait au marché de Nan Brooklyn. Conduit au Centre de Santé Sainte Catherine, il est décédé tout de suite après son arrivée. Il était père de sept (7) enfants ;

• Le 25 février 2021, Junior CHARLES, né le 27 janvier 1987, a été capturé, alors qu’il rentrait chez lui après ses activités. Il a été conduit à Nan Boston. Le lendemain, sa conjointe a reçu un appel d’un inconnu, qui l’a informée que Junior CHARLES a été tué et que feu a été mis à son cadavre. Junior CHARLES était père de six (6) enfants ;

• Le 25 février 2021, Jean-Marc PITON, âgé de vingt-trois (23) ans, a été tué par balles, alors qu’il se rendait au Marché de Nan Brooklyn. Il était père d’une fillette de deux (2) ans ;

• Le 25 avril 2021, Stevens CHARLES, alias Bebe, a été assassiné.

• Le 26 avril 2021, Fritz MUSCARDIN, âgé de quarante (40) ans, conducteur de l’une des deux (2) camionnettes de transport en commun, prises pour cibles, a été atteint d’une balle au cou, côté droit. Il est décédé au Centre de Santé Sainte Catherine, où il a été amené d’urgence. Il était père de trois (3) enfants ;

• Le 26 avril 2021, Tisœur FRANÇOIS, âgée de quarante-sept (47) ans, a été assassinée par balle, alors qu’elle rentrait chez elle. Son cadavre n’a pas été retrouvé. Elle était mère de trois (3) enfants ;

• Le 26 avril 2021, Mackenson JOSEPH, âgé de quarante-cinq (45) ans, a été tué par balle. Il rentrait chez lui. Son cadavre n’a pas été retrouvé. Il était père de deux (2) enfants ;

• Le 26 avril 2021, Tiga VILSAINT, âgé de vingt-cinq (25) ans, a été tué par balle, alors qu’il revenait de la plaine. Son corps n’a pu être récupéré par sa famille ;

• Le 26 avril 2021, Sexy JEAN, âgée de vingt-trois (23) ans, a reçu une (1) balle au do, qui lui est ressortie par la poitrine. Elle était à bord d’une camionnette de transport en commun, en provenance du centre-ville. Mère de deux (2) enfants, elle était aussi enceinte de cinq (5) mois, lorsqu’elle a été assassinée ;

• Le 26 avril 2021, Dieulène ainsi connue revenait du centre-ville, quand elle a été atteinte de balle. Elle est décédée sur le champ. Elle était mère de quatre (4) enfants ;

• Le 26 avril 2021, Edrice ROMILUS, âgé de trente-sept (37) ans, a été tué par balle. Il revenait du centre-ville. Son corps n’a pas été retrouvé. Il était père de six (6) enfants ;

• Le 26 avril 2021, Gislaine Lagrâce MOÏSE, âgée de cinquante-deux (52) an, sa été tuée d’une (1) balle à la poitrine. Elle revenait du centre-ville. Elle était mère de quatre (4) enfants ;

• Le 26 avril 2021, Jocelyn MERIZIER, âgé de vingt-deux (22) ans, était chargé d’aller faire des achats pour son oncle marchand tailleur. Il a été atteint de trois (3) balles, soit une (1) au cou, une (1) à l’épaule droite et une (1) autre au dos. Il a été conduit d’urgence au Centre de Santé Sainte Catherine. Il y est décédé à son arrivée ;

• Le 26 avril 2021, Nelson CORNE, âgé de vingt-deux (22) ans, a été tué par balle. Il était au Nouveau Secondaire I ;

• Le 26 avril 2021, Ednel SAINT-FORT, né le 10 février 2000, a été atteint d’une (1) balle à la tête. Au Centre de Santé Sainte Catherine, il n’a pas pu recevoir de soins, en raison de la gravité de son cas. Il a donc été transféré à l’hôpital Médecins Sans Frontières (Msf) de Tabarre. N’ayant pas trouvé de médecin sur place, ses proches l’ont conduit à l’Hôpital Bernard Mevs, où il est décédé avant d’y être admis. Il revenait de Carrefour, où il était allé rendre visite à sa mère ;

