Dépêches

Médias : Plusieurs dizaines de journalistes ont marché, ce 28 janvier 2021, à Port-au-Prince, contre les brutalités policières en Haïti


jeudi 28 janvier 2021

P-au-P, 28 janv. 2021 [AlterPresse] --- Accompagnés de plusieurs sympathisantes et sympathisants dont des militants, plusieurs dizaines de journalistes ont marché, le jeudi 28 janvier 2021, dans les rues de Port-au-Prince, pour protester contre les brutalités policières, commises sur des consœurs et confrères, notamment lors de manifestations en Haïti, observe l’agence en ligne AlterPresse.

« Non à la brutalité policière envers les journalistes », « Quand la liberté de la presse est menacée, c’est la démocratie qui est en danger » sont parmi les messages véhiculés à travers des banderoles, brandies par des journalistes, lors de la marche qui a démarré au Champ au Mars (principale place publique de la capitale, Port-au-Prince).

Encadrée par moments, par un véhicule de police, la marche, initiée par un regroupement d’associations de journalistes en Haïti, a parcouru l’avenue John Brown (communément appelée Lalue) et Bourdon, où un premier message a été délivré par les journalistes devant les locaux de l’Office de la protection de la citoyenne et du citoyen (Opc).

La marche a également défilé à l’avenue Lamartinière (Bois Verna) ainsi qu’à la rue rivière, devant les locaux du Réseau national de défense des droits humains (Rnddh), où le directeur exécutif du Rnddh a appelé la population à se soulever contre l’équipe tèt kale en place, qui empêche la réalisation de toutes manifestations contre la corruption et le kidnapping.

La population doit se mobiliser pour protéger la Constitution et les acquis démocratiques, encourage le Rndddh qui dénonce le laxisme de l’équipe politique en place face aux gangs du groupe G9, qui manifestent dans les rues, sans être nullement inquiétés par la police.

Jounalis yo se gadyen libète (« les journalistes sont les gardiens de la liberté ») étaient mis en évidence, sur les maillots portés par consœurs et confrères, à l’occasion de la marche de protestation du 28 janvier 2021.

Avec ce mouvement dans les rues, les journalistes voulaient exprimer une mise en garde ainsi qu’un rappel à l’attention des prédateurs de la liberté de la presse en Haïti.

« Là, il n’y a pas la présence du G9, nous ne voulons pas de la police », scandaient des journalistes, lors de la marche, qui a terminé sa course sur la Place de la Constitution, au Champ de Mars.

Plusieurs journalistes, dont Réginald Rémy de Radio Caraïbes, Destiné Alvalès de Altv, Reynald Petit-Frère de Signal FM, ont été agressés dans l’exercice de leur fonction, par des agents de la Police nationale d’Haïti (Pnh), lors des dernières manifestations antigouvernementales. [emb rc apr 28/01/2021 13:20]