Perspectives

Politique : En dépit des signes d’approbation de divers secteurs, Bocchit Edmond qualifie de « dérangeante » la déclaration des membres du Congrès américain appelant à une transition crédible en Haïti


jeudi 24 décembre 2020

P-au-P, 24 déc. 2020 [AlterPresse] --- L’ambassadeur désigné d’Haïti aux États-Unis d’Amérique, Bocchit Edmond, qualifie de « dérangeante » la déclaration de trois membres du Congrès américain, appelant à une « transition politique crédible, dirigée par les Haïtiennes et Haïtiens vers un ordre démocratique ».

« Cela nous attriste de voir des responsables démocrates réclamer un gouvernement de transition. Nous ne pensons pas qu’une nouvelle transition aidera Haïti », a déclaré Edmond, dans une interview accordée, le mercredi 23 décembre 2020, à la Voix de l’Amérique et consultée par l’agence en ligne AlterPresse.

Bocchit Edmond, ancien ministre haïtien des affaires étrangères, a été récemment nommé ambassadeur d’Haïti aux États-Unis, mais n’a pas encore présenté ses lettres de créances à l’administration américaine, constituée présentement d’autorités sortantes, a appris AlterPresse.

Le président Jovenel Moïse a fait son travail en nommant un conseil électoral. Un calendrier électoral en préparation serait rendu public au début de l’année prochaine (2021), n’hésite pas à affirmer Bocchit Edmond, quoique les dits membres du Collège électoral, unilatéralement désignés par Jovenel Moïse, en dehors des prescrits de la Constitution, n’aient jamais prêté serment devant la Cour de Cassation.

Ledit conseil électoral provisoire, qui sera transformé, début octobre 2020, en collège électoral inconstitutionnel, dont la mission n’est pas prévue par la Constitution, est vivement critiqué par de nombreuses organisations politiques, de la société civile, par le fait qu’il a été monté de manière « unilatérale », sans aucune consultation des autres secteurs pour nommer les membres.

Pour le moment, l’administration Moïse n’a pas encore communiqué sur la date des élections pour éviter de ne pas la respecter de manière réaliste, souligne Bocchit Edmond.

Le communiqué, en date du mardi 22 décembre 2020, est signé par Andy Levin, membre du comité des affaires étrangères de la chambre des représentantes et représentants aux États-Unis d’Amérique, Gregory Meeks, nouveau président du comité des affaires étrangères de la chambre et Albio Sires, président du sous-comité de l’hémisphère occidental, de la sécurité civile et du commerce.

« Le président haïtien Jovenel Moïse poursuit une ligne de conduite de plus en plus autoritaire, en publiant une série de décrets récents, qui incluent la création d’une force extra constitutionnelle de renseignement interne », relèvent-ils.

Les dernières actions du président Jovenel Moise rappellent les exactions antidémocratiques, que le peuple haïtien a subies dans le passé, notamment pendant la période de la dictature des Duvalier, condamnent-ils, soulignant combien ils surveillent toujours ce qui se déroule en Haïti avec « une inquiétude croissante ».

« Nous ne resterons pas les bras croisés, pendant qu’Haïti sombrera dans le chaos ».

La position des trois membres du Congrès américain montre que la politique américaine évolue dans la bonne direction vis-à-vis d’Haïti, applaudit l’un des responsables de la Direction politique de l’opposition dite démocratique (Dirpod), Danio Siriak, également porte-parole de l’Organisation du peuple en lutte (Opl), dans un entretien à AlterPresse.

L’administration sortante de Donal Trump a aidé Jovenel Moïse à déstabiliser Haïti, depuis environ 3 ans, critique-t-il.

L’opposition politique poursuit les discussions dans l’idée de présenter, le plus vite possible, à la nation, un plan de sortie de crise, fait savoir Danio Siriak.

Le moment est arrivé pour qu’il y ait une transition réelle dans le pays, afin de poser les vrais problèmes du pays, estime, pour sa part, le parti politique Fusion des socio-démocrates haïtiens.

L’un des porte-parole du Secteur dit démocratique et populaire, Me. Michel André, considère la position des membres de la commission des affaires étrangères du Congrès américain, qui se disent favorables à une transition crédible en Haïti, comme un petit pas dans la bonne direction.

Tout en appelant à la mobilisation et à une transition de rupture en Haïti, le Secteur démocratique et populaire exhorte la communauté internationale à cesser de supporter le régime tèt kale actuel, corrompu et criminel.

« Pas de trêve pour la Noël ! Les consultations se poursuivent pour une meilleure gestion de la transition. Le calendrier de mobilisation, pour le respect de la Constitution, sera présenté à la nation, le plus vite possible. Le combat est permanent. Dans nos rangs, point de traîtres !! », a tweeté Michel André. [mj emb rc apr 24/12/2020 12:15]