Développement durable

Santé : Risque d’une catastrophe médicale en Haïti après la pandémie de Covid-19


mardi 7 juillet 2020

P-au-P, 06 juil. 2020 [AlterPresse] --- La république d’Haïti risque de sombrer dans une catastrophe médicale, après la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 (le nouveau coronavirus), prévient le journaliste Milot Milfort, qui intervenait, ce lundi 6 juillet 2020, à l’émission FwoteLide sur AlterRadio 106.1 Fm.

« La pandémie de Covid-19 a pris toute l’attention du système médical, alors que les autres maladies continuent à évoluer dans l’ombre. Nous risquons d’avoir une catastrophe après, si rien n’est fait ».

Citant l’avis de plusieurs médecins, Milfort souligne combien la pandémie de Covid-19 a provoqué de grandes conséquences sur les autres maladies.

Des hôpitaux ont fermé leurs portes, parce qu’ils n’ont pas les moyens de recevoir les patientes et patients, et par peur que ces derniers viennent les infecter. L’hôpital général, qui devrait être en première ligne, ne l’est pas, alors que c’est le cas dans tous les pays du monde, constate-t-il.

Les hôpitaux sont totalement désarmés. Les patientes et patients en paient les frais. Des femmes ne peuvent pas accoucher dans des hôpitaux. Des enfants développent la malnutrition, parce qu’il n’y a pas eu de suivis médicaux, poursuit-il.

Milfort fait référence au docteur William Pape, pour qui un ensemble de maladies se sont accélérées en ce qui concerne les personnes séropositives et celles souffrant de maladies cardiovasculaires. Le nombre de femmes, qui devraient accoucher à l’hôpital, a aussi diminué, dit-il.

Les risques de la réouverture

La réouverture des aéroports internationaux pourrait avoir de graves conséquences ou occasionner l’immunité collective, selon le Dr. Ronald Laroche, responsable du Développement des activités de santé en Haïti (Dash), cité par Milfort.

Les États-Unis d’Amérique ont connu la souche la plus virulente du virus, particulièrement l’État de New York. Actuellement, la Floride devient l’épicentre de la maladie de Covid-19.

Or, presque 80% des Haïtiennes et Haïtiens, revenant des États-Unis, viennent de la Floride et de New York.

En Haïti, les autorités n’exigent plus le test de Covid-19 aux personnes venant de l’extérieur, rappelle le journaliste.

Toutefois, il y a un ensemble de protocoles, établis par la commission scientifique et le gouvernement sur la réouverture des aéroports.

Parmi ces protocoles, figurent le port obligatoire d’un masque, la distanciation physique, le marquage du sol et la prise des températures.

Le journaliste dit relever une cacophonie dans les messages du gouvernement, lors de la visite d’une délégation à l’aéroport international Toussaint Louverture, pour constater les avancements des préparatifs, en rapport à la réouverture dudit aéroport.

« Le premier ministre a indiqué que les voyageuses et voyageurs doivent être munis d’un test, alors que la ministre de la santé publique a indiqué que, pour le moment, c’est la quarantaine domiciliaire qui est exigée ».

Ces prises de paroles différentes donnent l’impression que la mesure d’ordonner le test a été prise sur le champ, analyse le journaliste.

Depuis la réouverture de l’aéroport international de Port-au-Prince, le pays a recensé 42 nouveaux cas importés, alors que, pendant un mois et demi, les cas importés ont été stables, relève Milfort.

« Reprise des vols internationaux, entre risques et nécessité, la controverse monte » est le titre d’un texte, publié sur le site du média en ligne « Enquet’Action », dont le journaliste Milot Milfort est l’un des responsables. [mj emb apr 06/07/2020 22:00]