Perspectives

Sécurité : Léon Charles nommé ad intérim à la tête de la Police nationale d’Haïti

Rameau Normil éjecté de la direction générale de la Police nationale d’Haïti
lundi 16 novembre 2020

Actualisé à 13:00

P-au-P., 16 nov. 2020 [AlterPresse] --- Le citoyen Léon Charles, jusque-là ambassadeur d’Haïti auprès de l’Organisation des États américains (Oea), est nommé Directeur général ad intérim de la Police nationale d’Haïti (Pnh), selon un arrêté en date du vendredi 13 novembre 2020, dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

La cérémonie d’installation de Léon Charles, qui a occupé le poste de directeur général de la Pnh, après le départ en exil, le 29 février 2004, de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide, a eu lieu dans la matinée de ce lundi 16 novembre 2020.

Léon Charles remplace Rameau Normil, qui était nommé ad intérim en août 2019. Une nomination, qui n’a pas été soumise au sénat de la république.

Quelle légalité, en novembre 2020, dans la nomination d’un nouveau directeur général ad intérim de la Pnh, dans un contexte de mise en veilleuse de facto, notamment depuis janvier 2020, de la Constitution par l’équipe tèt kale au pouvoir ?

Depuis janvier 2020, le gouvernement fonctionne pratiquement en pleine illégalité, avec un vide constitutionnel (absence de la totalité des députés et d’une partie des sénateurs), exploité par l’équipe tèt kale, avec une multiplication de décrets anticonstitutionnels.

Léon Charles était, depuis le 22 juillet 2005, en dehors de l’institution policière.

La nomination d’un nouveau directeur général, à la tête de la Police nationale d’Haïti, intervient dans un contexte de prolifération, un peu partout sur le territoire national, de gangs armés, qui, bénéficiant d’une situation d’impunité, tuent, violent, rançonnent, kidnappent .... citoyennes et citoyens.

Quelle mission au nouveau directeur général ad intérim de la Pnh ?

Léon Charles a été remplacé à la tête de la Police nationale d’Haïti, le 22 juillet 2005, dans une période, où environ un millier de morts ont été recensés de l’accroissement de la violence, enregistrée, en Haïti, depuis le déclenchement d’opérations armées, dans quelques quartiers de Port-au-Prince, contrôlés par des bandes favorables à l’ex président Jean Bertrand Aristide.

« Le temps n’est plus à la rhétorique », avait déclaré Mario Andrésol, le remplaçant d’alors de Léon Charles.

Est-ce que le nouveau directeur général ad intérim de la Pnh sera en mesure de donner des résultats, qu’il n’a pas pu obtenir, dans le contexte actuel, très semblable à celui de 2004 - 2005 ?

Bilan peu flatteur de Rameau Normil, du 27 août 2019 au 16 novembre 2020

Début novembre 2020, Le regroupement citoyen Nou p ap dòmi a invité Rameau Normil à tirer les conséquences de son incompétence à mettre la Police nationale au service de la population

Plus d’une année après son installation (le 27 août 2019), comme directeur général ad intérim (https://www.alterpresse.org/spip.php?article24690) de la Police nationale d’Haïti (Pnh), Rameau Normil n’a pas un bilan positif.

Durant les 8 premiers mois de l’année 2020, 944 cas de morts par balles ont été recensés. Parallèlement, 124 cas de kidnapping (actes d’enlèvement et de séquestration de personnes) sont confirmés depuis janvier 2020.

Les unités de la Pnh font montre de passivité, voire de complicité, vis-à-vis des gangs armés. Sans aucune intervention de la police, des gangs armés ont provoqué, dans la soirée du 31 août 2020, la panique et une fuite désordonnée des habitants et habitants du Bel Air (https://www.alterpresse.org/spip.php?article26099). Plusieurs personnes auraient été tuées à l’occasion.

Depuis fin août 2020, l’agglomération du Bel Air vit au quotidien une situation de terreur, orchestrée par des gangs armés. La police nationale fait un usage disproportionné de gaz lacrymogènes, chaque fois que des groupes sociaux manifestent pacifiquement dans les rues, contre la criminalité et contre le mode de gestion catastrophique de l’équipe au pouvoir.

Vu son incompétence et son incapacité à mettre les unités de la police au service de la population, Rameau Normil devrait se démettre de sa fonction de directeur général de la police, exige le collectif de citoyennes et de citoyens Nou p ap dòmi. N’ayant pas respecté les procédures légales, la nomination de Normil Rameau à la tête de la police nationale, en août 2019, est « illégale », avait estimé le sénateur Youri Latortue (https://www.loophaiti.com/content/la-nomination-de-rameau-normil-est-illegale-selon-youri-latortue). [mj rc apr 16/11/2020 12:00]