• Le 26 avril 2021, Gelène LOUIS, âgée de trente-trois (33) ans, a été atteinte d’une (1) balle au flanc droit. La balle est ressortie à son côté gauche. Elle a été conduite au Centre de Santé Sainte Catherine. Elle est décédée peu après son admission ;

• Le 26 avril 2021, Esther ULYSSE, née le 29 mai 1999, a reçu deux (2) balles : l’une au flanc droit et l’autre à la jambe droite. Elle revenait du centre-ville. Elle était mère de deux (2) filles ;

• Le 26 avril 2021, Charles DIVERT, né le 27 février 1992, revenait de ses activités au centre-ville, lorsqu’il a été atteint d’une balle, avant d’être capturé et traîné jusque dans le fief du gang de Mathias SAINTIL, où feu a été mis à son cadavre. Charles DIVERT était père de trois (3) enfants ;

• Le 26 avril 2021, Olnick DERIVAL, âgé de vingt-neuf (29) ans, portefaix, revenait du centre-ville, quand la camionnette qui le transportait a été attaquée. Il a reçu une (1) balle à la tête. Olnick DERIVAL était père de deux (2) enfants ;

• Le 26 avril 2021, Dieunel BAZILE, né le 29 décembre 1983, se trouvait devant sa maison, située à Soleil 17, quand il a été atteint d’une (1) balle au dos. La balle est ressortie par sa poitrine. Il n’a pu être conduit à l’hôpital par ses proches. Il est décédé dans la soirée. Il était père de deux (2) enfants ;

• Le 26 avril 2021, Wilson BAPTISTE, âgé de quarante-six (46) ans, a été tué d’une balle à la tête par des bandits armés de Pyè 6. Il passait non loin de 2 kwen Mi/Dèyè Mi. Feu a été mis à son cadavre. Il était père d’une fille de dix-sept (17) ans ;

• Le 26 avril 2021, Sonson JEAN BAPTISTE, a été tué d’une (1) balle au cou, alors qu’il traversait la localité de Fougy à bord d’une taxi-moto. Il rentrait chez lui à Soleil 17 ;

• Le 26 avril 2021, Emmanuel CETOUTE, âgé de trente-deux (32) ans, a été tué d’une (1) balle à la tête. Son corps a été emporté pour être calciné. Il était père de trois (3) enfants ;

• Le 26 avril 2021, Ilfet LOUIS JEUNE, âgé de cinquante-sept (57) ans, se trouvait à la Station des Gonaïves, quand il a reçu une balle au flanc gauche. Avant que ces proches aient pu le récupérer, les bandits armés opérant à Nan Belekou ont mis le feu à son cadavre. Ilfet LOUIS JEUNE était père de neuf (9) enfants ;

• Le 26 avril 2021, Kendy DORVILLUS, né le 15 août 2000, a reçu deux (2) balles. Son corps a été traîné jusque dans la zone dénommée 2 Kwen Mi/Dèyè Mi, où il a été carbonisé ;

• Le 26 avril 2021, Molise CHARLES, née le 3 février 1981, a été tuée par balle. Elle revenait de ses activités commerciales au centre-ville, en compagnie de plusieurs autres personnes. Elle était mère de quatre (4) enfants ;

• Le 1er mai 2021, Fritz Nelson PIERRE, né le 8 juin 2005, a reçu une balle au dos, alors qu’il revenait du centre-ville. Il se trouvait à Soleil 9 ;

•Le 1er mai 2021, Djulie CASSAMAJOR, née le 27 septembre 2009, a été atteinte d’une (1) balle au pied droit, alors qu’elle revenait du centre-ville, en compagnie de Nadège ainsi connue, elle-même atteinte à la jambe gauche. Nadège était l’amie de sa mère. Djulie CASSAMAJOR a été capturée par des membres du gang opérant à Nan Boston. Elle a été assassinée et feu a été mis à son cadavre ;

