Développement durable

Haïti-Économie : L’Ohdh qualifie d’ « injuste » et de « discriminatoire » la décision de la Banque centrale d’exiger le paiement en gourdes des transferts internationaux


lundi 22 juin 2020

P-au-P, 22 juin 2020 [AlterPresse] --- L’Observatoire haïtien des droits humains (Ohdh) dénonce la décision de la Banque centrale (Banque de la république d’Haïti / Brh), d’exiger des maisons de transferts de payer uniquement en gourdes les transferts internationaux sur tout le territoire national.

Cette mesure « injuste et discriminatoire » vise à favoriser l’oligarchie économique, au détriment de la grande majorité de la population, critique l’Ohdh, dans une note dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

La classe économique dominante et certains hauts dignitaires du pouvoir politique ont, non seulement, des actions dans certaines banques, mais disposent aussi de maisons de transferts à travers le pays, avance l’organisme de droits humains.

Dans une circulaire en date du 19 juin 2020, la Banque de la république d’Haïti (Brh) demande aux banques et maisons de transferts de payer les transferts internationaux en monnaie étrangère, si la ou le bénéficiaire reçoit les fonds sur son compte bancaire en dollars américains, et en gourdes, si le bénéficiaire requiert le paiement à n’importe quel point de service (succursales, agences, bureaux, kiosques) sur le territoire national.

Cette décision va accroître les inégalités et la pauvreté extrême dans le pays, anticipe l’organisme haïtien d’observation, de promotion et de défense des droits humains.

La majorité des activités économiques du pays (paiements de loyers et d’écolages, location de voitures et chambres d’hôtels, restaurants, achat de matériels de toutes sortes ,entre autres) se font en dollars américains (Ndlr : US $ 1.00 = 117.000 gourdes ; 1 euro = 136.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 2.10 gourdes aujourd’hui), rappelle l’Ohdh.

Cette mesure de la Banque centrale prive une grande partie de la population de cette devise (le dollar américain), qui engloutit de jour en jours la devise nationale, la gourde.

L’Observatoire haïtien des droits humains crique les membres du Conseil d’administration de la Brh, « qui n’ont jamais adopté des mesures appropriées, en vue de protéger l’économie nationale, sombrée par la chute vertigineuse et historique de la gourde aux dépens du dollar américain ».

L’Ohdh invite la population haïtienne à exercer son droit de révolte contre l’une des pires violations des droits fondamentaux de la personne humaine dans le pays. [emb rc apr 22/06/2020 15:10]