Dépêches

Haïti-Politique : Un nouveau calendrier de mobilisations anti-gouvernementales, du 20 septembre au 17 octobre 2020, annonce une frange de l’opposition


mardi 15 septembre 2020

P-au-P, 15 sept. 2020 [AlterPresse] --- Le Secteur dit démocratique et populaire, le regroupement Konbit òganizasyon politik sendikal ak popilè et S.O.S. démocratie annoncent un nouveau calendrier de mobilisations antigouvernementales, du dimanche 20 septembre au samedi 17 octobre 2020, en conférence de presse, le mardi 15 septembre 2020, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

La mobilisation reste la seule arme pour arriver à la transition. Il n’y a aucune cohabitation possible avec l’equipe tèt kale au pouvoir, réitèrent ces organisations de l’opposition.

Le dimanche 20 septembre 2020 sera l’occasion de célébrer la vie de l’Empereur Jacques 1er, car aucune célébration n’a été faite jusqu’ici pour la vie de Jean-Jacques Dessalines (né le 20 septembre 1758, sur l’habitation Vye Kay, à Grande-Rivière-du-Nord – assassiné le 17 octobre 1806 à Pont-Rouge, Port-au-Prince), l’un des pères fondateurs de la nation, souligne Me. Michel André, porte-parole du Secteur dit démocratique et populaire.

Des mobilisations antigouvernementales sont prévues les mercredi 30 septembre, vendredi 2 octobre et jeudi 15 octobre 2020.

La date du samedi 17 octobre 2020 est retenue comme journée de mobilisation nationale.

Ces mouvements de protestations sont annoncés, dans un contexte de recrudescence d’actes de criminalité dans le pays, où 114 personnes tuées par balles ont été enregistrées, d’avril à juin 2020, à Port-au-Prince, suivant les données rassemblées par la commission épiscopale Justice et Paix (Ce-Jilap) de l’église catholique romaine.

Par ailleurs, le Secteur démocratique et populaire se solidarise avec la position de la Conférence internationale des Barreaux (regroupant plus de 47 pays), demandant au président Jovenel Moïse de mettre sur pied une commission d’enquête internationale indépendante, pour faire la lumière sur les circonstances de l’assassinat de 3 balles, le 28 août 2020, du bâtonnier de Port-au-Prince, Me. Monferrier Dorval à Pèlerin 5, dans la même zone où habite le président Jovenel Moïse, dans la commune de Pétionville (à l’est de la capitale, Port-au-Prince).

À travers cette demande, la Conférence internationale des Barreaux montre qu’elle ne fait plus confiance à la justice haïtienne.

Les autorités de l’État semblent être soupçonnées d’être à l’origine de l’assassinat du bâtonnier de Port-au-Prince, ajoute-t-il. [mj emb rc apr 15/09/2020 15:50]