Perspectives

Politique : Diverses organisations et personnalités lancent un appel à la solidarité internationale, contre les violations massives et systématiques des droits humains en Haïti


vendredi 28 août 2020

P-au-P, 28 août 2020 [AlterPresse] --- Plusieurs organisations sociales et politiques [1] et personnalités ont lancé, ce vendredi 28 août 2020, un appel à la solidarité internationale contre les violations massives et systématiques des droits humains en Haïti.

Ce régime et d’autres dirigeants étatiques ont pillé plus de 4 milliards de dollars américains des fonds PetroCaribe (Ndlr : US $ 1.00 = 125.00 gourdes ; 1 euro = 145.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 2.10 gourdes aujourd’hui), sans compter d’autres sommes du trésor public, dilapidées chaque année, à travers le budget national, déplore Islanda Micherline Aduel, membre de la coordination du Konbit, à l’occasion du lancement de cet appel à la solidarité internationale en faveur d’Haïti, auquel a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

En moins de 3 ans, plus de 9 massacres ont été perpétrés contre les communautés, entre autres, de La Saline, de Tokyo, de Carrefour-Feuilles, de Bel-Air, de Pont Rouge, de Cité Soleil (dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince) et Shada 2 (Cap-Haïtien).

« Ces massacres ont été orchestrés avec la complicité des alliés locaux et internationaux du pouvoir en place, qui en profite pour installer des gangs armés à travers le pays ».

De tels faits et crimes n’ont pas été mentionnés dans le rapport de la représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies en Haïti, l’Américaine Helen Meagher La Lime, présenté le vendredi 19 juin 2020, devant le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (Onu), relevent ces organisations, dans un document consulté par AlterPresse.

Cette situation difficile, qui se développe en Haïti, est ignorée par de nombreuses puissances impérialistes à travers le monde.

Sur le plan économique, la gourde continue d’être de plus en plus dépréciée face au dollar américain, les prix des produits ont triplé, alors que les responsables au pouvoir n’ont pas la capacité ni la volonté d’apporter des solutions.

« La situation globale du pays ne cesse point de se dégrader sur le plan politique. Le président n’est qu’une « marionnette », qui agit selon les volontés de l’ambassadrice des États-Unis en Haïti, Michele Sison, et de la représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies en Haïti, Helen Meagher La Lime ».

« Les puissances impérialistes ont investi dans les grandes presses internationales, afin que les autres peuples ignorent les souffrances, que vit le peuple haïtien actuellement », dénonce Josué Mérilien, coordonnateur de l’Union nationale des normaliennes et normaliens haïtiens (Unnoh), également membre du regroupement Konbit òganizasyon politik sendikal ak popilè yo, lors du lancement de cette initiative.

Il faut, à tout prix, un coup de pouce des autres peuples en lutte, des artistes engagés et de l’ensemble des intellectuels à travers le monde à Haïti, qui a tellement d’ennemis, tant sur le plan national qu’international, estiment ces organisations sociales et politiques.

« Cet appel à la solidarité internationale ne signifie pas une demande d’une nouvelle mission onusienne, ni d’une aide alimentaire à Haïti », ont tenu à préciser ces organisations sociales et politiques.

Il s’agit plutôt d’ « un appel aux organisations et personnalités, sensibles aux droits et intérêts des peuples, pour soutenir la population nationale dans les mouvements de dénonciations contre ce régime sanguinaire qui viole les droits humains en Haïti ».

Cet appel vise à recueillir des signatures de différentes organisations, artistes et personnalités, au niveau national et international, durant une semaine à partir de ce vendredi 28 août 2020.

Les initiatrices et initiateurs promettent de fournir un rapport, pour rendre en compte à la population des résultats du processus de mobilisation, entamé ce vendredi 28 août 2020. [mj emb rc apr 28/08/2020 16:50]

[1Ces organisations sont le regroupement Konbit òganizasyon politik, sendikal ak popilè yo, le Mouvement de liberté, d’égalité des Haïtiennes et Haïtiens pour la fraternité (Moleghaf), la Coordination nationale des ouvrières et ouvriers haïtiens (Cnoha), l’Association nationale des normaliennes et normaliens indépendants d’Haïti (Annih), le Mouvman esklav revòlte, les Cacos d’Haïti et Fòs kanapevè reveye.