A travers Haiti

Haïti-Politique : Le sénateur des Nippes Nènel Cassy, libéré, jeudi soir 21 janvier 2021, après plusieurs heures de garde à vue arbitraire à Miragoane


vendredi 22 janvier 2021

Miragoane (Haïti) 21 janvier 2021 [AlterPresse] --- Face à une manifestation massive dans l’opposition à Jovenel Moïse, exprimée à Miragoane (principale ville du département des Nippes) et en plusieurs autres endroits, dont Port-au-Prince, le sénateur des Nippes Nènel Cassy a été libéré, très tard, jeudi soir 21 janvier 2021, après plusieurs heures d’une arrestation arbitraire, commanditée par Jovenel Moïse, selon le commissaire du gouvernement près le tribunal civil de Miragoane, Me. Jean Ernest Muscadin, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Jeudi après-midi 21 janvier 2021, le sénateur Nènel Cassy, l’un des opposants au régime tèt kale en place, est resté menotté, les bras derrière le dos, pendant plusieurs heures d’une garde à vue arbitraire, au commissariat de police de Miragoane, sur décision de Jean Ernest Muscadin, invoquant un ordre de Jovenel Moïse.

Immédiatement après l’arrestation, sans motif d’inculpation, sans chef d’accusation, du sénateur Nènel Cassy, plusieurs voix dans l’opposition contre l’équipe tèt kale de Jovenel Moïse ont fait part de leur réprobation unanime.

« C’est la dernière goutte d’eau. Cette arrestation arbitraire de Nènel Cassy illustre parfaitement la volonté totalitaire du régime tèt kale en place. La population a beaucoup lutté, en versant son sang pour bannir la dictature. Nous n’accepterons jamais la dictature de Jovenel Moïse, qui fait réprimer, par la police, les droits démocratiques garantis par la Constitution, dont le droit de manifester par tous les moyens à disposition. Jovenel Moïse n’a qu’à venir nous arrêter toutes et tous »…

Ce sont quelques-unes des positions, fermement prises par diverses voix, dans l’opposition à Jovenel Moïse, tout de suite après la confirmation de l’arrestation arbitraire de leur camarade Nènel Cassy.

En finir définitivement avec la dictature de Jovenel Moise

« Nous allons définir rapidement une stratégie de combat. D’abord, pour obtenir sans délai la libération du sénateur Nènel Cassy. Ensuite, pour mettre un terme à cette dictature de Jovenel Moïse, au plus tard le 7 février 2021, date constitutionnelle de la fin de son mandat de président ».

Sans révéler leur plan de combat, les multiples voix, dans l’opposition, visiblement en colère après l’arrestation arbitraire de Nènel Cassy, affirment leur détermination à renverser définitivement Jovenel Moïse, au plus tard le dimanche 7 février 2021, par une large concertation, sans atermoiements.

Dans l’après-midi du jeudi 21 janvier 2021, le sénateur Nènel Cassy a été arbitrairement arrêté, au commissariat de police de Miragoaane, sur décision du parquet près le tribunal civil de Miragoane, invoquant un ordre direct de Jovenel Moïse.

Nènel Cassy était venu demander la libération de manifestants, illégalement arrêtés lors de la démonstration antigouvernementale du 21 janvier 2021 à Miragoane.

Ils étaient plusieurs centaines de protestataires, issus de diverses zones du Sud d’Haïti, à se mobiliser contre l’équipe tèt kale de Jovenel Moïse, à Miragoane et ses environs, le jeudi 21 janvier 2021.

Mais, c’est par balles réelles que la police a dispersé la manifestation antigouvernementale du 21 janvier 2021 à Miragoane.

2 jeunes gens blessés par balles et plusieurs arrestations : tel est le bilan du mouvement de protestations du jeudi 21 janvier 2021 à Miragoane.

Les manifestantes et manifestants voulaient de nouveau dénoncer le comportement antidémocratique du commissaire du gouvernement de Miragoane, Jean Ernest Muscadin, qui s’est avisé de déclarer interdite toute manifestation antigouvernementale, dans la ville de Miragoane.

Ils entendaient également exiger de Jovenel Moïse le respect de la Constitution, sur laquelle il avait prêté serment le 7 février 2017 et qui fixe la fin de son mandat de président au dimanche 7 février 2021 en Haïti. [rc apr 21/01/2021 21:30]