Dépêches

Criminalité : Une nouvelle organisation féministe Marijàn plaide pour un plan de lutte contre le banditisme en Haïti


mercredi 12 août 2020

P-au-P, 12 août 2020 [AlterPresse] --- Une nouvelle organisation féministe Marijàn, fondée en avril 2020, plaide pour un plan de lutte contre le banditisme en Haïti, dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Critiquant le laxisme des autorités étatiques, face à la montée de l’insécurité dans le pays, l’organisation féministe Marijàn préconise de mettre sur pied un programme, visant à dédommager les victimes d’actes criminels.

Elle appelle également l’État haïtien à mettre fin au banditisme, au financement et à la protection des gangs armés.

« Nous sommes révoltées d’être les victimes d’une gangstérisation, provoquée par l’État lui-même. Nous sommes révoltées pour celles et ceux, qui vivent dans les quartiers défavorisés et sont livrés à eux-mêmes, en particulier les femmes et les filles », lit-on dans la note de presse.

L’État haïtien est dans l’incapacité de protéger les intérêts vitaux de la nation, tandis que la communauté internationale est en train de perdre ses investissements visant à renforcer les organes sécuritaires du pays, constate l’organisation de défense des droits des femmes et des filles.

Dans le cadre d’une nouvelle session de ce qui est qualifié de « dialogue communautaire », tenu le dimanche 9 août 2020, au Palais national, le premier ministre de facto Joseph Jouthe a exprimé son insatisfaction vis-à-vis des performances de la Police nationale d’Haïti (Pnh), dans la lutte contre les actes de banditisme et de criminalité. [dj emb apr 12/08/2020 10:45]