Politique/Droits humains : Deux journalistes blessés, lors d’une manifestation étudiante contre la dictature en Haïti, dispersée violemment par la police

P-au-P, 10 févr. 2021 [AlterPresse] --- Le photojournaliste Dieu-Nalio Chéry de l’Associated Press (AP) ainsi que le journaliste Johny Fils-Aimé de la Radio Télé Kajou de Floride (États-Unis d’Amérique) ont été blessés, ce mercredi 10 février 2021, lors d’une manifestation d’étudiantes et d’étudiants de l’Université d’État d’Haïti (Ueh) contre la dictature en Haïti, a observé avec stupeur la presse nationale, dont l’agence en ligne AlterPresse.

Un véhicule de la Radio Télévision Pacific et du journal Le National, à bord duquel se trouvaient des journalistes et autres personnels du dit média, a été également ciblé de gaz lacrymogène.

Ayant démarré devant les locaux de la Faculté d’ethnologie (Fe) de l’Ueh, la manifestation, supportée par des sympathisantes et sympathisants, a été violemment dispersée, à coups de gaz lacrymogènes et de tirs d’armes, par des agents des unités spécialisées de la Police nationale d’Haïti (Pnh), au centre-ville de Port-au-Prince notamment au niveau de l’avenue John Brown, plus connue sous le nom de « Lalue ».

La manifestation, musicalement animée par une bande de rara (groupe populaire de musique, parcourant les rues à pieds) a parcouru la rue Oswald Durand, l’avenue Magloire Ambroise, les rues Chavannes et Capois, avant d’être dispersée par les agents de la police.

Nou about. Se dwa n pou n leve kanpe kont diktati an. Nou p ap tounen nan diktati ankò. Pa gen lapolis. Lapolis lan tounen yon kò makout. Aba diktati. Aba Core group lan. Aba Oea. Aba Loni. Plas ansyen prezidan Jovenel Moïse, se nan penitansye nasyonal li ye. Manda Jovenel Moïse bout depi 7 fevriye 2021 (Nous sommes à bout. S’élever contre la dictature est un droit. Nous n’accepterons point le retour de la dictature. Il n’y a plus de police. La police s’est transformée en un corps de tontons macoutes / miliciens sous la dictature des Duvalier. A bas le Core Group. A bas Oea. A bas l’Onu. La place de l’ancien président Jovenel Moïse est au pénitencier national. Arrêtez Jovenel Moïse, son mandat a expiré »), ont été, entre autres, les slogans véhiculés par les protestataires.

L’Association haïtienne des médias en ligne (Ahml) condamne, avec véhémence, les violences policières, dont sont victimes, de nouveau, les journalistes, ce mercredi 10 février 2021, dans une note de protestation.

Le lundi 8 février 2021, les journalistes Alvarez Destiné d’ « Actualité locale TV » (Altv) et Janril Méus de « Télé Pa m » ont été blessés par balles, tirées par l’armée de Jovenel Moïse, ont rapporte des protestataires, qui participaient à un mouvement contre le pouvoir de facto en place, au Champ de Mars (principale place publique de la capitale, Port-au-Prince), non loin du Palais national.

Le journaliste Janril Méus est encore hospitalisé, après avoir été atteint d’une balle à l’abdomen.

Tout en souhaitant un prompt rétablissement aux journalistes victimes des violences policières, l’Association haïtienne des médias en ligne appelle l’institution policière à la raison, dans le cadre de son travail de maintien d’ordre.

Dans une note de protestation, retraçant de multiples cas d’attaques contre les membres de la presse, lors des manifestations antigouvernementales, l’Association des journalistes haïtiens (Ajh) dénonce également les violences policières à l’encontre des consœurs et confreres. [emb rc apr 10/02/2021 15:45]