Perspectives

Criminalité : La Fédération des barreaux d’Haïti observe un arrêt de travail pour protester contre l’assassinat, le 28 août 2020, de Me. Monferrier Dorval

Vives indignations au niveau national et international
samedi 29 août 2020

P-au-P, 29 août 2020 [AlterPresse] --- La Fédération des barreaux d’Haïti (Fbh) demande à toutes les avocates et à tous les avocats des 18 juridictions du pays d’observer un arrêt de travail, jusqu’à l’organisation des funérailles du bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Me. Monferrier Dorval, assassiné, dans la soirée du vendredi 28 août 2020, par des individus armés, en sa résidence, à Pèlerin 5, la même zone où habite le président Jovenel Moïse, en périphérie est de la capitale.

Dans une prise de position dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse, la Fbh exige des autorités de tout mettre en œuvre pour que les auteurs et complices de l’assassinat du professeur et docteur en droit, Me. Monferrier Dorval, soient identifiés, jugés et condamnés.

La Fbh appelle l’État à faire la lumière sur ce crime odieux et à mettre un terme au cercle vicieux de la violence et de l’impunité.

« La disparition de Me. Monferrier Dorval représente une perte immense pour le pays », exprime la Fédération des barreaux d’Haïti, qui se dit consternée par cette exécution.

Élu bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince depuis le 6 février 2020, Monferrier Dorval s’était engagé contre l’insécurité, qui ronge la société haïtienne. Il avait, notamment, dénoncé la situation du Palais de justice de Port-au-Prince, abandonné par l’État à l’insalubrité et aux bandits, rappelle la Fbh.

Le bâtonnier de l’ordre des avocates et avocats de Paris (France), Olivier Cousi, souhaite que la lumière soit faite sur « le lâche assassinat » de Monferrier Dorval et que les responsables soient condamnés, dans un tweet consulté par AlterPresse.

« Il était un grand avocat, un éminent juriste et un homme courageux, qui portait ses combats pour une société plus juste, en dépit du danger », souligne l’ordre des avocates et avocats de Paris.

Tout en condamnant fermement l’assassinat du bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, le Bureau intégré des Nations unies en Haïti (Binuh) demande aussi que justice lui soit rendue.

Le Binuh rend hommage au dévouement de Monferrier Dorval, au service d’un meilleur avenir pour Haïti.

« Encore une fois, une fois de trop, la vie d’un citoyen paisible a été enlevée. Il faut que cela cesse ! Je viens de rencontrer, en urgence, le Conseil supérieur de la Police nationale (Cspn) et il a été arrêté que la plus grande célérité sera déployée pour retrouver les bandits, qui sèment le deuil et pour freiner l’insécurité », a écrit Jovenel Moïse, sur son compte twitter.

« L’assassinat de Me. Dorval attriste toute la république. Un homme de grande culture. Une grande perte pour le pays. J’adresse aux membres de l’Ordre des avocats de P-au-P et à ses proches, mes plus sincères condoléances ».

Jovenel Moïse promet que ce crime, comme tant d’autres, ne restera pas impuni.

« Ce crime crapuleux, qui s’ajoute à d’autres, dont ceux commis, ces derniers jours, contre des citoyens, nous révolte », déclare, pour sa part, le premier ministre Joseph Jouthe, dans un tweet.

Jouthe annonce la mobilisation des pouvoirs publics, en vue de déterminer l’origine et les mobiles de ces actes révoltants, de poursuivre et de traduire les coupables ainsi que les auteurs intellectuels par-devant la justice. [emb rc apr 29/08/2020 15:30]