Documents

28 mai, Journée internationale d’actions pour la santé des femmes

Covid-19 : L’accès aux services de santé de qualité, un droit fondamental des femmes à respecter, préconise l’Organisation des Nations unies en Haïti

Nécessité d’une prise en compte des risques de violence domestique pour les femmes, dans le plan d’action contre la pandémie de Covid-19
samedi 30 mai 2020

A l’occasion de la Journée internationale d’actions pour la santé des femmes, le 28 mai, les Nations unies appellent à la poursuite des efforts pour l’accès des femmes à des services de santé de qualité.

L’heure est à l’action, lorsqu’on considère les indicateurs sur la santé des femmes, notamment la santé sexuelle et reproductive en Haïti, fournis par l’Enquête sur la mortalité, morbidité et l’utilisation des services (Emmus VI, 2017).

Soumis à AlterPresse le 28 mai 2020

La république d’Haïti a le taux de mortalité maternelle le plus élevé de la région des Caraïbes, soit 529 décès pour des causes, dues à la grossesse sur chaque 100,000 naissances vivantes.

La pandémie Covid-19 vient exacerber le problème d’accès aux soins de santé des femmes.

Alors que toutes les attentions sont concentrées sur la prise en charge des personnes atteintes du Coronavirus, les femmes, en proie à d’autres maladies, telles le cancer du col de l’utérus et du sein, la fistule, le Virus de l’immuno-déficicience humaine / Syndrome immuno-déficitaire acquis (Vih/Sida), l’hypertension, le diabète, continuent de réclamer des soins appropriés.

La situation est encore plus grave, lorsque l’on constate la fermeture des centres, qui offrent gratuitement les services pré et postnataux, aux femmes n’ayant pas la capacité économique de payer ces types de soins, ceci par crainte de contamination à la Covid-19.

Ce fait tend à compliquer la situation de certaines femmes, qui, en raison du ralentissement drastique des activités économiques, ne peuvent plus se payer certains services de santé.

D’où l’importance pour les femmes enceintes d’avoir accès à des services de santé abordables et de qualité, offerts par des professionnels de la santé, notamment les sages-femmes.

A cause des restrictions de mouvement et les pressions économiques et sociales, afférentes à la Covid-19, le taux de violences faites aux femmes ne cesse d’augmenter.

Au regard de cette tendance, les Nations unies exhortent à une prise en compte des risques de violence domestique pour les femmes, dans le plan d’action contre la Covid-19.

Les Nations unies saluent le travail de toutes les femmes, qui interviennent dans le domaine de la santé - médecins, infirmières et sages-femmes - et qui sont fortement mobilisées, aux côtés des autres professionnels de santé pour la continuité des services, notamment de santé sexuelle et reproductive, maternelle et néonatale. Représentant 70% du personnel de santé dans le monde, elles sont au cœur des efforts de soins et d’intervention en cours, pour faire face à cette pandémie.

Au-delà de la Journée internationale d’actions pour la santé des femmes, les Nations unies en Haïti continueront d’appuyer l’État haïtien dans ses efforts, visant à garantir l’accès des femmes à des services de santé de qualité, afin de s’assurer de la réalisation des droits et des choix de chaque femme et fille haïtienne, dans le respect et la dignité.