Reportage photo : Haiti / La ruée vers les livres

Par Fleurival Ladenson et Jolette Joseph

P-au-P., 28 mai 05 [AlterPresse] --- La 11e édition de la foire « Livres en folie » a eu lieu ce 26 mai au Cercle Bellevue situé à Bourdon (banlieue Est) dans une atmosphère fiévreuse où des milliers de personnes se sont empressées d’acquérir des ouvrages de leurs choix.

Essai, roman, poésie, conte... tous les genres étaient représentés à travers 975 titres disponibles et la présence de 36 auteurs en ventes signatures.

La finalité de « Livres en folie » c’est de « mettre le livre à la portée du lecteur et de rapprocher les auteurs des lecteurs », a rappelé le directeur du quotidien le Nouvelliste, Max Chauvet, co-organisateur de l’évènement avec l’entreprise Unibank. « C’est très important pour l’avenir du livre en Haïti », a-t-il dit à AlterPresse.

Les organisateurs s’attendent à battre tous les records cette année, selon ce qu’ils ont confié à AlterPresse. Un bilan devrait être disponible sous peu, tenant compte également de la fréquentation en ligne de la foire. Les ventes sur Internet ont considérablement augmenté, a confié Max Chauvet.

A la mi-journée, les ouvrages de René Despestre, Dany Laferrière, Stanley Péan et certains ouvrages de Gary Victor étaient en rupture de stock. « C’est une très bonne initiative, il y a énormément de lecteurs présents et qui ont rencontré les auteurs avec qui ils ont discuté », s’est réjoui Gary Victor, lors d’un entretien accordé à AlterPresse. Il a noté une meilleure organisation de la foire cette année.

Le romancier a cependant regretté que « les jeunes n’ont
pas toujours l’argent nécessaire pour acheter ». Il a souhaité que l’Etat prenne en main la promotion de la littérature et l’établissement d’une politique du livre pour faire baisser les prix.

De jeunes auteurs, dont le journaliste Gaspar Dorélien, ont exprimé leur satisfaction à AlterPresse. « Cela s’est bien passé pour nous », a-t-il confié.

« C’est une bonne initiative de donner aux haïtiens la possibilité d’acheter des livres écrits par des haïtiens à prix réduits », a dit un acheteur à AlterPresse. « C’est aussi l’occasion de se rencontrer, d’échanger des idées ».

Il a toutefois estimé que « ça aurait dû être beaucoup plus facile, avec plusieurs lignes d’attente pour les différents stands et une explication de la géographie des lieux ». [fl jj gp apr 28/052005 00 :15]