Dépêches

Haïti-Politique/Crise : Le premier ministre de facto Joseph Jouthe jette l’éponge


mercredi 14 avril 2021

P-au-P, 14 avril 2021 [AlterPresse] --- Le premier ministre de facto Joseph Jouthe a remis, dans la nuit du mardi 13 au mercredi 14 avril 2021, sa démission au président, Jovenel Moïse dont le mandat constitutionnel a expiré depuis le dimanche 7 février 2021.

Le premier ministre (2 mars 2020- 14 avril 2021) déclare avoir remis sa démission « pour des raisons de convenances personnelles », lit-on dans sa lettre dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Le ministre des affaires étrangères, Claude Joseph est nommé comme premier ministre par intérim, pour remplacer Joseph Jouthe.

« J’ai remis ce soir ma démission au président de la République, Jovenel Moïse. Ça a été un honneur de servir mon pays comme premier ministre. Je remercie les membres de mon gouvernement, les partenaires techniques et financiers pour leur collaboration. Que Dieu bénisse Haïti ! », a tweeté le premier ministre de facto.

Cette décision intervient le lendemain du retrait de la plateforme interreligieuse Religions pour la paix-Haïti, d’un processus envisagé de dialogue, initié en mars 2021, en vue de trouver une solution pacifique à la crise actuelle.

Elle survient aussi dans un contexte d’actes de criminalité dont le kidnapping, alimentés par des gangs armés qui seraient, selon divers organismes de droits humains, de connivence avec le pouvoir en place.

Dans un tweet, le président de facto Jovenel Moïse estime que cette démission du gouvernement qu’il a acceptée « permettra d’adresser le problème criant de l’insécurité et poursuivre les discussions en vue de dégager le consensus nécessaire à la stabilité politique et institutionnelle de notre pays ».

Claude Joseph (ministre des affaires étrangères) est nommé premier ministre par intérim, en remplacement de Joseph...

Publiée par AlterPresse sur Mercredi 14 avril 2021

La démission de Joseph Jouthe ne changera rien à la crise politique du pays, souligne, dans un tweet, Michel André, l’un des porte parole du Secteur dit démocratique et populaire qui n’entend participer à aucune négociation, aucune cohabitation, aucun référendum et aucune élection avec Jovenel Moïse.

Démission sur la table depuis un mois

Joseph Jouthe a été nommé le 2 mars 2020 et sa démission était sur la table depuis le 12 mars dernier, peu avant l’opération antigang ratée de la police à Village de Dieu, où quatre policiers ont été tués.

Un autre événement majeur survenu, en cette période, était l’arrestation de Lissner Mathieu, un haïtien-américain condamné pour trafic de drogue aux États-Unis d’Amérique, et de Peterson Benjamin, un présumé chef de gang suspecté d’implication dans des actes de kidnapping.

Ils ont été ensuite transférés, le vendredi 5 mars 2021, sur le territoire américain.

Mathieu, connu sous le surnom de Ti Nwa, avait, en sa possession, plusieurs cartes d’identification haïtienne, dont un badge officiel du Palais national donnant accès aux espaces et bureaux présidentiels.

Récemment, le secrétaire du Conseil des ministres Rénald Lubérice avait remis en cause les dispositions prises par Joseph Jouthe en ce qui concerne les droits de teinte de véhicules pour lutter contre l’insécurité.

Ces dispositions du premier ministre, qui est aussi, par ailleurs président du Conseil supérieur de la police nationale (Cspn), n’ont pas été adoptées en Conseil des ministres, avait-t-il déploré. [emb apr 14/04/2021 09 :16]