• Le 1er mai 2021, Fritz JEANTY, âgé de trente-huit (38) ans, a reçu une (1) balle à l’œil gauche. La balle est ressortie à l’arrière de sa tête. Il se trouvait dans une camionnette, non loin de 2 Kwen Mi/Dèyè Mi. Il était père de trois (3) enfants ;

• Le 1er mai 2021, Allogène TERMO, âgé de cinquante-sept (57) ans, a été attaint d’une (1) balle au dos. La balle est ressortie par sa poitrine. La camionnette, à bord de laquelle il se trouvait, s’était garée au bord de la route, dans le périmètre de Linto I. pour permettre à un passager de monter. Conduit en urgence au Centre de Santé Sainte Catherine, il est décédé peu après son admission. Il était père de quatre (4) enfants ;

• Le 1er mai 2021, Betty JEAN JACQUES, âgée de vingt-trois (23) ans, a été assassinée par balles. Mère de deux (2) enfants, elle était aussi enceinte de huit (8) mois ;

• Le 1er mai 2021, Jean Luckner ANTOINE, né le 5 avril 1981, a été tué par balle, alors qu’il revenait de ses activités au centre-ville. Il était père de quatre (4) enfants ;

• Le 1er mai 2021, Maël LAMOUR, âgé de trente-six (36) ans, a été tué par balle, alors qu’il se trouvait non loin de la place publique de Cité Soleil. Son cadavre a été emporté par les bandits, qui l’ont par la suite calciné. Il était père d’un (1) enfant ;

• Le 1er mai 2021, Lamise DERISSE, âgée de soixante-sept (67) ans, a été tuée d’une balle à la tête, à proximité de la place publique de Cité Soleil, située à Bois 9 ;

• Le 1er mai 2021, Ricardo MICHEL, âgé de vingt-cinq (25) ans, a été tué d’une balle au ventre. Il empruntait la route communément appelée 2 Kwen Mi /dèyè Mi et regagnait sa maison à Nan Brooklyn, lorsqu’il a été assassiné ;

• Le 1er mai 2021, Jocelyn JEAN-BAPTISTE, âgé de quarante-et-un (41) ans, se trouvait à proximité du marché de Nan Brooklyn, quand il a été tué par balle. Son corps a été carbonisé. Il était père de deux (2) enfants ;

• Le 1er mai 2021, Stanley MICHEL, né le 28 octobre 1981, a reçu une balle au flanc gauche. Il se trouvait à l’intersection de Soleil 9 et de Nan Brooklyn. Il se rendait à pied chez lui à Nan Brooklyn, lorsqu’il a été assassiné. Il était père de cinq (5) enfants ;

• Le 1er mai 2021, Renel CHAUMETTE, âgé de quarante-deux (42) ans, a été tué d’une (1) balle à la tête. Il se trouvait à proximité de la place publique de Cité Soleil. Il a été atteint mortellement, au moment où il rentrait chez lui à Nan Brooklyn. Il était père de dix (10) enfants ;

• Le 1er mai 2021, Jameson SAINT-CYR, né le 21 novembre 1987, a été capturé, à proximité du marché de Nan Brooklyn, par des membres du gang armé dirigé par Mathias SAINTIL. Il a été conduit à Nan Boston, pour être tué, avant d’être carbonisé. Jameson SAINT-CYR était père de trois (3) enfants ;

• Le 1er mai 2021, Gazmann ainsi connu, a été tué d’une balle au ventre. Il a été attaint, alors qu’il se trouvait chez lui à Soleil 17. Il était père de trois (3) enfants.

ii) Personnes disparues à Cité Soleil en 2021

71.Tel que mentionné, sept (7) personnes sont portées disparues dans le cadre de ces événements. Voici les informations relatives à ces victimes, recueillies par le Rnddh :

• Le 26 avril 2021, Evadson PAUL, âgé de dix-sept (17) ans, a été capturé par des membres du gang armé opérant à Nan Boston. Il se trouvait non loin de 2 Kwen Mi/ Dèyè Mi. Depuis, ses proches n’ont plus de ses nouvelles. Il revenait de la Société nationale des parcs industriels (Sonapi), en compagnie de Rachelle HYPPOLITE, qui a eu le temps de s’échapper ;

