Dépêches

Haïti-Insécurité : Plusieurs associations de magistrats exigent la libération de Me. Eno René Louis, kidnappé le 27 mars 2021 à Croix-des-Bouquets


lundi 29 mars 2021

P-au-P, 29 mars 2021 [AlterPresse] --- L’Association nationale des magistrats haïtiens (Anamah), l’Association professionnelle des magistrats (Renamah), le Réseau national des magistrats haïtiens (Apm)) et l’Association des juges de paix haïtiens (Ajupha) exigent la libération, sain et sauf, du juge de paix titulaire au tribunal de paix de Pétionville (municipalité à l’est de la capitale, Port-au-Prince), Me. Eno René Louis, enlevé puis séquestré, dans la soirée du samedi 27 mars 2021, dans la commune de Croix-des-Bouquets (municipalité au nord-est de la capitale), dans une prise de position transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Se disant préoccupées « suite à cet acte révoltant », ces associations de juges demandent aux autorités politiques et policières d’utiliser tous les moyens nécessaires aux fins de libérer leur collègue Eno René Louis.

L’Anamah, le Renamah, l’Apm et l’Ajupha exhortent les magistrats à être très vigilants en ce moment difficile, que vit Haïti.

« Cet énième rapt sur un membre de l’appareil judiciaire témoigne, une fois de plus, de la faiblesse des autorités de l’État à assurer le droit à la sécurité de chaque Haïtienne et Haïtien », estime, pour sa part, le Collectif des avocats pour la défense des droits humains (Caddho).

Le Caddho appelle les autorités du Conseil supérieur de la police nationale (Cspn) à mettre tout en œuvre, aux fins de permettre à ce membre important de l’appareil judiciaire de recouvrer sa liberté.

Plusieurs riveraines et riverains ont manifesté, la semaine écoulée, pour exiger la libération de Kénol Félix, propriétaire de l’entreprise funéraire Sainte-Rose de Lima, enlevé et toujours séquestré, depuis le vendredi 19 mars 2021, par ses ravisseurs, malgré le versement d’une rançon.

Des corbillards et ambulances d’entreprises funéraires ont défilé, le jeudi 25 mars 2021, au centre-ville de Port-au-Prince, en signe de protestation contre l’enlèvement et la séquestration de Kénol Félix. [emb rc apr 29/03/2021 13:50]