Espace Femmes

Haïti-Accusations de viols contre Yves Jean-Bart : Les présumées victimes feraient l’objet de menaces de morts, selon le journal britannique « The Guardian »


jeudi 21 mai 2020

P-au-P, 21 mai 2020 [AlterPresse] --- Les jeunes joueuses mineures de football, présumées victimes de viols du président de la Fédération haïtienne de football (Fhf), Yves Jean-Bart, feraient l’objet de menaces de morts, indique un nouvel article, publié sur le site du journal britannique « The Guardian », consulté par l’agence en ligne AlterPresse.

Ces menaces de mort feraient suite aux accusations, proférées contre Yves Jean-Bart, selon le journal, signalant l’ouverture d’une enquête, par les autorités judiciaires haïtiennes, sur ces allégations d’abus sexuels sur les victimes présumées.

Une ancienne joueuse de football, qui vit à l’étranger, affirme avoir été contrainte de déménager à la hâte, parce qu’elle a été repérée.

« Un gangster nous a appelées », a expliqué une autre joueuse.

« Si nous parlons, ils savent où sont nos oncles, tantes, cousins », rapporte « The Guardian ».

« Ils forcent certaines joueuses à dire du bien du président de la Fhf. Sinon, ils attaqueront les membres de la famille, vivant en Haïti. », a témoigné un ancien entraîneur de football, qui travaillait au centre.

Après une première séance d’audition, le jeudi 14 mai 2020, Yves Jean-Bart s’est présenté, ce jeudi 21 mai 2020, pour une deuxième fois, au parquet près le tribunal civil de la Croix-des-Bouquets (au nord-est de la capitale, Port-au-Prince), pour répondre aux questions du commissaire du gouvernement, Me. Maxime Augustin, sur les accusations de viols sur de jeunes joueuses mineures de football, portées contre lui.

Après l’audition, de ce jeudi 21 mai 2020, le commissaire du gouvernement près le tribunal civil de la Croix-des-Bouquets a annoncé le renvoi du dossier au cabinet d’instruction, faisant savoir que personne n’a porté plainte.

« Donc il n’y a aucune matière ».

« Jusqu’à présent, il n’y a pas de dossier, parce qu’il n’y a pas de plaignantes, ni de victimes, fait valoir, de son côté, Me. Stanley Gaston, un des avocats d’Yves Jean-Bart. [emb rc apr 21/05/2020 16:00]