• Le 26 avril 2021, Marcelin ALTEMA, âgé de trente-deux (32) ans, a été capturé par des bandits armés de Nan Belekou. En passant non loin de la station des Gonaïves, la camionnette qui le conduisait a été capturée. Il est père de deux (2) enfants ;

• Le 26 avril 2021, Wesner MICHEL,résident de Nan Brooklyn, a disparu. Il est père de trois (3) enfants ;

• Le 26 avril 2021, Schneider JOANUS, né le 15 septembre 1999, est sorti pour ses activités, il n’est plus rentré chez lui. Selon les informations rapportées à sa conjointe, il a été capturé par des membres du gang de Nan Belekou, dirigé par Iscard ANDRICE, alors qu’il rentrait chez lui dans l’après-midi. Il est père de deux (2) enfants ;

• Le 26 avril 2021, Elie JEAN, âgé de quarante (40) ans, a été capturé par des membres du gang armé de Nan Boston, dirigé par Mathias SAINTIL. Il revenait du centre-ville, en compagnie de sa conjointe Marie NEPTUNE. Celle-ci a été autorisée à partir, alors que Elie JEAN a été emmené à Nan Boston. Depuis, ses proches n’ont aucune nouvelle de lui. Il est père de trois (3) enfants ;

• Le 26 avril 2021, Wilbert MOISE, âgé de trente-six (36) ans, est sorti et n’est plus rentré chez lui. Selon ses proches, il aurait été tué par des bandits de Nan Boston. Wilbert MOISE est père de deux (2) enfants ;

• Le 1er mai 2021, Jackson JOSEPH, âgé de quarante (40) ans, revenait de ses activités, quand la camionnette, qui le transportait avec d’autres passagers-ères, a été capturée par des membres du gang armé de Iscard ANDRICE. Celle-ci se trouvait dans le périmètre de Nan Belekou, lorsqu’elle a été interceptée. Le chauffeur a été autorisé à partir. Quant aux passagers-ères, ils ne sont jamais rentrés chez eux. Jackson JOSEPH est père de quatre (4) enfants.

iii) Personnes blessées à Cité Soleil en 2021

72. Au moins quinze (15) personnes ont été blessées au cours de ces attaques.

• Le 26 avril 2021, Jonas PIERRE, âgé de quarante-cinq (45) ans, se trouvait à bord de l’une des deux (2) camionnettes de transport en commun, qui ont été attaquées à l’entrée de Nan Brooklyn, lorsqu’il a reçu deux (2) balles, dont l’une au cou et l’autre au flanc gauche. Il a été conduit à l’hôpital Médecins Sans Frontières ;

• Le 26 avril 2021, Santia LAPOBRE, dix-neuf (19) ans, élève en classe de philosophie, a été atteinte d’une (1) balle à la cuisse droite, au moment où elle revenait de l’école. Elle a été conduite à l’Hôpital la Paix ;

• Le 26 avril 2021, Oragène AURELIEN, âgé de trente-six (36) ans, a été atteint de balle au bras droit. Il a été soigné à Médecins Sans Frontières (Msf) de Tabarre ;

• Le 26 avril 2021, Edeline PIERRE-LOUIS, âgée de quarante-sept (47) ans, a été atteinte d’une (1) balle au ventre. Elle se trouvait à bord d’une camionnette de transport en commun et rentrait chez elle, lorsque celle-ci a été attaquée à proximité du marché de Nan Brooklyn. Elle a été conduite au Centre de Santé Sainte Catherine ;

• Le 26 avril 2021, Carlos GUE, âgé de quarante-neuf (49) ans, revenait du centre-ville, quand, arrivé dans le périmètre de Nan Belekou, il a été atteint d’une (1) balle au pied gauche. Il a été conduit à l’Hôpital Bernard Mevs ;

