Dépêches

Haïti-Criminalité : Des bandits armés sèment la terreur sur la route internationale de Croix-des-Bouquets / Fonds-Parisien, alerte la Sohddh

Un bébé de 4 mois et une voisine de sa mère tués par balles dans la matinée du lundi 3 août 2020
lundi 3 août 2020

P-au-P, 03 août 2020 [AlterPresse] --- Des bandits armés commettent des assassinats, vols et viols sur la route internationale de Croix-des-Bouquets / Fonds-Parisien (au nord-est de la capitale, Port-au-Prince), non loin de la frontière haïtiano-dominicaine de Malpasse/Malpaso, signale la Solidarité haïtienne de défense des droits humains (Sohddh), dans une note dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Dans la matinée de ce lundi 3 août 2020, un bébé de 4 mois, Godson Joseph, et une voisine de sa mère ont été tués par balles, à bord d’un minibus assurant le trajet Croix-des-Bouquets / Fonds-Parisien.

Quatre autres personnes ont été blessées dans cette attaque de bandits armés.

Le mercredi 29 juillet 2020, deux membres de la Sohddh, Fernande Jean Polynice et Roudy Fulcidor, qui revenaient de Port-au-Prince, ont été bastonnés et violés par des bandits au niveau de la Croix-des- Bouquets, relate la Solidarité haïtienne de défense des droits humains.

Le samedi 18 juillet 2020, le directeur exécutif du Collectif des organisations pour la défense des droits des migrants et rapatriés (Coddemir), Pierre Garot Néré, a échappé à une tentative de kidnapping, à Croix-des-Bouquets.

Selon les témoignages de commerçantes, les bandits armés, qui sèment la terreur sur la route de Croix-des-Bouquets / Fonds-Parisien, les violent, en plus de dérober leurs marchandises.

« Par peur d’être enlevées ou de subir la loi des malfrats, la plupart évitent de rentrer à Croix-des-Bouquets. Elles préfèrent payer plus cher les mêmes marchandises sur la frontière. Les citoyens sont donc livrés à eux-mêmes », rapporte la Solidarité haïtienne de défense des droits humains.

Le gang armé dénommé 400 mawozo est pointé du doigt dans la perpétration de ces violences, sur la route de Croix-des-Bouquets/Fonds-Parisien.

« Depuis environ deux ans, la route nationale # 8 est devenue un calvaire pour les usagères et usagers. En cause, l’insécurité qui y règne. Des bandits y opèrent jour et nuit, dépouillant les usagères et usagers, violant des femmes. Parfois, certains citoyens sont tués ».

La population de Ganthier et de Fonds-Parisien est terrorisée par ces bandits, sous le silence complice des autorités, déplore la Sohddh, qui appelle les autorités à prendre les dispositions nécessaires, pour assurer la sécurité de la population haïtienne.

Augmenter l’effectif des policiers nationaux dans la zone, leur fournir plus d’équipements, arrêter et juger les auteurs des crimes, sont parmi les recommandations, formulées par la Solidarité haïtienne de défense des droits humains. [emb rc apr 03/08/2020 15:50]