A travers Haiti

Haïti/Covid-19 : La mairie de Pétionville menace d’amende et d’emprisonnement toutes les personnes, circulant sans masques de protection


mercredi 6 mai 2020

Pétionville (Haïti), 05 mai 2020 [AlterPresse] --- Le conseil municipal de Pétionville (à l’est de la capitale, Port-au-Prince) envisage de sanctionner, d’amende et d’emprisonnement, toutes les personnes, qui refuseraient de respecter les dispositions d’un arrêté communal, exigeant le port obligatoire de masques de protection dans la commune, pour prévenir la propagation du virus de Covid-19 (le nouveau coronavirus), indique le maire principal, Dominique Saint-Roc, à l’émission FwoteLide, diffusée, ce mardi 5 mai 2020, sur AlterRadio 106.1 Fm.

« Les sanctions annoncées ont été élaborées de concert avec la justice et la Police nationale d’Haïti (Pnh) ».

Les réfractaires encourent une amende entre 10 à 25 mille gourdes (Ndlr : US $ 1.00 = 105.00 gourdes ; 1 euro = 118.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 2.10 gourdes aujourd’hui) ainsi que 10 à 15 jours d’emprisonnement, précise Dominique Saint-Roc, évoquant l’article 13 d’un arrêté communal, comme justification des sanctions prévues, en l’absence de dispositions de loi y relatives.

La municipalité de Pétionville représente la deuxième commune, comptant le plus grand nombre de cas de contamination au Covid-19, soit 16 cas, après Delmas, où 21 cas sont dénombrés, du jeudi 19 mars 2020 au mardi 5 mai 2020.

En plus du port obligatoire du masque de protection, le conseil municipal de Pétionville a adopté des restrictions dans le fonctionnement des marchés publics, contraints de fonctionner, depuis plusieurs semaines, les mardis, jeudis et samedis, de 6:00 am (10:00 gmt) à 2:00 pm (18:00 gmt).

Le jeudi 23 avril 2020, plusieurs dizaines de marchandes et marchands de Pétionville ont gagné les rues de la municipalité, pour protester contre la décision du conseil municipal d’imposer des restrictions sur les heures et jours de fonctionnement des marchés publics.

Sur la limitation du nombre de passagères et passagers dans les camionnettes, le conseil municipal de Pétionville se déclare incompétent d’en assurer la gestion.

D’autant que les chauffeurs des transports publics exigent une baisse, sur le marché national, des prix des produits pétroliers, qui tendent à decliner sur le marché international, avec l’explosion des cas d’infection au Covid-19.

Le conseil municipal de Pétionville demande à l’État central de revoir les prix des produits pétroliers, vu que les chauffeurs de transports publics ont tendance à augmenter les prix des courses, afin de récupérer le manque à gagner pour les places non occupées.

En plus de 10 mille masques, offerts par le gouvernement, pour prévenir la propagation de la maladie, des centres professionnels, dans la commune de Pétionville, confectionnent des masques pour l’administration communale, qui leur fournit des intrants, comme des tissus, des élastiques, fait savoir Dominique Saint-Roc.

De nombreuses voix s’interrogent sur les sanctions, envisagées par plusieurs conseils municipaux, contre les personnes qui ne portent pas de masques de protection ou qui sont retrouvées dans les rues, au moment du couvre-feu, instauré, entre 8:00 pm (0:00 gmt le lendemain) et 5:00 am (9:00 gmt), depuis le vendredi 20 mars 2020, par le gouvernement de facto de Joseph Jouthe.

A la suite d’organismes de droits humains, ces voix qualifient d’« arbitraires » et d’« illégales » de telles dispositions, qui s’apparentent à des velléités dictatoriales, dans une période de crise sanitaire, caractérisée par un net ralentissement des activités économiques ainsi que la faiblesse du pouvoir d’achat des ménages, totalement privés de ressources économiques et confrontés à une hausse des prix des biens essentiels à la consommation, comme les produits agricoles. [mj emb rc apr 05/05/2020 16:30]