• Le 26 avril 2021, Mackenson BIEN-AIMABLE, âgé de vingt-huit (28) ans, rentrait chez lui, à Nan Brooklyn, quand, arrivé à proximité du Konbit Solèy, il a été atteint d’une (1) balle au bras gauche. Il a été conduit à l’hôpital Médecins Sans Frontières ;

• Le 26 avril 2021, Wisnel CADET, né le 26 décembre 1978, revenait de ses activités à Superior Housing Development Corporation S.A.(SHODECOSA), quand il a été atteint d’une (1) balle à la cuisse droite. Il se trouvait à bord d’une camionnette, quand des membres du gang armé de Nan Boston ont tiré en direction du véhicule, qui était alors à proximité de la place publique de Cité Soleil ;

• Le 26 avril 2021, Fanfan LACOUTURE a été atteint de balle à l’épaule, alors qu’il revenait du centre-ville ;

• Le 26 avril 2021, Jos NELSON, âgé de dix-sept 17) ans, a reçu une balle au pied. Il se trouvait sur le toit de sa maison à Sou teren, une localité de Soleil 17, quand il a été atteint. Il a été conduit au Centre de Santé Sainte Catherine, où il a reçu les premiers soins, avant d’être transféré à l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti (Hueh) ;

• Le 1er mai 2021, Dénèse ROMILUS, âgée de dix-sept (17) ans, fille de Edrice ROMILUS, a été atteinte d’une (1) balle au pied droit. Elle a été conduite d’urgence à l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti (Hueh) ;

• Le 1er mai 2021, Phadéus AZOR a été atteint d’une (1) balle à la cuisse gauche, alors qu’il se trouvait à bord d’une camionnette, qui le transportait chez lui à Nan Brooklyn. Il a été conduit d’urgence à l’hôpital Médecins Sans Frontières (Msf) de Tabarre ;

• Le 1er mai 2021, Guerline PIERRE, âgée de trente-huit (38) ans, a été atteinte d’une (1) balle à la jambe gauche. Elle rentrait chez elle. Elle a été conduite d’urgence au Centre de Santé Sainte Catherine ;

• Le 1er mai 2021, Gérôme JEAN JACQUES, âgé de soixante (60) ans, a été atteint d’une (1) balle au pied droit. Il se trouvait à Nan Brooklyn. Il a été conduit d’urgence à l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti (Hueh). Père de trois (3) enfants, sa fille Betty JEAN-JACQUES, vingt-trois (23) ans, a été tuée ;

• Le 1er mai 2021, Fritznel JEAN, âgé de trente-deux (32) ans, a été atteint de deux (2) balles, dont une au pied et l’autre au cou ;

• Le 7 mai 2021, Sandra CESAR, née le 18 décembre 1983, se rendait au centre-ville, quand la camionnette qui la transportait a été attaquée à Soleil 19 – zone 2 Kwen Mi/ Dèyè Mi. Elle a été atteinte d’une (1) balle au flanc gauche.

iv) Personne violée à Cité Soleil en 2021

73. Au moins une jeune femme, âgée de vingt (20) ans, a été violée. L.JJ. passait par la route des 2 kwen Mi / Dèyè Mi et tentait de retrouver son père et sa sœur victimes, lorsqu’elle a été surprise par plusieurs individus, qui l’ont agressée physiquement avant de la violer.

v) Maisons incendiées à Cité Soleil en 2021

74. Le 26 avril 2021, trois (3) maisons ont été incendiées à Nan Brooklyn, Cité Soleil. Les victimes qui y vivaient, répondent aux noms de :

• Wesner MICHEL

• Jonas PIERRE, âgé de quarante-cinq (45) ans

• Magella ANTOINE, âgée de soixante-huit (68) ans.

VII. INTERVENTIONS DES AUTORITES POLICIERES

75. Les survivants-tes de Bel Air ont déclaré au Rnddh avoir lancé plusieurs appels au secours à l’institution policière, notamment dans l’après-midi du 31 août 2020. Après deux (2) heures de temps d’appels ininterrompus, le service 114 leur a répondu que les véhicules disponibles n’ayant pas d’essence, la Pnh ne peut leur venir en aide.

