Español English French Kwéyol

Haïti-Criminalité : Environ 750 personnes, dont une trentaine d’enfants, victimes de violences armées, de janvier à août 2020, selon l’organisme Gardiens des droits humains

P-au-P, 03 sept. 2020 [AlterPresse] --- De janvier à août 2020, environ 750 personnes, dont une trentaine d’enfants, ont été victimes de violences armées, en Haïti, relève l’organisme Gardiens des droits humains, dans un décompte dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Le gouvernement et la police sont dépassés par la situation de violences et les actes de criminalité. L’État serait en collusion parfaite avec le banditisme en Haïti, notamment dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, où la situation sécuritaire est alarmante, déplore l’organisme de droits humains.

L’organisme Gardiens des droits humains se dit indigné par l’exécution sauvage et planifiée, le vendredi 28 août 2020, du bâtonnier de l’ordre des avocates et avocats de Port-au-Prince, Me. Monferrier Dorval, en sa résidence privée à Pèlerin 5 (Pétionville), dans la même zone où habite le président Jovenel Moise (à l’est de la capitale).

Pour sa part, la Confédération des travailleurs et travailleuses des secteurs public et privé (Ctsp) se dit choquée et consternée par l’assassinat crapuleux de Me. Dorval.

« Comment peut-on commettre un tel acte dans une zone, où réside le président de la république, sans mettre la main au collet des malfrats ? Où sont les services de sécurité et les agents du service d’intelligence » ?, s’interroge la Ctsp. [emb rc apr 03/09/2020 15:40]