Dépêches

Haïti-Insécurité : Le journaliste Vario Sérant, évacué vers le Costa Rica après avoir été gravement atteint par balle


vendredi 1er janvier 2021

P-au-P, 31 déc. 2020 [AlterPresse] --- Le journaliste Vario Sérant a été évacué au Costa Rica (Amérique centrale), dans l’après-midi du 31 décembre 2020, après avoir été gravement blessé par balle dans l’après-midi du lundi 28 décembre 2020 à Port-au-Prince, a constaté l’agence en ligne AlterPresse.

Touché à la tête, le cas de Vario Sérant s’est révélé complexe, selon les observations et les examens effectués à l’Hôpital Bernard Mews, où il a été pris en charge.

Ses parents et proches se sont entendus sur l’option de le faire voyager au Costa Rica, où il doit bénéficier d’interventions spécialisées et coordonnées, que nécessite son cas.

Lors de l’attaque armée du 28 décembre 2020, le confrère était dans sa voiture en compagnie de l’ingénieur Obelson Mésidor.

Les deux ont été tout de suite conduits à l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti (Hueh). L’ingénieur Mésidor, qui était sur le point de subir une opération d’urgence, n’a pas survécu à ses blessures.

Obelson Mésidor, 42 ans, laisse dans le deuil son épouse et ses deux enfants, terrassés par la douleur.

Une enquête policière est en cours, selon les données recueillies par AlterPresse.

Le Groupe médialternatif (Gm), dont Vario Sérant est l’un des membres fondateurs, condamne de toutes ses forces cette grave attaque armée, qui le plonge dans le désarroi.

Il y a lieu de s’interroger, chaque jour davantage, sur la capacité de l’État haïtien à protéger ses citoyennes et citoyens, et sur la valeur du droit à la vie en Haïti, estime le Groupe Médialternatif.

Vario Sérant travaille, depuis plusieurs années, en tant que spécialiste en communication pour le Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa).

Parallèlement, depuis une longue période, le confrère enseigne aussi le journalisme à la Faculté des sciences humaines (Fasch) de l’Université d’État d’Haïti (Ueh).

On observe, au cours de la fin de l’année 2020, une remontée en flèche des actes de criminalité dans diverses zones du pays. [apr 31/12/2020 15:35]