76. Les 10 et 12 décembre 2020, l’inspecteur divisionnaire Jimmy FRANÇOIS, responsible de la police communautaire, a rencontré une vingtaine de notables du Bel Air, en vue de trouver une entente pour la levée des barricades, alors entreposées dans les rues. En retour, il leur a promis de sécuriser la zone par des blindés de la Police nationale d’Haïti (Pnh).

77. Effectivement, le 12 décembre 2020, trois (3) blindés sont arrives, dont deux (2) assuraient la patrouille des rues. L’autre a été placé à l’angle des rues Macajoux et Monseigneur Guilloux.Cependant, peu avant dix-sept (17) heures, la délégation de la police communautaire n’était pas encore partie, que des bandits armés, en provenance de la Base Krache Dife, ont ouvert le feu sur l’un des blindés et l’ont endommagé.

78. Des policiers, qui vivent dans la zone du Bel Air, ont appelé à l’aide les back-ups affectés dans le périmètre. Ces derniers ont répondu n’avoir pas reçu l’ordre d’intervenir de leurs supérieurs.

79. Pour sa part, rencontré dans le cadre de cette enquête, le responsable du commissariat de Cité Soleil a affirmé que le commissariat fait face à un problème crucial d’effectif de policiers. De plus, ils ne disposent pas d’équipements adéquats et suffisants pour se colleter aux bandits, qui sèment le deuil à Cité Soleil.

80. Les zones, comme Nan Belekou, Nan Boston et Nan Brooklyn, sont carrément inaccessibles et les policiers n’y sont pas les bienvenus. Cette inaccessibilité s’est aggravée avec les pluies diluviennes, qui se sont abattues sur la capitale, ces derniers jours. Des antennes de la Pnh ont été installées à proximité de ces zones, mais elles ne servent pas à grand-chose, car elles ne disposent, à l’instar du commissariat, ni d’armes ni de munitions adéquates et suffisantes. Le Ministère des travaux publics, transports et communications, sollicité à plusieurs reprises par le commissariat, ne veut pas se rendre à Cité Soleil, pour des raisons de sécurité. Enfin, la population de Cité Soleil ne porte pas plainte au Commissariat.

VIII. ENTRETIENS AVEC LES AUTORITES JUDICIAIRES

81. Selon le magistrat Jean Brunet NOËL, juge suppléant au Tribunal de paix de Port-au-Prince, section Nord, les victimes des attaques armées de Bel Air ne portent pas plainte généralement au tribunal. Seules des personnes, dont des proches sont assassinés ou ayant perdu leurs maisons, ont recours à un magistrat de paix pour dresser un procès-verbal de constat.

Le tribunal de paix de Port-au-Prince, section Nord, ne fonctionne pratiquement pas depuis plus de six (6) mois, en raison des grèves du personnel de l’appareil judiciaire haïtien et des fréquentes attaques armées. Et, les rares fois, où le personnel judiciaire se présente sur les lieux, la tension qui règne à Bel Air et dans ses environs porte les potentiels justiciables à ne pas recourir à la justice, lorsque leurs droits sont violés. Toutefois, le magistrat a tenu à souligner que les bandits armés ne s’en sont, jusqu’à date, jamais pris au tribunal, même s’ils empruntent souvent les voies environnantes pour aller s’affronter. De même, le personnel judiciaire qui y est affecté n’a jamais été la cible des bandits armés.

82. Selon le magistrat Oreste FELIX, juge suppléant au Tribunal de paix de Cité Soleil, le tribunal est au courant des guerres, qui se mènent dans la Cité. Cependant, aucune victime n’a requis les services des magistrats. Conséquemment, aucun constat n’a été réalisé. Il estime aussi que c’est la position géographique du tribunal, -placé sur la route nationale #1, non loin de Nan Boston, qui décourage les éventuels plaignants-tes. De plus, le magistrat affirme que la population de Cité Soleil n’a malheureusement aucune confiance dans l’appareil judiciaire haïtien en général.

