Español English French Kwéyol

Haïti-Santé : Le département de l’Artibonite bientôt capable de gérer plus d’une dizaine de cas sévères de Covid-19

Gonaïves (Haïti), 04 mai 2020 [AlterPresse] --- Le département de l’Artibonite sera bientôt capable de gérer plus d’une dizaine de cas sévères de personnes atteintes de Covid-19 (le nouveau coronavirus), fait savoir le Docteur Marcel Chatelier, responsable de la Direction sanitaire de l’Artibonite (Dsa), qui intervenait, ce lundi 4 mai 2020, à l’émission FwoteLide sur AlterRadio 106.1 Fm.

Des centres d’isolement, de niveau 1 et niveau 2, sont en phase de finalisation dans plusieurs villes du département de l’Artibonite, au nord de la capitale, Port-au-Prince.

« Le niveau 1 concerne les cas de Covid-19, qui ne sont pas trop graves, et le niveau 2 est réservé aux cas compliqués, celles et/ou ceux qui ont des difficultés pour respirer », précise Dr. Chatelier.

La ville des Gonaïves dispose de 50 à 60 lits pour le niveau 2, et la ville de Saint-Marc compte entre 10 à 20 lits, pour un centre de niveau 1, ajoute-t-il.

Le Ministère de la santé publique et de la population (Mspp) a procédé à l’installation, dans des hôpitaux, notamment aux Gonaïves et à Saint-Marc, des moyens techniques pour pouvoir tester des cas de Covid-19.

« Il ne reste que l’arrivée des tests pour pouvoir former les prestataires », informe Chatelier.

Le département de l’Artibonite a enregistré, à date (4 mai 2020), 8 cas confirmés au nouveau coronavirus, selon les derniers chiffres communiqués par le Mspp.

Le responsable de la Direction sanitaire de l’Artibonite invite l’État, le secteur privé et la société civile à faire front commun, pour distribuer des masques de protection à la population.

La sensibilisation doit être renforcée, à travers des messages audiovisuels, pour que les gens puissent voir les personnes malades et écouter leurs témoignages, entre autres, suggère Marcel Chatelier, annonçant la préparation d’une campagne, en en ce sens, au niveau de l’Artibonite.

Absence de matériels adaptés pour les employés du Centre ambulancier national dans l’Artibonite

Des employés du Centre ambulancier national (Can) ne disposent pas de matériels adaptés pour travailler, en vue de la prise en charge des cas liés au virus Covid-19, témoigne, sous couvert d’anonymat, à l’agence en ligne AlterPresse, un membre du réseau ambulancier dans le département de l’Artibonite.

« Jusqu’à présent, les conditions ne sont pas réunies. Le Ministère de la santé a envoyé des agents pour nous former, mais il faut qu’il ait des matériels pour asperger les ambulances », a-t-il déclaré.

Une fois que cessent les revendications, des équipements vont être acheminés pour les structures sanitaires liées à ce travail. Le Mspp travaille, afin de répondre à ces revendications et même d’augmenter les salaires. Mais, cela risque de prendre un peu de temps, dans ce contexte de Covid-19, tente de rassurer le Dr. Chatelier.

Le mardi 28 avril 2020, des employés du Can ont saccagé un espace destiné à recevoir les patientes et/ou patients atteints du nouveau coronavirus, dans l’Artibonite, pour réclamer 2 ans et 11 mois d’arriérés de traitements, et leurs lettres de nomination.

Une centaine de personnes sont concernées par ces revendications, informe le membre du réseau ambulancier de l’Artibonite, signalant combien les employés ont arrêté de travailler, jusqu’à ce que le gouvernement réponde à leurs revendications. [mj emb rc apr 04/05/2020 18:20]