Dépêches

Droits humains : Un regroupement d’étudiants, dans l’enseignement public et privé, condamne l’usage systématique de balles réelles, par la police, lors de mouvements de protestations en Haïti


mercredi 24 février 2021

P-au-P, 24 févr. 2021 [AlterPresse] --- L’association Zafè etidyan ayisyen (Zea), regroupant des étudiantes et étudiants haïtiens d’Universités publiques et privées, s’insurge contre l’usage systématique de balles réelles, par des agents de la Police nationale d’Haïti (Pnh), vis-à-vis des étudiants, lors des mouvements de protestation, dans des declarations faites à AlterRadio/AlterPresse.

Zafè etidyan ayisyen se déclare consternée par la violence des autorités contre un de leurs camarades à l’Université de Port-au-Prince (Up), qui a reçu une balle de la police, le lundi 22 février 2021, lors d’un mouvement de protestation, pour exiger la libération du professeur de droit, Me. Abdias Édumé, ancien substitut du commissaire du gouvernement de Petit-Goâve (à 68 km au sud de Port-au-Prince), enlevé depuis le mardi 16 février 2021 à Delmas (municipalite au nord-est de la capitale).

James Pierrin de la Faculté des Sciences humaines de l’Université d’État d’Haïti (Ueh) a été, lui aussi, victime, le 20 janvier 2021, d’un projectile, tiré par la police et qui s’est logé à son cou.

Zafè etidyan ayisyen déplore ainsi le « silence complice des autorités, qui en dit long sur le respect accordé à la vie humaine, qui est pourtant le premier de tous les droits fondamentaux ».

L’institution policière est placée pour protéger la vie et les biens des citoyennes et citoyens, et non pas pour réprimer les protestations de ces derniers, qui sont légitimes et pacifiques, rappelle-t-elle.

Zafè etidyan ayisyen exige que des enquêtes soient diligentées pour pouvoir sanctionner, avec la dernière rigueur, les responsables de ces actes crapuleux et des assassinast des étudiants Samu Mical de la Faculté d’agronomie et de médecine vétérinaire (Famv) de l’Ueh, assassiné le 25 août 2020 par des agents de la Brigade d’intervention motorisée (Bim), et Grégory Saint-Hilaire de l’École normale supérieure (Ens) de l’Ueh, tué par balle, le 02 octobre 2020, par des agents de l’Unité de sécurité générale du palais national (Usgpn).

Tout en invitant des étudiantes et étudiants à la prudence et à la résistance, l’association des étudiants d’Universités publique et privée lance un appel de solidarité à toutes les étudiantes et à tous les étudiants sur le territoire national, afin de défendre leur droit, plus précisément le droit à la vie.

Zafè etidyan ayisyen regroupe des étudiantes et étudiants de l’Université d’État d’Haïti (Ueh), de l’Université épiscopale d’Haïti (Uneph), de l’Université (catholique romaine) Notre- dame d’Haïti (Undh) et de l’Université (privée) de Port-au-Prince (Up). [mj emb rc apr 24/02/2021 12:10]