IX. COMMENTAIRES ET RECOMMANDATIONS

83. Depuis août 2020 et jusqu’à nos jours, Bel Air et Cité Soleil sont l’objet d’attaques armées, perpétrées par les gangs du G-9 an Fanmi e Alye. Les raisons, avancées par les survivants-tes, sont diverses. Cependant, ils sont nombreux à croire que ces attaques ont pour objectif de faire tomber les quartiers de Bel Air et de Cité Soleil, et de les placer sous le contrôle du G-9 an Fanmi e Alye, dont les membres sont proches du pouvoir en place.

84. Le Rnddh rappelle que le G-9 an Fanmi e Alye a été créé, en juin 2020, pour servir de socle au pouvoir en place, en vue de la réalisation du référendum inconstitutionnel, planifié pour le 27 juin 2021, et de l’organisation des élections. Cette coalition de gangs armés permet aux autorités de facto d’avoir le contrôle des principaux quartiers défavorisés du département de l’Ouest où l’électorat est important. En effet, il n’est pas superflu de souligner que le département de l’Ouest représente à lui-seul 40 % de l’électorat national. Avoir le contrôle des quartiers défavorisés, c’est donc avoir le contrôle d’un fort pourcentage de cet électorat.

85. A Bel Air, quatre-vingt-une (81) personnes ont été assassinées, soit trente-six (36) d’août à décembre 2020 et quarante-cinq (45) autres, de mars à mai 2021. De plus, vingt-quatre (24) sont portées disparues et dix-huit (18) autres ont été blessées par balles. Cent-soixante-cinq (165) maisons ont été incendiées. Treize (13) ont été pillées. Conséquemment, deux-cent-soixante-deux (262) personnes, qui étaient locataires ou propriétaires de ces maisons, sont devenus sinistrées. Suite à ces attaques, deux-cent-quatre-vingt-seize (296) enfants de Bel Air sont devenus orphelins d’au moins un de leurs parents.

86. A Cité Soleil, de janvier à mai 2021, quarante-quatre (44) personnes ont été assassinées par balles, sept (7) sont portées disparues, quinze (15) ont été blesses et une (1) femme a été violée. Trois (3) maisons ont été incendiées. Cent-trente-deux (132) enfants de Cité Soleil sont devenus orphelins, à la suite de ces attaques.

87. Pour la perpétration de ces attaques meurtrières, il a été rapporté au Rnddh que des blindés de la Pnh, stratégiquement positionnés dans certaines rues de Bel Air, ont servi de couverture aux bandits armés, qui, en plus de leurs lourdes artilleries, avaient en leur possession de nombreux tubes de gaz lacrymogène, qu’ils n’ont pas hésité à utiliser contre la population.

88. Pourtant, dans le but de banaliser les droits à la vie et à la sécurité des populations des quartiers défavorisés, les autorités policières ont, à plusieurs reprises, présenté les attaques, qui ont cours dans ces zones, comme étant des luttes hégémoniques entre gangs armés. Sur cepoint, il convient de souligner qu’à Bel Air les raids sont menés contre les résidents-es, parce qu’ils affirment ne pas vouloir livrer leur quartier aux commandes de gangs armés. Et, à Cité Soleil, le gang de Nan Brooklyn, dirigé par Gabriel JEANPIERRE, alias Ti Gabriel ou Gabo, est continuellement attaqué, parce qu’il ne veut pas faire partie du G-9 an Fanmi e Alye.

89. Par ailleurs, selon le vœu des articles 30 et suivants de la Loi portant création, organisation et fonctionnement de la Police nationale, la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj) a pour attributions, entre autres, d’enquêter sur les infractions aux lois pénales et de rechercher les auteurs des crimes et délits. Or, si la Dcpj avait enquêté sur le massacre de La Saline, perpétré dans la nuit du 13 au 14 novembre 2018 ainsi que sur les événements sanglants enregistrés à Bel Air, du 4 au 8 novembre 2019, depuis, elle n’est jamais intervenue, en dépit des violations massives et systématiques enregistrées dans les quartiers défavorisés.

