Dépêches

Politique : Non à l’instrumentalisation de la pandémie de Covid-19 en Haïti, exige le Mouvement démocratique populaire


jeudi 28 mai 2020

P-au-P, 28 mai 2020 [AlterPresse] --- Le Mouvement démocratique populaire (Modep) appelle les autorités étatiques à prendre toutes les mesures nécessaires, afin d’éviter d’utiliser la pandémie de Covid-19 (le nouveau coronavirus) comme un outil politique et humanitaire, au profit des potentats avides d’argent et des bandits.

Cette disposition épargnerait d’autres problèmes aux masses populaires, souligne le Modep, dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Le Modep exhorte l’administration Moïse/Jouthe à adopter rapidement des mesures, en vue de la baisse des prix des produits pétroliers à la pompe et des produits de première nécessité, dans ce contexte de Covid-19.

Il appelle à offrir aux masses populaires de bons services sanitaires et hygiéniques, à leur faciliter l’accès à l’eau, au courant électrique, à la nourriture et aux transports publics, pour qu’elles puissent être en mesure de faire face à la maladie.

Le Modep exige, de l’État, le retrait rapide de tous les décrets, inadaptés aux réalités sociales du pays et foulant aux pieds une série d’acquis démocratiques, en matière de droits humains.

Pour arriver à contraindre l’État à mettre en application ces recommandations, le Mouvement démocratique populaire invite toutes les organisations populaires à continuer de se mobiliser contre le régime politique tèt kale au pouvoir.

Par ailleurs, le Modep demande à la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (Cscca) de publier la dernière partie du rapport, relatif au dossier des fonds PetroCaribe de l’aide vénézuélienne (estimés à plus de 4 milliards de dollars américains / Ndlr : US $ 1.00 = 111.00 gourdes ; 1 euro = 126.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 2.10 gourdes aujourd’hui) à Haïti et aux arrêts de débets.

Remis au sénat, le vendredi 31 mai 2019, le deuxième rapport d’audit de la Cscca épingle Jovenel Moïse (devenu président d’Haïti le 7 février 2017), soupçonné d’avoir utilisé des « stratagèmes de corruption », avec son entreprise dénommée « Agritrans », pour obtenir des contrats de l’État en Haïti.

Ce rapport sur le gaspillage des fonds PetroCaribe fait suite à un premier document d’audit, publié, le 31 janvier 2019, sur la gestion des fonds PetroCaribe, une gestion de fonds publics « entachée de fraudes et d’irrégularités diverses », selon la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif.

Toutes les entreprises, tous les actionnaires et tous les fonctionnaires, qui ont participé à la dilapidation des fonds PetroCaribe, doivent être mis sous les verrous, réclame le Mouvement démocratique populaire (Modep). [mj emb rc apr 28/05/2020 12:40]