Perspectives

Haïti-Politique : Jovenel Moïse met le cap sur les prochaines élections, en pleine crise de Covid-19


mardi 19 mai 2020

P-au-P, 19 mai 2020 [AlterPresse] --- En pleine crise, depuis 2 mois, de Covid-19 (le nouveau coronavirus), avec 222 cas d’infection en 3 jours (du samedi 16 au lundi 18 mai 2020), le président Jovenel Moïse a déclaré s’être adressé, par l’intermédiaire de son cabinet, au Conseil électoral provisoire (Cep), au sujet de la tenue des prochains scrutins, lors d’une adresse à la nation, à l’occasion de la commémoration du 217e anniversaire de la création du drapeau, le lundi 18 mai 2020, a observé l’agence en ligne AlterPresse.

« Je sais que, pendant le coronavirus, on travaille. Je sais que mon cabinet a déjà écrit au Conseil électoral, depuis 3 semaines. Je sais qu’il y a des équipes, qui travaillent, parce que les élections sont le seul chemin pour prendre le pouvoir », a-t-il affirmé.

Cette annonce de Jovenel Moïse confirme les opérations de son équipe tèt kale, qui invite, au mépris des gestes barrières, les citoyennes et citoyens à se rassembler, en nombre, pour aller retirer les cartes d’identification Dermalog (du nom de la firme allemande), dont le contrat n’a pas été validé, à deux reprises, par la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (Cscca).

Jovenel Moïse conseille déjà aux élus de la prochaine législature à tenir leurs promesses face à la population, afin que la 51e législature puisse éviter les « petites erreurs » de la législature précédente.

Or, ces élections législatives auraient dû, initialement, avoir lieu en octobre 2019.

« Vous les députés de la 50e législature, vous qui sortez des coins les plus reculés de la Grande Anse, du Nord-Est, recevrez-vous encore les appels de ces gros amis, qui avaient l’habitude de vous contacter ? », tente d’ironiser Jovenel Moïse.

« Aujourd’hui après 4 ans, vous devez identifier vos vrais amis. Vos vrais amis sont ceux, qui vous ont votés. C’est le peuple qui souffre. Votre ennemi, c’est la main invisible, cachée derrière votre faim, derrière votre précarité, pour créer l’instabilité politique sociale et l’insécurité pour vous exploiter ».

« En 3 ans, 3 mois et 11 jours du mandat, j’ai appris, j’ai compris, j’ai entendu, j’ai vu et j’ai grandi », a déclaré Jovenel Moïse, qui s’en prend à « un petit groupe d’individus, s’étant unis pour maintenir le pays dans une situation de délabrement ».

« Aucun pays du monde ne saurait se développer, sans une entente, entre les citoyennes et citoyens, en faveur d’un plan de développement », déclare Jovenel Moïse, indiquant « avoir toujours prêché l’unité, la solidarité et le vivre ensemble ».

Ce plan de développement devrait être axé sur les infrastructures sanitaires, scolaires, agricoles, électriques et numériques, entre autres, énumère Jovenel Moise.

Pourtant, des organisations socio-politiques ont manifesté, le lundi 18 mai 2020, dans diverses rues de la capitale, Port-au-Prince, pour dénoncer le mode de gestion gouvernementale de la pandémie de Covid-19 en Haïti, à l’occasion de la célébration du 217e anniversaire de la création du drapeau.

Les protestataires ont réclamé la démission immédiate, de la présidence politique, en
Haïti, de Jovenel Moïse, responsable, selon eux, de la crise multiforme, à laquelle fait face le pays.

Lors de cette manifestation de l’opposition, contre le régime politique au pouvoir, la Police nationale d’Haïti (Pnh) a procédé à l’arrestation de plusieurs militants politiques, dont Guy Numa du Mouvement démocratique et populaire (Modep). [mj emb rc apr 19/05/2020 11:40]