Dépêches

Droits humains : Le Cardh relève une hausse vertigineuse de la criminalité, notamment le kidnapping, durant l’année 2020 en Haïti


mercredi 20 janvier 2021

P-au-P, 20 janv. 2021 [AlterPresse] --- Le Centre d’analyse et de recherche en droits humains (Cardh) dénonce une hausse vertigineuse de la criminalité, notamment le kidnapping, le démantèlement du corpus juridico-institutionnel et les constantes violations des droits humains, durant l’année 2020, dans un rapport dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Cette criminalité spectaculaire s’inscrit notamment dans une perspective politico-électoraliste et économique, par-delà des violations du droit à la vie et du droit de manifester, relève le Cardh.

L’organisme de promotion de droits humains appelle à un sérieux et profond désarmement des criminels, afin d’éviter que les futurs membres du parlement à venir deviennent une administration publique narco-criminelle.

Le Cardh cite la protection des criminels, le blanchiment de l’argent du kidnapping, de la drogue et d’autres trafics, par des officiels.

« Le G9 en famille et alliés contrôle, à lui seul, en moyenne 36 % de l’électorat national. Une alliance avec la Brigade de sécurité des aires protégées (Bsap), soutenue par les délégations et vice- délégations, permettra au pouvoir de contrôler plus de 80% de l’électorat et de se renouveler », lit-on dans le rapport en date du 19 janvier 2021.

Une remontée de l’insécurité, dont le kidnapping, est observée en Haiti, après la création d’une fédération de gangs armés, encouragée par la Commission nationale de désarmement, de démantèlement et réinsertion (Cnddr) mise en place par l’exécutif.

Par ailleurs, un autre rapport conjoint du haut-commissariat des Nations unies aux droits humains et du Bureau intégré des Nations unies en Haïti (Binuh) fait état de 698 abus et violations de droits à la vie et à la sécurité de la personne, dans les manifestations de 2018 et 2019, sur le territoire national.

Ce rapport rend compte des violations et abus des droits humains, perpétrés dans le cadre des manifestations, qui se sont déroulées entre les 6 juillet 2018 et 10 décembre 2019 en Haïti. [emb rc apr 20/01/2021 14:15]