Développement durable

Santé : 2 premiers cas de Covid-19 confirmés en Haïti / L’état d’urgence sanitaire déclaré sur tout le territoire national


vendredi 20 mars 2020

La population haïtienne redoutait l’arrivée du Covid-19 (le nouveau coronavirus) sur le territoire national. C’est, désormais, une réalité, avec la confirmation officielle, dans l’après-midi du jeudi 19 mars 2020, de 2 cas de contamination au nouveau coronavirus.

Aujourd’hui, en Haïti, beaucoup craignent une propagation de la pandémie du Covid-19 et doutent des possibilités de contenir l’épidémie, avec les dispositions restrictives annoncées, en raison des graves manquements dans le système sanitaire, défaillant. Il y a, entre autres, un contexte d’hôpitaux publics en grève, depuis plusieurs jours, pour des revendications de meilleures conditions de travail et de disponibilité de matériels et d’équipements appropriés.

Comment sera assurée la prise en charge des personnes, qui pourraient être infectées au Covid-19 ?

Par Ronald Colbert et Emmanuel Marino Bruno

P-au-P, 19 mars 2020 [AlterPresse] --- Les deux premiers cas de personnes, infectées au Covid-19 (le nouveau coronavirus), sont confirmés, ce jeudi 19 mars 2020, sur le territoire national en Haïti, selon les résultats de tests effectués dans l’après-midi, au Laboratoire national de santé publique (Lnsp), a fait savoir le président Jovenel Moïse, dans une intervention radiotélévisée de 8’50”, suivie par l’agence en ligne AlterPresse.

A partir du vendredi 20 mars 2020, demeurent fermés, jusquà nouvel ordre, les écoles, centres de formation professionnelle et universités, les parcs industriels (où évoluent les manufactures, plus connues sous le nom de factories), les péristyles ou temples Vodou, les églises, les mosquées et tous autres lieux de cultes généralement quelconques, les aéroports internationaux, les frontières terrestres et maritimes, indique un arrêté présidentiel en date du 19 mars 2020.

Sans parler de confinement, l’arrêté présidentiel « demande aux citoyennes et citoyens de rester chez eux ou de limiter leurs déplacements au strict nécessaire ».

Rien n’est dit, dans les dispositions annoncées, sur les conditions de fonctionnement des transports publics et des marchés publics, toujours caractérisés par de grandes affleunces de personnes, sur le territoire national.

Beaucoup de personnes risquent d’être livrées à elles-mêmes, vu l’absence de préparation à ces dispositions drastiques de prévention, soudainement prises dans la soirée du jeudi 19 mars 2020.

« Les individus, provenant des zones à risques (il n’est pas mentionné d’infection au Covid-19), seront automatiquement placés en quarantaine pour une période de quatorze jours ».

« Le gouvernement prendra les dispositions appropriées pour fournir aux hôpitaux des masques, des gants, des médicaments, des solutés et toutes autres fournitures médicales nécessaires. Les hôpitaux et cliniques privées mettent à la disposition de l’État leurs services d’isolement ».

« Les propriétaires des biens et structures privés, éventuellement réquisitionnés par l’État, en vue de secourir la population, seront rémunérés à juste titre ».

Parallèlement, un couvre-feu commencera à courir, le 20 mars 2020, de 8:00 pm locales jusqu’à 5:00 am locales (c’est-à-dire de 0:00 gmt à 9:00 gmt).

De même, à partir de minuit (4:00 gmt), ce vendredi 20 mars 2020, sont fermés, jusqu’à nouvel ordre, à la circulation de personnes, tous les ports, aéroports et points frontaliers (avec la République Dominicaine). Mais, resteront ouverts les transports de marchandises, dans les ports, aéroports et points frontaliers.

Les véhicules, qui transporteront des marchandises, dans les points frontaliers, devront avoir seulement 2 personnes.

Seuls les membres d’équipage devront être dans les navires et avions, qui amèneront des marchandises en Haïti.

Les personnes vulnérables, qui souffrent de maladies chroniques, de diabète, d’asthme, d’hypertension artérielle, les Personnes vivant avec le virus de l’immuno-déficience humaine/Syndrome immune-déficitaire acquis (Pvvih/Sida), sont conviées à prendre toutes les précautions indispensables.

Le gouvernement n’indique pas comment il compte aider ces couches vulnérables.

A travers le ministère du commerce, des sanctions seront appliquées contre les entreprises et pharmacies, qui s’aviseront de spéculer sur les prix (de faire augmenter les prix) des médicaments, des biens alimentaires et des produits d’hygiène.

Les forces publiques seront mobilisées pour renforcer les mesures de sécurité ainsi que les décisions adoptées, le 19 mars 2020, au conseil spécial des ministres.

Le gouvernement tient à adressser des remerciements aux vodouisantes et vodouisants, aux églises catholiques et protestantes, au secteur privé, aux Organisations non gouvernementales (Ong), à la société civile, aux organisations de quartiers, aux partis politiques, à la presse, etc., qui, dit-il, « n’ont pas ménagé leurs efforts de solidarité pour protéger la population ».

Avec les deux premiers cas de personnes, infectées au Covid-19, la république d’Haïti est automatiquement passée à la phase dite II, dans la gestion de la pandémie du nouveau coronavirus.

Ce qui signifie que, dans le cadre de la lutte contre la pandémie du Covid-19, sont désormais interdits, sur tout le territoire national, tous rassemblements, toutes les réunions et toutes les rencontres de plus de 10 personnes.

Pour assurer la continuité dans les services publics et pour protéger les fonctionnaires (les employés de l’État), « il est demandé à tous les ministres, directeurs généraux et responsables d’organismes publics de prendre toutes les dispositions pour faire respecter la distanciation sociale, c’est-à-dire un écart de 1.50 mètre entre les personnes ».

Cet écart de 1.50 m devra être la règle, contrairement à la posture observée entre les ministres et secretaries d’Etat, ce 19 mars 2020, lors de la déclaration officielle de notification publique des deux premiers cas de personnes infectées au Covid-19 en Haïti, a reconnu Jovenel Moïse.

Il est, ainsi, prévu une rotation hebdomadaire de 50% du personnel de l’Etat, dans les services publics non essentiels, surtout ceux fonctionnant dans des espaces réduits.

Les autres 50% membres du personnel de l’Etat, qui seront toujours rémunérés régulièrement, devront être asssignés à des tâches de téletravail.

Jovenel Moïse a annoncé la mise en place d’un conseil scientifique, en vue d’ « éclairer les décisions publiques à venir ».

Simultanément, un groupe de travail ad hoc, dont la composition n’est pas précisée, devra « analyser » l’évolution de la situation de la pandémie du Covid-19 en Haïti et « faire les recommandations nécessaires », au gouvernement de Joseph Jouthe, « sur les impacts économiques de la pandémie du nouveau coronavirus en Haïti ».

Ayant pris note « d’initiatives globales », mises sur pied à travers l’Organisation panaméricaine de la santé / l’Organisation mondiale de la santé (Ops/Oms), le gouvernement demande à la population de « rester calme et de respecter toutes les consignes des autorités sanitaires ». [emb rc apr 19/03/2020 20:30]