Documents

1802, première grande défaite militaire de Napoléon, qui voulut rétablir l’esclavage à Saint-Domingue

Droits humains : Le peuple d’Haïti a contribué à une progression de la prise de conscience de l’universalité des droits humains, sans distinction de condition et de race, rappelle la CoEH

« Ces idéaux continuent aujourd’hui à être bafoués par la gouvernance défaillante d’Haïti et par la complicité de la communauté internationale… »
vendredi 7 mai 2021

Transmis à AlterPresse le 7 mai 2021

Bicentenaire de la mort de Napoléon 1er : La CoEH se souvient d’Haïti

Alors que l’actualité fait une large place à la célébration du bicentenaire de la mort de Napoléon 1er, les membres de la Coordination Europe-Haïti souhaitent à cette occasion rappeler un fait majeur, souvent oublié, qui a marqué les colonies. Il s’agit des événements importants de l’histoire de l’Humanité que furent la révolution des esclaves de la colonie française de Saint Domingue en août 1791 et la naissance de la République d’Haïti le 1er janvier 1804.

En tentant en 1802 de reprendre le contrôle de la Colonie par les armes et d’y rétablir l’esclavage, le Général Bonaparte a essuyé la première grande défaite militaire en novembre 1803. Haïti allait devenir le deuxième Etat d’Amérique accédant à l’indépendance, après les Etats-Unis. Alors que l’indépendance des Etats-Unis était celle des colons blancs propriétaires d’esclaves, celle d’Haïti a été imposée par les esclaves eux-mêmes. C’est aussi la première république noire un siècle et demi avant le mouvement mondial de décolonisation du milieu du 20è siècle.

En cette occasion, la CoEH souhaite mettre en avant la contribution essentielle du peuple haïtien à la prise de conscience de l’universalité des droits humains sans distinction de condition et de « race », allant jusqu’au bout des idéaux de la Révolution Française. Cette grande défaite du Général Bonaparte ne fera donc pas partie de ces commémorations pour l’Histoire.

La CoEH regrette que ces idéaux continuent aujourd’hui à être bafoués par la gouvernance défaillante d’Haïti et par la complicité et la complaisance de la communauté internationale.

Claude MORMONT

Coordinateur CoEH

info@coeh.eu