Español English French Kwéyol

Haïti-Droits humains et Criminalité : Nouvelle journée de tensions, ce mercredi 17 mars 2021, dans la capitale, Port-au-Prince

P-au-P, 17 mars 2021 [AlterPresse] --- Barricades de pneus usagés enflammés, sur différentes artères, notamment sur les routes de Delmas et de l’aéroport international de Port-au-Prince, tirs sporadiques d’armes çà et là : de vives tensions ont éclaté à nouveau, dans la matinée du mercredi 17 mars 2021, dans plusieurs quartiers de la capitale, Port-au-Prince, observe l’agence en ligne AlterPresse.

Très tôt, dans la matinée de ce mercredi 17 mars 2021, la circulation est considérablement réduite sur certaines sections de l’axe de Delmas, suite à des tirs nourris sporadiques.

Des barricades de pneus usagés enflammés ont été dressées en plusieurs endroits particulièrement au niveau de Delmas 30, 31, 33 et 35, où des riveraines et riverains ont été visiblement paniqués.

Plusieurs entreprises commerciales, comme les banques et stations de distribution de produits pétroliers, ont gardé leurs portes fermées.

Plusieurs véhicules privés et de transport en commun sont ainsi contraints de rebrousser chemin ou de trouver des voies d’accès secondaires, à cause des barricades installées.

De nombreuses passagères et de nombreux passagers de transports en commun ont décidé de rentrer chez eux, alors que d’autres ont pris des motos-taxis ou marché à pieds jusqu’à leurs lieux de destination finale.

Plusieurs individus, dont certains lourdement armés, identifiés comme des membres du groupe Fantom 509, circulent à motos, en plusieurs endroits de Port-au-Prince, surtout sur la route de Delmas, provoquant une véritable panique.

Un brusque mouvement de tensions, survenu dans un contexte de révolte, exprimée par la population haïtienne contre la mort des six policiers nationaux, lors d’une opération ratée à Village de Dieu (vers la périphérie sud de Port-au-Prince), le vendredi 12 mars 2021, avait aussi régné, le lundi 15 mars 2021, dans la capitale, Port-au-Prince, où des barricades de pneus usagés enflammés ont été dressées sur plusieurs artères.

Dans la nuit du mardi 16 au mercredi 17 mars 2021, suite à des négociations avec le gang armé à Village de Dieu, la police - sans donner d’explication - a pu récupérer le blindé, qui était saisi, le 12 mars 2021 par les membres du gang de Village de Dieu, lors de cette opération ratée, dans la zone.

L’inspecteur général Carl Henry Boucher, en charge de la direction des renseignements généraux, indexé comme responsable dans l’échec de l’opération policière, a été mis en isolement à l’Inspection générale, après son audition.

L’ordre de mise en isolement était préalable à l’audition de Carl Henry Boucher, a affirmé ce dernier, sur plusieurs médias.

« N’ayant pas été responsable de mener l’opération du 12 mars 2021 sur le terrain, je n’ai donné aucun ordre aux policiers de pénétrer à l’intérieur du Village de Dieu ». a déclaré Carl Henry Boucher

« Les blindés étaient déjà au fond, dans le quartier de Village de Dieu, lorsque j’ai commencé à observer la situation », a-t-il dit.

Dans un rapport, en date du 15 mars 2021, le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh) a estimé que « c’est en raison de la mauvaise coordination de l’opération par l’inspecteur général Carl Henry Boucher, que renfort n’a pas été envoyé aux policiers piégés au Village de Dieu ». [emb rc apr 17/03/2021 09:40]