90. De son côté, l’Inspection générale de la Pnh aurait dû s’autosaisir, en raison des nombreuses dénonciations, relatives à l’utilisation des équipements de l’institution policière par les gangs armés. Il aurait dû aussi enquêter sur les dénonciations de connivence de policiers avec les bandits armés et sur l’implication de certains d’entre eux dans la conduite de raids contre des quartiers défavorisés. Cependant, aucune enquête n’a, à date, été réalisée et aucune sanction n’a été prise à l’encontre de ces policiers fautifs.

91. Les agents de la Pnh, de leur côté, reçoivent systématiquement l’ordre de ne pas intervenir. La réponse, fournie aux appels au secours lancés par la population de Bel-Air, selon laquelle les patrouilles fixes n’ont pas ordre d’intervenir lors des attaques armées, établit, s’il en était besoin, la preuve de cet ordre de non-intervention.

92. A date, douze (12) massacres et attaques armées ont été perpétrés dans le pays depuis 2018. Tout en soulignant que c’est la première fois qu’autant d’événements sanglants sont enregistrés sous un même régime, le Rnddh rappelle que les survivants-tes des dix (10) premiers massacres et attaques armées avaient porté plainte par devant les autorités judiciaires haïtiennes. Cependant, aucune poursuite judiciaire sérieuse n’a été menée à l’encontre des bandits armés, dont plusieurs sont connus, pas plus que les autorités étatiques, indexées dans ces événements sanglants, n’aient été inquiétées.

93. Les sinistrés-es, dont les maisons ont été incendiées, se sont réfugiés sur des places publiques ou dans des espaces communs, où ils subissent généralement des actes répréhensibles et sont à la merci des bandits armés. Les femmes sont souvent violées. Or, aucune institution étatique ne vient en aide aux sinistrés-es. Et, les nombreuses agences humanitaires interviennent très peu ou très tard.

94. Par ailleurs, alors que le pays est truffé de gangs armés et que les actes attentatoires aux vies et aux biens les plus spectaculaires sont perpétrés chaque jour, le gouvernement haïtien de facto recherche, auprès des partenaires de la communauté internationale, un appui en vue de mettre en œuvre le plan stratégique de la Commission nationale de désarmement démantèlement et réinsertion (Cnddr), cette commission qui a avoué avoir invité les gangs armés à se fédérer.

95. Depuis l’installation, le 5 juin 2020, de Frantz IDERICE, à titre de directeur général de la Caisse d’assistance sociale (Cas), sur recommandation expresse de Iscard ANDRICE, chef de Nan Belekou, membre du G-9 an Fanmi e Alye, les gangs armés de cette coalition reçoivent, chaque mois, une forte somme d’argent. Ainsi, les maigres ressources de la Cas, qui auraient dû être utilisées pour venir en aide aux personnes du troisième âge et aux personnes à déficience motrice et/ou psychique, sont-elles détournées par les autorités étatiques pour le renforcement des gangs armés.

96. C’est donc, encore une fois, sur la base de ces faits et constats, doublés de l’inertie de l’Etat, que le Rnddh affirme que les massacres et attaques armées, perpétrés dans le pays depuis 2018, constituent en fait des crimes d’Etat, des crimes contre l’humanité.

97. Fort de tout ce qui précède, le Rnddh rappelle aux autorités étatiques actuelles, tout de facto qu’elles soient, que c’est à elles qu’incombe l’obligation de freiner ces violations massives des droits à la vie et à la sécurité de la population haïtienne. En ce sens, le Rnddh demande instamment aux autorités étatiques, en general, et au Conseil supérieur de la police nationale (Cspn), en particulier, de :

• Mettre fin à l’utilisation des maigres ressources de la Pnh en vue de renforcer les gangs armés qui terrorisent la population haïtienne ;

• Sanctionner tous ceux qui facilitent aux bandits l’utilisation des matériels policiers dans les différents massacres et attaques armées ;

• Mettre fin aux massacres et attaques armées à Bel Air et à Cité Soleil, en particulier, et dans les quartiers défavorisés, en général ;

• Arrêter et transférer aux autorités judiciaires tous les bandits armés, qui sèment la terreur au sein de la population.