Développement durable

Environnement : Appel à l’aide en faveur de plus de 60 communes affectées par la sécheresse en Haïti


mercredi 17 juin 2020

P-au-P, 17 juin 2020 [AlterPresse] --- Face à la sécheresse récurrente de décembre 2019 à avril 2020, qui a sévèrement touché plus de 60 communes, dans 7 des 10 départements géographiques d’Haïti, près d’une dizaine d’organisations écologiques appellent à une intervention urgente de l’État et de ses partenaires pour venir en aide aux personnes affectées.

Les départements du Nord-Ouest, du Nord-Est, du Sud-Est, des Nippes et de la Grande Anse (Sud-Ouest d’Haïti), de l’Artibonite et du Plateau central sont les plus touchés par la sécheresse, précisent ces organisations, dans un communiqué transmis à l’agence en ligne AlterPresse.

Dans plusieurs de ces communes, dont Cabaret, Léogâne (Ouest), Jacmel, Marigot, Belle-Anse et Anse-à-Pitres (Sud-Est), les exploitantes et exploitants agricoles ont perdu toutes leurs cultures et semences de haricots, durant ces quatre derniers mois, déplorent-elles.

La sécheresse a affecté sévèrement les plantations paysannes dans les départements de l’Artibonite, de la Grande Anse ainsi que celles dans les communes de Limbé, Plaisance, Pilate (Nord).

Jusqu’à date (17 juin 2020), aucun accompagnement n’est fourni par l’État aux exploitations agricoles.

« Haïti est devenue le pays le plus fragile par rapport à la crise de famine et de santé publique liées à la pandémie de Covid-19 (le nouveau coronavirus) », selon ces organisations très préoccupées par cette situation.

« Pour l’année 2020, la sécurité alimentaire des ménages reste donc plus fragile, entravée par les prix élevés des denrées alimentaires sur le marché en liaison avec la pandémie de Covid-19, une inflation annuelle d’environ 22.6 %, une dépréciation de près de 42 % de la monnaie locale » (Ndlr : US $1.00 = 117.00 gourdes ; 1 euro = 136.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 2.10 gourdes aujourd’hui).

De juin à octobre 2020, près de 80 mille enfants risquent d’être dans une situation de malnutrition aiguë, indiquent ces organisations, qui alertent sur une éventuelle pandémie de faim.

Ces organisations sont le Mouvement d’appui pour le développement des collectivités territoriales haïtiennes (Madecth), le Groupe d’Intervention écologique d’Haïti (Ecovert-Haïti), l’Agence de promotion pour le développement intégré (Aprodi), l’Association Zantray pour le développement national (Azadn), le Mouvement d’appui à la paysannerie (Map), l’Asosyasyon peyizan kwochi (Aspek), le Mouvement écologistes citoyens (Mec), l’Association des jeunes progressistes de Cornillon (Ajpc), l’Effort commun pour le développement de l’Arcahaie (Ecoda). [emb rc apr 17/06/2020 14:00]