A travers Haiti

Haïti-Droits humains : Le Capac dénonce la mort d’un jeune migrant haïtien, Péguy Siméon, suite à des violences policières à Ouanaminthe


mercredi 12 mai 2021

Ouanaminthe (Haïti), 12 mai 2021 [AlterPresse] --- Le Centre d’animation paysanne et d’action communautaire (Capac) condamne, avec la plus grande fermeté, la mort, le dimanche 9 mai 2021, d’un jeune migrant haïtien, Péguy Siméon, violemment battu par des policiers nationaux, le samedi 8 mai 2021, à Ouanaminthe (Nord-Est d’Haïti), sur la frontière commune avec Dajabón (République Dominicaine) dans une note de protestation transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Originaire de la commune de Port-Margot, Péguy Siméon venait d’être rapatrié en Haïti par les autorités dominicaines.

Il a succombé à ses blessures dans un hôpital, un jour après avoir été sauvagement malmené par des policiers nationaux.

Une vidéo, circulant sur les réseaux sociaux, montre le jeune migrant, qui a été jeté du haut d’un autobus de transport en commun, par un policier haïtien.

Arrivé à même le sol, Péguy Siméon a ensuite reçu plusieurs coups de matraque de plusieurs autres policiers nationaux.

« Cette vidéo relance, une nouvelle fois, le débat sur les dérives policières dans la commune frontalière de Ouanaminthe, qui est devenue un phénomène structurel », signale le Capac.

Ce déferlement de violence illégitime et disproportionnée « montre, une nouvelle fois, à quel point il est essentiel de rendre visibles les actions policières ».

Sur l’année 2020, le Capac a déjà enregistré plusieurs cas de brutalités policières dans la commune frontalière de Ouanaminthe.

Le Centre d’animation paysanne et d’action communautaire (Capac) souligne combien les policiers nationaux, au niveau de la frontière de Ouanaminthe, exercent, au quotidien, beaucoup d’actions et de gestes sans contrôle de leur hiérarchie.

Le Capac appelle à repenser en profondeur les modes d’intervention de la police nationale, en partant des pratiques de terrain, avec comme priorité la qualité de la relation à la citoyenne et au citoyen, et l’usage proportionné de la force.

« La direction générale de la Police nationale d’Haïti (Pnh) doit reprendre la main, pour combattre ce cynisme, qui gagne les policiers et conduit parfois à des drames ». [emb rc apr 12/05/2021 16:25]