Documents

Cinq questions à Madame Helen La Lime Meagher, Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies en Haïti


jeudi 25 juin 2020

Par Frédéric Thomas*

Repris par AlterPresse du Cetri [1]

Madame, le 19 juin 2020, à la séance du Conseil de sécurité consacrée au Bureau intégré des Nations unies en Haïti (Binuh), à New York, vous avez fait une déclaration sur votre travail et sur la situation en Haïti : https://binuh.unmissions.org/fr/déclaration-de-la-rssg-au-conseil-de-sécurité-19-juin-2020.

1. Peut-on vous demander quels sont « les gains durement acquis en matière de sécurité et de développement au cours des quinze dernières années » en Haïti que vous évoquez [2] ? Des « gains » en tous les cas bien mystérieux, à côté desquels sont passés les rapports des organisations haïtiennes et des acteurs internationaux.

2. Êtes-vous dans votre rôle lorsque vous prétendez qu’il devient « de plus en plus évident qu’une réforme de la Constitution est nécessaire » ? Avez-vous reçu un mandat des acteurs haïtiens pour vous positionner sur ce sujet ?

3. Lorsque vous affirmez qu’« Haïti a trop longtemps eu recours à des accords opportuns pour régler des problèmes politiques », faites-vous référence à l’ingérence des États-Unis dans les affaires du pays ?

4. Pas une seule fois, le mot « corruption » n’est prononcé dans votre discours. La question est donc résolue ? Ou secondaire ? À moins que les centaines de milliers d’Haïtiennes et d’Haïtiens qui sont, pendant des mois, descendus dans les rues du pays se soient soulevés contre un mirage ? Il est vrai qu’il ne s’agit que de Noir-e-s, à bout de souffle, qui ne disposent pas, comme vous, d’une « panoplie d’outils » dont vous faites une « utilisation judicieuse » pour lutter contre l’impunité. Et avec le succès que l’on sait.

5. Enfin, quand vous parlez du risque qu’« un problème initialement interne pourrait devenir un problème régional », doit-on y voir votre indifférence ou votre mépris face à la situation que vivent les Haïtiennes et Haïtiens ? Ainsi que la clé de lecture du soutien de l’international, en général, et des États-Unis, en particulier, au gouvernement actuel de Jovenel Moïse ?

* Docteur en science politique, chargé d’étude au Cetri

[2Lire également Antoine Lyonel Trouillot, « Odieuse, tout simplement », Le Nouvelliste, 22 juin 2020.