Rendez-vous Culture

Culture : L’incendie, le 13 avril 2020, de la chapelle catholique romaine de Milot, une grande perte patrimoniale en Haïti, selon des opérateurs culturels nationaux et internationaux


mardi 14 avril 2020

P-au-P, 13 avril 2020 [AlterPresse] --- Des opérateurs culturels nationaux et internationaux expriment leur indignation, face au sinistre ayant ravagé, à l’aube du lundi 13 avril 2020, le monument historique, représenté par la chapelle catholique romaine de Milot (Nord).

« Je ne m’attendais jamais à un événement pareil, touchant l’architecture du bâtiment. C’est extrêmement choquant », exprime, à AlterRadio/AlterPresse, le spécialiste en patrimoine, Eddy Lubin, ancien titulaire du Ministère de la culture et de la communication (Mcc) et cadre de l’Institut de sauvegarde du patrimoine national (Ispan).

« Au bout du compte, nous avons une partie de nos patrimoines, pour lesquels nous n’avons aucun respect, et qui sont en train de disparaître », critique Eddy Lubin, ancien représentant de l’Ispan dans le Nord d’Haïti.

Il dénonce le comportement irresponsable des citoyennes et citoyens, vis-à-vis des patrimoines matériels du pays.

« Les patrimoines matériels et immatériels font partie de notre mémoire comme peuple. Ce sont nos piliers. C’est à partir de nos patrimoines que nous pouvons nous reconstruire comme peuple », affirme Eddy Lubin.

Construite entre 1810 et 1813 par Henry Christophe, la chapelle (catholique romaine) de Milot est « un trésor perdu pour les générations présentes et futures », souligne, à travers un tweet, la Mexicaine Pilar Álvarez Laso, représentante du Bureau de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) à Port-au-Prince.

« Située au Parc national historique – Citadelle, Sans Souci, Ramiers -, inscrite sur la liste du Patrimoine mondial, depuis 1982, avec plus de 200 ans d’histoire, cette église royale restera une source irremplaçable d’inspiration ».

« Ce drame nous remet devant nos responsabilités comme acteur social... cet incendie aurait pu être circonscrit et les dégâts limités, s’il n’y a avait pas le règne de la mauvaise gouvernance », estime l’organisation « Les Christophiens en marche », dans un communiqué de presse.

L’organisation « Les Christophiens en marche » exige une enquête, afin de déterminer l’origine de l’incendie du lundi 13 avril 2020 au monument historique, représenté par la chapelle catholique romaine de Milot, et de punir les coupables. [mj emb rc apr 14/04/2020 12:45]