A travers Haiti

Haïti-Agriculture : Plusieurs organisations exigent des sanctions, à l’encontre des auteurs des attaques du 17 juin 2020 contre la ferme-école de Sofa à Saint-Michel de l’Attalaye


jeudi 25 juin 2020

Saint-Michel de l’Attalaye (Artibonite, Nord) 24 juin 2020 [AlterPresse] --- L’organisation féministe Fanm deside, la Plateforme haïtienne de plaidoyer pour un développement alternatif (Papda), entre autres, exigent des sanctions contre les auteurs des attaques, perpétrées, le mercredi 17 juin 2020, contre la ferme-école Délicia Jean de la Solidarite fanm ayisyèn (Sofa) à Saint-Michel de l’Attalaye, dans le département de l’Artibonite.

La justice doit agir rapidement pour poursuivre Fresner Dorcin, ancien titulaire du Ministère de l’agriculture sous la présidence de Joseph Michel Martelly, impliqué dans cette attaque, ainsi que ses acolytes, et rendre justice aux victimes, souhaite Fanm deside, dans une note de protestation transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Ces individus doivent répondre de leurs actes criminels, insiste l’organisation féministe.

Malgré que la Sofa détienne des papiers légaux, délivrés par le Ministère de l’agriculture, des ressources naturelles et du développement rural (Marndr), pour travailler sur le terrain, cela n’a pas empêché les bandits d’agresser physiquement les femmes qui se trouvaient sur le terrain et de blesser certaines d’entre elles.

Les bandits, accompagnés du coordonnateur du Conseil d’administration de la 8e section communale de l’Attalaye (Casec), Gesper Jean, ont déclaré que les femmes doivent quitter le terrain, car l’homme d’affaires Andy Apaid a investi son argent pour cela, rapporte Fanm deside.

Il est temps que ces bandits légaux et politiciens inaptes cessent de violer et de bafouer les droits humains, particulièrement, les droits des femmes.

Fanm deside dénonce ainsi toutes actions malhonnêtes, qui viseraient à freiner le travail, que mènent des femmes, pour donner aux autres femmes des moyens pour pouvoir prendre leurs responsabilités.

De son côté, la Padpa exige une enquête célère, des autorités judiciaires et policières, pour fixer les responsabilités et punir les coupables de ces actes répréhensibles, dans une prise de position que s’est procurée l’agence en ligne AlterPresse.

L’Institut national pour la réforme agraire (Inara) doit assumer sa mission et se saisir de tous les cas, dans lesquels les paysannes et paysans se font déposséder de leurs terrains avec violence, au profit des hommes politiques ou du secteur des affaires, en violation des droits humains.

Le Plateforme haïtienne de plaidoyer pour un développement alternatif invite les organisations de femmes et les mouvements paysans dans le pays à développer des mouvements de solidarité, pour faire échec aux politiques anti-paysannes ainsi que contrer les violences des transnationales et du secteur des affaires sur la paysannerie.

Pour sa part, le Forum patriotique de Papaye condamne aussi ces actes de répression, de brutalités et de destructions sur la ferme agricole de la Sofa, commis dans l’objectif, selon lui, de s’accaparer les terres des femmes paysannes.

Ces attaquent s’inscrivent dans la droite ligne des stratégies des oligarchies internationales et locales, dans l’objectif d’exploiter les mines et d’installer des parcs industriels, des zones franches agricoles et touristiques dans le pays, met en garde le Forum patriotique de Papaye, dans une note dont a pris connaissance AlterPresse.

La Solidarite fanm ayisyèn a annoncé, en ce sens, des poursuites légales, en espérant trouver justice pour les personnes blessées ainsi que réparations pour le mur de la ferme, qui a été détruit par les agresseurs, en date du mercredi 17 juin 2020. [mj emb rc apr 25/06/2020 14:25]